logo

Grandes dates

Grandes dates

2017

Arènes d'AMBATO (Equateur) – Feria de las Flores y las Frutas – Dimanche 26 février 2017 – Toros de Vistahermosa et Mirafuente

Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Guillermo Albán (ovation et deux oreilles), Ginés Marín (applaudissements et applaudissements)
Juan Bautista a commencé la saison 2017 par un triomphe sonore en coupant pas moins de trois oreilles lors de la première corrida de la Feria d'Ambato (Equateur). Face à son premier adversaire, il réalisa une faena importante, s'approchant de la perfection. Il embarqua le toro dans sa muleta douce et soyeuse en interprétant sa tauromachie lente et profonde. L'estocade portée a recibir fut la conclusion magistrale à cette œuvre d'art. Avec le second de son lot, Juan Bautista dessina une faena de beaucoup de poids, démontrant maestría, courage et un relâchement dans l'interprétation des muletazos donnés sur les deux cornes. Juan Bautista grâce à ses connaissances et torería, grandit le toro qui s'engouffrait dans sa muleta. La faena fut un modèle du genre, d'une grande émotion. Juan Bautista toréa avec énormément de pureté et de classe, en remplissant de sentiments chaque muletazo qu'il offrait au toro. Le public demanda avec force la grâce de l'animal. Juan Bautista le toréa longtemps, lui donnant tous les avantages mais le président n'accéda pas au souhait des gradins. De ce fait, le toro se décomposa et Juan Bautista dû utiliser le descabello après une demie estocade ce qui ne l'empêcha pas de couper une oreille acclamée par l'ensemble du public.

Arènes d'ARLES - Feria de Pâques - Samedi 15 avril 2017 - Toros de García Jiménez

Juan Bautista (applaudissements après pétition et deux oreilles), José María Manzanares (silence et silence), Andrés Roca Rey (oreille et silence)
Face au premier de l'après-midi, Juan Bautista réalisa une faena qui est allée crescendo face à un toro noble mais juste de force. La faena a été parfaite d'implication et d'intelligence. Il toréa avec douceur et belle manière en étant assis sur les reins. Après une tentative de recibir, il mis un terme à la faena par une autre estocade a recibir. Avec le quatrième, Juan Bautista construit une faena puissante et de grande profondeur. Il enchaîna les séries avec style et inspiration embarquant l'animal dans des arabesques. Baissant la main, toréant sur les deux cornes avec pureté et douceur, Juan Bautista laissa sur le sable de l'Amphithéâtre Romain son empreinte de grand torero. Redondos, luquecinas, changement de mains et profonds muletazos furent dénominateur commun d'une grande faena. Après un pinchazo sur un recibir et une grande estocade a recibir également, Juan Bautista coupa les deux oreilles.

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Dimanche 4 juin 2017 - Toros de La Quinta, Parladé, Jandilla, Pedraza de Yeltes, Carmen Lorenzo et Garcigrande

Juan Bautista (deux oreilles, ovation, deux oreilles, ovation, ovation et silence)
Juan Bautista fit vivre un après-midi historique au Colisée Romain de Nîmes. Habillé dans un costume de lumières imaginé par le couturier Christian Lacroix et brodé dans les ateliers de la Sastrería Fermín de Madrid (Espagne), Juan Bautista a donné une grande dimension à l'Art Taurin. Corrida importante lors de laquelle Juan Bautista interpréta la meilleure version de sa tauromachie face aux premier et troisième toros. Faenas faites de profondeur et de pureté qui firent chavirer les Arènes de Nîmes. Il restera de cette corrida exceptionnelle, la décision et l'investissement de Juan Bautista tout au long du spectacle, d'abord face aux toros de Parladé, Pedraza de Yeltes, Carmen Lorenzo et Garcigrande, qui furent quatre toros compliqués, voire dangereux et/ou mauvais. Ensuite, resteront dans les mémoires les deux faenons réalisés aux toros de La Quinta et Jandilla. Deux toros que Juan Bautista a toréé mieux que de salon, en s'abandonnant, en oubliant la technique et laissant son corps s'exprimer avec relâchement, profondeur et pureté. Quatre oreilles de poids, quatre oreilles coupées en cette corrida hommage à Nimeño II à l'occasion de la célébration des 40 ans de son alternative et correspondant à la douzième sortie en triomphe par la Porte des Consuls et la cinquième consécutive.

Arènes de SOTILLO DE LA ADRADA (Ávila - Espagne) - Feria de la Trinidad - Dimanche 11 juin 2017

Juan Bautista (deux oreilles et queue symboliques et oreille), El Cid (silence et deux oreilles), Salvador Cortés (silence et deux oreilles)
Juan Bautista aura tutoyé les anges aujourd'hui, à moins que ceux soient eux qui l'aient vouvoyé... Sa prestation face à cet excellent toro Revoltoso, n° 22, de l'élevage de Rehuelga fut une véritable œuvre d'art, inspirée des plus grands maîtres. Juan Bautista s'abandonna complètement, oublia la technique pour se laisser guider par son corps, son âme, et déployer une tauromachie construite sur la base de la pureté, de la profondeur et du dépassement de soi. Lorsque deux artistes se donnent rendez-vous au même moment, le résultat ne peut être que grandiose. Demandez à un peintre de créer une œuvre d'art sans toile ni pinceau... En revanche, remettez-lui les meilleurs éléments, et il saura sublimer la toile. C'est ce qui s'est passé aujourd'hui. Alors que deux jours avant à Madrid, Juan Bautista n'avait pas eu la matière première adéquate, aujourd'hui, le sort en a voulu autrement et il a pu créer une œuvre majestueuse qui a eu comme résultat d'obtenir la grâce de son partenaire. Face au second de son lot, un bon toro de Juan Pedro Domecq, Juan Bautista toréa sur les deux cornes avec beaucoup de profondeur et de relâchement. Juan Bautista est au sommet de son art, sans qu'on puisse lui imaginer un sommet tant sa tauromachie évolue année après année.

Arènes d'ALICANTE (Espagne) - Feria de Hogueras - Mercredi 21 juin 2017 - Toros d'Adolfo Martín

Rafaelillo (silence et ovation), Juan Bautista (oreille et oreille), Manuel Escribano (oreille et oreille)
Juan Bautista a coupé une oreille importante à l'issue de la faena réalisée face à son premier opposant, un toro possédant des qualités mais qu'il fallait pousser. Il toréa lentement, très investi dans la faena et compris le toro à La perfection. Les muletazos eurent de l'épaisseur et de la cadence sur les deux cornes. Après une superbe estocade, il coupa une oreille de beaucoup de poids. Face au cinquième, Juan Bautista toréa avec beaucoup de douceur et de suavité donnant du rythme à chacun des muletazos. Il put mettre en évidence sa tauromachie pure et classique, toréant avec relâchement et assis sur les reins. Il entraîna le toro dans des séries droitières de grandes envergures et transmission. Sur le côté gauche, là où le toro humiliait moins, Juan Bautista su le mettre dans la muleta avec autorité et vibration, transmettant une grande intensité à la faena. Après une grande estocade au second essai, il coupa une oreille,demandée avec force par le public, synonyme de Grande Porte.

Arènes Le Palio d'ISTRES - Feria de Juin - Dimanche 25 juin 2017 - Toros de Juan Pedro Domecq

El Fundi (ovation et deux oreilles), Enrique Ponce (deux oreilles et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles)
Juan Bautista a donné une véritable leçon dans les Arènes Le Palio d'Istres à l'occasion de sa douzième participation à la feria. Centré tout au long de l'après-midi, faisant preuve d'un engagement total, il a littéralement montré une des meilleures versions de sa tauromachie. Face au troisième de la corrida, un toro qui possédait une pointe de violence lié à un manque de force, Juan Bautista sut trouver d'emblée la bonne distance et le bon rythme afin de lui régler les défauts. S'il l'avait toréé à mis hauteur, le toro aurait lancé un coup de tête en fin de muletazo ; s'il l'avait toréé par le bas, le toro n'aurait pas donné de coup de tête, mais il serait tombé. Il a fallu toute l'expérience de Juan Bautista et sa muleta de soie pour que le toro puisse permettre la réalisation d'une faena qui est allée crescendo. Toréant sur les deux cornes en allongeant la charge, s'investissant sur chaque muletazo, Juan Bautista domina de bout en bout son adversaire et après une estocade portée a recibir et un descabello autoritaire, il coupa les deux oreilles demandées avec force par le public. Si avec le troisième, Juan Bautista donna une leçon de tauromachie, avec le sixième, il donna une importante démonstration. Accueillant le toro à la cape par une larga les deux genoux en terre et poursuivant dans la même position par des véroniques allurées, suivies par une série de chicuelinas ajustées au centre de la piste, Juan Bautista entrepris le combat avec force et détermination. Après un quite par lopezinas, Juan Bautista banderilla le toro en invitant le Maestro El Fundi à clouer une paire. La faena de muleta fut d'un grand relief artistique, toréant relâché, avec beaucoup de présence et de pureté. Il amena le toro dans les plis de sa muleta, l'aspira dans des séries pleines de volupté et de liaison afin que le toro oublie son manque de force... Après une estocade portée a recibir d'effet immédiat, il coupa les deux oreilles de son adversaire demandées unanimement par le public et le tour de piste posthume fut accordé par la présidence à la dépouille du toro.

Arènes Nimeño II d'EAUZE - Samedi 8 juillet 2017 - Toros de La Dehesilla

Juan José Padilla (silence et deux oreilles), Juan Bautista (deux oreilles et ovation après pétition majoritaire), Thomas Dufau (oreille et ovation)
Face au deuxième de l'après-midi midi, un toro exigeant avec de la transmission, Juan Bautista instrumenta une faena profonde et souveraine. Sachant embarquer les charges dans une muleta autoritaire, Juan Bautista démontra le grand moment qu'il traverse en toréant avec classe et investissement. La muleta idéalement placée et avec un positionnement des plus précis, Juan Bautista fit de cette faena une œuvre majeure de tauromachie parachevée par une formidable estocade portée a recibir et primée en toute logique par les deux oreilles. Avec le cinquième toro, noble mais manquant de force, Juan Bautista toréa avec beaucoup de douceur et de volupté à la muleta après l'avoir accueilli à la cape par des véroniques les deux genoux en terre. Sans jamais déplacer le toro dans ses charges, toréant avec suavité et le corps complètement relâché, Juan Bautista trouva aussitôt le rythme du toro et dessina sur les deux cornes des muletazos de grande beauté. Terminant la faena par des passes du cartucho, Juan Bautista mit un terme à cette faena élégante et savoureuse par une grande estocade portée dans les règles de l'art qui déclencha une pétition majoritaire d'oreille non suivie de manière incompréhensible par le président.

Arènes de MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine - Vendredi 21 juillet 2017 - Toros de La Quinta

Juan Bautista (oreille et deux oreilles et queue), David Mora (tour de piste et oreille), Juan del Álamo (ovation et silence)
Juan Bautista reçu le premier de l'après-midi par de suaves et cadencées véroniques terminées par des chicuelinas ajustées et une larga pleine de torería. Avec la muleta, Juan Bautista sut embarquer son adversaire dans des séries templées en lui laissant le leurre parfaitement placé sachant rectifier le manque d'humiliation du toro. Faena pleine de saveur torera, de grande classe, dont la pureté fut le point d'orgue à la faena arrivant à transmettre ce que le toro ne possédait pas. Après un essai infructueux en recibir au moment de l'estocade, Juan Bautista acheva la faena par un autre recibir d'anthologie et coupa une oreille demandée avec force par le public. Avec le quatrième, Juan Bautista est entré dans l'Histoire des Arènes du Plumaçon de Mont de Marsan. Faena d'une grande perfection, toréant avec magie, pureté et majesté. Faena historique celle réalisée par un Juan Bautista pléthorique face à un bon toro de l'élevage de La Quinta honoré d'un tour de piste posthume dont les qualités furent sublimées et mises en valeur par son torero. Juan Bautista fit vivre au public un moment de grande émotion et de partage. Il embarqua le toro dans son monde d'une tauromachie suave, douce et d'une extrême profondeur, enchaînant les séries sur les deux cornes les unes plus belles que les autres. Magique, majestueux, parfait, Juan Bautista tutoya les anges toréant le corps relâché, oubliant la technique et se laissant aller à ses émotions et à l'improvisation. La faena alla crescendo pour terminer par des naturelles données avec la main droite et des passes du cartucho qui finirent de mettre le public debout sur les gradins. L'estocade donnée a recibir fut un modèle et libéra en toute logique les deux oreilles et la queue.

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) – Tradicionales Fiestas Patronales de Santiago y Santa Ana - Samedi 29 juillet 2017 - Toros de Valdefresno et Fraile Mazas

Francisco Rivera "Paquirri" (oreille et oreille), Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Javier Marín qui prenait l'alternative (oreille et deux oreilles)
Le premier toro du lot de Juan Bautista l'obligea à avoir une prestation d'infirmier. Le temple et la douceur de Juan Bautista furent au service du toro qui possédait certaine classe mais malheureusement très peu de force. Après l'avoir reçu à la cape par des véroniques couplées à d'autres chicuelinas, Juan Bautista le toréa de belle manière sur la corne gauche pour réaliser des naturelles de bonne facture. L'absence de transmission du toro ne donna aucune option au torero. Juan Bautista reçut son second à la cape par des largas les deux genoux en terre et suivies par des véroniques données les pieds joints qui montrèrent ses bonnes intentions. Avec la muleta, il réalisa un effort afin de réduire les charges brutales et incertaines de son adversaire. A base de d'opiniâtreté, de courage et d'insistance, Juan Bautista parvint à soumettre l'animal dans les plis de sa muleta savante et à dessiner d'admirables séries sur les deux cornes, achevées par de superbes passes de poitrines. Après un pinchazo et une formidable estocade, il coupa deux importantes oreilles.

Arènes de DAX - Feria d'Août - Dimanche 13 août 2017 - Toros de Montalvo

Curro Díaz (silence et silence), Juan Bautista (ovation et oreille), Sébastien Castella (silence et silence)
Juan Bautista eut à toréer un toro exigeant qui demandait à ce que le torero fournisse un effort. C'est ce que fit Juan Bautista avec beaucoup de dextérité et d'investissement. La faena eut de la transmission et de la liaison par l'intermédiaire de muletazos donnés en rond, la main en bas. Par la suite, le toro baissa de niveau, s'arrêta et Juan Bautista du se résoudre à raccourcir les distances. Il mit un terme à sa prestation par une estocade portée a recibir qui ne fut pas concluante et du utiliser Le descabello à deux reprises ce qui l'empêcha de couper une oreille importante. Le public lui attribua une grosse ovation en remerciement à sa très bonne faena. Le cinquième était un toro digne des Arènes de Las Ventas de Madrid (Espagne). Juan Bautista dès la cape mit en évidence son grand désir de laisser un grand souvenir à Dax. Avec torería, il mit le toro en valeur et réalisa deux quites à la cape, le premier par crinolinas et le second par chicuelinas. Avec beaucoup de ferveur, il banderilla lui-même mettant debout le public. La faena fut importante de profondeur et de classe. Juan Bautista oublia le corps et laissa parler ses émotions. Juan Bautista a retrouvé les Arènes de Dax et Dax a trouvé un torero en pleine maturité, avec une torería et une saveur hors du commun. L'estocade a recibir non concluante et un descabello n'empêchèrent pas l'octroi d'une grosse oreille demandée avec force par le public.

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Mardi 15 août 2017 - Toros de Miura, Cayetano Muñoz et José Luis Pereda

Rafaelillo (ovation, oreille et silence), Juan Bautista (oreille, silence et oreille)
Le premier toro de Juan Bautista fut changé par manque de force. Juan Bautista décida passer le tour et d'affronter le deuxième de son lot, un toro grand, sérieux et qui ne possédait pas beaucoup de force. Juan Bautista inventa la faena à base de patience, d'intelligence et de savoir faire. Attaquant le toro avec douceur, et donnant le temps au toro, Juan Bautista instrumenta une faena compacte et de grand professionnalisme. Il y mit un terme par une bonne estocade suivie d'un énorme descabello donné avec beaucoup de torería. Il coupa une oreille demandée avec force par le public. Face au deuxième de son lot, un toro imposant d'armure mais invalide et donc sans option, Juan Bautista n'eut d'autre solution que d'abréger la faena à la demande du public. En sixième position sortit le réserve de Cayetano Muñoz qui fut changé pour boiterie par un autre toro de José Cruz. Face à lui, Juan Bautista dessina une faena magistrale, faite de liaison, de transmission et d'intelligence. Le public le porta avec enthousiasme et Juan Bautista toréa avec énormément de joie, de classe et de profondeur faisant vivre des instants magiques. Il emmena le toro dans les plis de sa muleta dominatrice et fit rugir les arènes par des muletazos empreints de pureté. Faena importante d'investissement et d'improvisation face à un toro noble mais manquant de race que Juan Bautista mit en valeur et sublima en lui présentant un muleta toujours idéalement placée. Ce qui aurait pu être un triomphe de deux oreilles et queue s'est changé en une seule oreille. Mais lelus important aura été l'investissement de Juan Bautista face à ce toro et la réponse du public pour ce qui sera la meilleure faena de la feria.

Arènes d’EL BURGO DE OSMA (Soria – Espagne) – Feria Taurina de la Virgen del Espino y San Roque - Mercredi 16 août 2017 - Toros de Fernando Peña

Juan Bautista (oreille et deux oreilles), El Fandi (deux oreilles et deux oreilles), Joselito Adame (ovation et deux oreilles)
Juan Bautista dessina une faena de bon goût, remplie de saveurs toreras. Il toréa le corps très relaché, au ralenti pour servir une faena compacte et liée. Les meilleurs moments furent vécus sur la corne gauche. Il coupa une oreille demandée avec insistance par le public. Avec le quatrième, Juan Bautista donna un récital de bon toreo. Avec douceur et maîtrise, Juan Bautista donna confiance au toro qui possédait peu de force. Au fur et à mesure du déroulement de la faena, le toro repris des forces et Juan Bautista put le toréer au ralenti, la main basse et se laissant aller à ses sentiments, créant une véritable œuvre d'art. Oubliant son corps, Juan Bautista dessina des muletazos sur les deux cornes avec beaucoup de cadence, de profondeur et de transmission. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles de poids.

Arènes d’EL BURGO DE OSMA (Soria – Espagne) – Feria Taurina de la Virgen del Espino y San Roque – Jeudi 17 août 2017 - Toros d'El Jaral de la Mira et Fernando Peña

Juan José Padilla (silence et silence), Juan Bautista (deux oreilles et ovation après pétition), Paco Ureña (deux oreilles et oreille)
Juan Bautista fut l'auteur d'une nouvelle grande après-midi de toros. Tout au long de la corrida il fit preuve de maestría et de maturité. Ces deux faenas furent une véritable exhibition de torería, de profondeur et de pureté, toréant de manière relâchée, s'abandonnant totalement et réalisant deux œuvres d'art. Il comprit ses deux adversaires et leur offrit une prestation de grande ampleur et d'importance, mettant en évidence leurs qualités et sachant leur donner la distance et le temple nécessaire pour leur permettre de durer toute la durée du combat. Il coupa deux oreilles à l'issue de sa première faena et en perdit deux autres après la seconde à cause d'un mauvais maniement de l'épée.

Arènes de COLMENAR VIEJO (Madrid – Espagne) – Feria de la Virgen de los Remedios – Mardi 29 août 2017 - Toros de Jandilla et Vegahermosa

Juan Bautista (silence et deux oreilles), Alejandro Talavante (ovation et ovation), Andrés Roca Rey (oreille et ovation)
Juan Bautista s'est montré à un niveau supérieur dans les Arènes de Colmenar Viejo. Face au premier de l'après-midi, il fut facile et d'un professionnalisme exemplaire. Le toro, sans classe et qui n'allait pas au bout de ses charges, ne lui a pas permis de toréer comme il le souhaite. Néanmoins, Juan Bautista démontra une valeur et une sureté qui l'ont placé au-dessus des conditions du toro. Avec le quatrième de la corrida, Juan Bautista fit l'éloge de la naturalité, de l'élégance et du classicisme. Accueilli par deux largas à genoux, suivies de véroniques de grande cadence, dont certaines furent dessinées en regardant les gradins, le toro allait rencontrer par la suite un Juan Bautista stratosphérique. Prodigieux d'intelligence et de classe, Juan Bautista compris son opposant de A à Z. Avec la cape, il amena le toro au cheval de picador par rogerinas et effectua un quite par caleserinas. Après avoir lui-même assuré le tercio de banderilles, conclu par une superbe paire al violín, les ovations attribuées à Juan Bautista se firent encore plus fortes lorsqu'il commença la faena par sept muletazos donnés les deux genoux en terre avec relâchement et rythme. La suite de la faena fut une succession et une démonstration de naturel, d'esthétisme, d'intelligence, d'investissement et de clairvoyance. Aidant le toro au maximum, Juan Bautista fut l'auteur d'une prestation étincelante et souveraine qui le place parmi les toreros les plus en vue en 2017. Après une estocade de gala, il coupa une oreille avec force et légitimité.

Arènes de SACEDÓN (Guadalajara - Espagne) - Corrida mixte en l'honneur de la Santa Cara de Dios - Vendredi 1er septembre 2017 - Toros et novillos de Cayetano Muñoz

Juan Bautista (oreille et oreille), Curro de la Casa (ovation et deux oreilles) et le novillero José Rojo (deux oreilles et deux oreilles et rabo)
Nouvelle sortie en triomphe de Juan Bautista à l'issue de deux faenas portant le sceau de la maison. Torería, classe et personnalité furent les dénominateurs communs de sa prestation dont les séries de muletazos reflétèrent la tauromachie pure et précieuse de Juan Bautista. Tout au long de l'après-midi, Juan Bautista fit preuve d'une grande maturité, d'une intelligence vive et d'un important sens de la lidia face à deux exemplaires nobles mais manquant de force. Il sut leur donner le temps, la distance adéquate afin de préserver leur envie de combattre. Auteur de deux bonnes estocades, Juan Bautista coupa une oreille de chacun de ses opposants.

Arènes de BAYONNE - Feria de l'Atlantique - Samedi 2 septembre 2017 - Toros d'El Freixo

Juan Bautista (silence et deux oreilles), Paco Ureña (oreille et deux oreilles), Roca Rey (ovation et ovation)
Face au premier toro de l'après-midi, qui possédait du danger et aucune option de triomphe, ni de faena, Juan Bautista essaya par tous les moyens sur les deux cornes. Malheureusement, le toro ne voulu pas répondre à l'effort de Juan Bautista qui dut se résoudre à mettre un terme à sa prestation par une bonne estocade. Avec le quatrième, Juan Bautista fit chavirer les arènes en réalisant une œuvre de Roi. La faena créée sur le sable des Arènes de Lachepaillet, face à un toro juste de race et de force, fut d'une grande intelligence. Dès la cape, il l'accueillit par des véroniques les deux genoux en terre, poursuivant en accompagnant son adversaire au cheval de picador par un galleo et finissant par un quite par gaoneras. Avec la muleta, Juan Bautista donna au toro la distance idoine pour qu'il aille au bout du combat. Les muletazos furent d'une grande douceur et pureté, la main basse et s'abandonnant totalement. Sommet de Juan Bautista qui continue à conquérir les arènes. Après une estocade a recibir dans les règles de l'art, il coupa deux oreilles avec force.

Arènes de SAN MARTÍN DE VALDEIGLESIAS (Madrid - Espagne) - Dimanche 10 septembre 2017 -Toros de Fernando Peña Catalán

Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Álvaro Lorenzo (ovation et oreille), Joaquín Galdós (deux oreilles et deux oreilles)
Juan Bautista a montré tout son courage et sa détermination face à un lot de toros très exigeant. Face au premier, un animal compliqué et dangereux, il réalisa une faena puissante, imposant sa domination. Il y mit tout son cœur afin de parvenir à s'imposer. Malheureusement, après une bonne estocade non concluante, le descabello lui empêcha de couper une oreille largement méritée. Face au quatrième, un autre toro peu facile et exigeant, Juan Bautista signa une prestation d'émotion et d'investissement. Se faisant attraper heureusement sans conséquence, il montra tout son pouvoir et sa force pour contraindre son opposant. Les naturelles que Juan Bautista dessina sur le sable firent rugir les gradins, et après une bonne estocade, il coupa deux oreilles de poids.

Arènes de MADRIDEJOS (Tolède - Espagne) - Feria del Cristo del Pardo - Vendredi 15 septembre 2017 - Toros de Montalvo, Torrealta et Carlos Charro

Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Cayetano (silence et applaudissements), Antonio Linares (oreille et deux oreilles)
Juan Bautista broda le toreo sur des naturelles face au premier de la corrida, dans une faena liée et dont les muletazos sur la corne gauche furent donnés en s'enroulant le toro autour du corps. Sur le côté droit, Juan Bautista dû recourir à ses connaissances et métier afin de parvenir à lui servir des séries empreinte de domination et de force. Malheureusement, l'épée ne fut pas au rendez-vous et Juan Bautista perdit tout le profit de la faena. En revanche, face au quatrième, il dessina sur les deux cornes une faena au ralenti. La muleta embarqua le toro dans des séries d'une grande longueur et ampleur, avec beaucoup d'originalité et de verticalité. La dernière série, donnée sur la corne droite sans l'épée déchaîna la ferveur du public. Après une grande estocade portée a recibir, Juan Bautista coupa les deux oreilles.

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 16 septembre 2017 - Toros de Núñez del Cuvillo, Victoriano del Río et Garcigrande

Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Alejandro Talavante (silence et silence), Andy Younes qui prenait l'alternative (oreille et deux oreilles)
Face au deuxième de la matinée, un toro de l'élevage de Victoriano del Río sans race ni transmission, Juan Bautista inventa littéralement une faena. Toréant suavement et au ralenti, il construisit la faena avec douceur en occupant l'espace avec beaucoup de torería jusqu'à l'estoconazo final où il accompagna avec classe son adversaire pour vivre ses derniers instants. Il coupa une oreille de poids. Il reçut le quatrième de la matinée de façon originale par chicuelinas marchées. Ce fut un toro exigeant et compliqué avec lequel Juan Bautista créa une œuvre d'Art majuscule. Après l'avoir banderillé, et réglé en premier lieu les problèmes posés, Juan Bautista put dans un second temps toréé de manière relâchée et posée. Les séries se succédèrent avec torería, transmission et importance. Le Colisée Romain a chaviré devant le nouvel Empereur. Nouvelle démonstration de force et de grande maturité de Juan Bautista. Après un formidable recibir, il coupa les 2 oreilles en toute logique ouvrant ainsi pour la treizième fois la Porte des Consuls et la sixième consécutive.

Arènes de LOGROÑO (La Rioja - Espagne) - Feria de San Mateo - Samedi 23 septembre 2017 - Toros de Victorino Martín

Curro Díaz (oreille et silence), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Román (silence et ovation)
Face au deuxième toro de l'après-midi, qui fut exigeant et qui n'acceptait aucune erreur mais reconnaissant quand on lui faisait les choses bien, Juan Bautista réalisa une faena de chant lyrique. Toréant avec précision, facilité et relâchement, il s'éleva vers les sommets de la Tauromachie, en construisant des muletazos d'une douceur extrême sur les deux cornes. Les séries, longues et templées, furent olympiques et de grande transmission. Le public conquis demanda la grâce du toro Verdadero auquel fut accordée un tour de piste posthume. Véritable œuvre d'Art digne des plus grands crus de cette région viticole par excellence, la faena de Juan Bautista fut sublime, grandiose et d'une ampleur incommensurable, achevée par un estoconazo qui libéra les deux oreilles demandées avec force par le public. Juan Bautista coupa une nouvelle oreille à l'issue d'une faena vibrante et rythmée dessinée face au cinquième Victorino Martín. Juan Bautista fit preuve de profondeur et toréa avec le temple que son opposant exigeait. Démontrant une grande maturité, Juan Bautista a réussi à conquérir Logroño ce que l'armée française ne put réaliser un 11 juin 1521.

Arènes de LAS ROZAS (Madrid - Espagne) - Feria de San Miguel - Samedi 30 septembre 2017 - Toros d'Adolfo Martín

Juan Bautista (silence et deux oreilles), Fortes (oreille et oreille), Martín Escudero (silence et silence)
Juan Bautista construisit une faena intelligente mettant en exergue son métier et expérience face au premier toro de l'après-midi qui s'avéra compliqué, violent et dangereux. Juan Bautista sut s'accommoder des charges courtes de son opposant par une muleta autoritaire et sûre. Il mit un terme à la faena avec facilité par une estocade entière. Avec le quatrième, Juan Bautista dessina une œuvre d'art sur le sable des arènes. Toréant avec classe, pureté et cadence le bon toro d'Adolfo Martín, Juan Bautista fit vibrer les aficionados. Il broda le toreo sur les deux cornes notamment à gauche où les naturelles furent d'une réelle profondeur et lenteur données la main basse et le corps complètement relâché. Juan Bautista démontra la puissance de sa Tauromachie et son excellence lors de séries données avec beaucoup de naturel. Après un estoconazo a recibir, Juan Bautista coupa avec force les deux oreilles et fit un tour de piste fêté avec le drapeau espagnol sur les épaules en signe de solidarité du peuple Espagnol.

2016

Arènes Monumentales de Pueblo Nuevo de SAN CRISTÓBAL (État de Táchira - Venezuela) - Feria de San Sebastián - Mercredi 27 janvier 2016 - Toros de Campolargo

Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Manuel Escribano (silence et oreille), Fabio Castañeda (silence et deux oreilles)
Juan Bautista accueilli le premier de la corrida de belle manière en terminant par une bonne demie Véronique. Il amena le toro au picador avec beaucoup de sûreté par des chicuelinas marchées. Juan Bautista offrit la faena au public. Il comprit le toro parfaitement grâce à son métier, sa technique et ses connaissances, se plaçant au-dessus des conditions de l'animal. Le toro, qui ne possédait pas beaucoup de force ni de transmission, avait de la noblesse et fixité. Juan Bautista l'a soigné afin qu'il puisse durer toute la faena. Il accompagna les charges avec temple et lenteur sur les deux cornes. Juan Bautista construisit une faena variée avec des cambios, réussissant à lier les muletazos malgré le peu de parcours du toro. Il mit un terme à la faena par une superbe estocade d'exécution spectaculaire. Après une pétition unanime, il coupa une oreille méritée.
Le second toro du lot de Juan Bautista sortit distrait. Il réussit à le garder dans les plis de sa capes par des capotazos donnés les pieds joints. Comme avec le premier, Juan Bautista démontra beaucoup d'intelligence, de connaissance, de savoir, de maturité et d'expérience pendant tout le combat. El toro possédait peut de parcours et de transmission mais il humiliait. Juan Bautista le toréa à demi-hauteur pour l'aider, toujours à la faveur de l'animal afin qu'il garde ses forces. Juan Bautista pris soin du toro ce qui lui permit de connaître le succès. Pendant toute la faena, Juan Bautista anima son adversaire pour qu'il puisse développer ses charges. Les muletazos furent d'une grande douceur malgré le manque de qualité du toro. Juan Bautista fit l'effort pour donner de l'épaisseur à la faena face aux continuelles protestations du toro. Grâce à sa connaissance des terrains, Juan Bautista réalisa une faena très méritoire en exprimant le peu de qualité qu'avait le représentant de Campolargo. Il inventa la faena, en essayant d'aider le toro au maximum. Très intelligent dans la construction de la faena, Juan Bautista fut au-dessus des conditions de l'animal. Après une bonne estocade de grande exécution et d'effet immédiat, Juan Bautista coupa les deux oreilles.

Arènes de PALAVAS - Feria de la Mer - Samedi 30 avril 2016

Arènes de PALAVAS - Feria de la Mer - Samedi 30 avril 2016 - Toros de Robert Margé
Juan Bautista (ovation, oreille, deux oreilles, ovation, silence et ovation)
Juan Bautista a démontré tout au long de l'après-midi son implication, sa détermination, son courage et son honnêteté. Avec des conditions climatiques fort compliquées, un vent très violent qui soufflait en rafales et malgré une blessure à l'épaule droite qui le gênait et le faisait souffrir, Juan Bautista a défendu sa position de torero important en se justifiant pleinement avec panache et dignité face à une corrida superbement présentée, digne d'arènes de catégorie supérieure. En se donnant au maximum sur chaque toro, Juan Bautista a eu un comportement exemplaire de grand professionnel, démontrant une technicité de grande envergure, une maestría aboutie et des recours phénoménaux.
Le premier toro se cassa les cornes dès son entrée en piste. Juan Bautista décida de combattre le toro qui aurait dû sortir en deuxième position. Noble mais assez tardif dans ses charges, il permit à Juan Bautista de réaliser des muletazos de belle facture malgré la gêne occasionnée par le vent. Après une bonne estocade, il reçut l'ovation du public. Avec le deuxième, le toro remplaçant, Juan Bautista réalisa un gros effort face aux charges exigeantes de son adversaire. Déterminé, Juan Bautista utilisa toute sa technique afin de dominer l'animal. La faena fut riche en émotion et les muletazos donnés sur les deux cornes eurent comme point commun la transmission. Il coupa une oreille après une bonne estocade en place. Avec le troisième, un bon toro honoré d'un tour de piste posthume, Juan Bautista signa une faena majeure, empreinte de classicisme, de profondeur et de pureté. Il calma les ardeurs du vent et put dessiner sur le sable des arabesques grâce à sa muleta envoûtante. Il a atteint les sommets lors de séries de derechazos et naturelles. Oubliant sa blessure à l'épaule droite, Juan Bautista donna le meilleur de lui-même dans une faena faite de liaison et de transmission. Après une superbe estocade a recibir, il coupa en toute logique les deux oreilles. Avec le quatrième qui détruisit le burladero de lidia, Juan Bautista ne put montrer que sa détermination et son engagement face à un animal sans classe et arrêté qu'il tua d'une estocade autoritaire. Face au cinquième, un toro agressif et possédant du danger, Juan Bautista n'eut aucune option de triomphe. Avec le dernier de l'après-midi, Juan Bautista dessina un début de faena d'une extrême douceur après l'avoir banderillé avec maestría et precision lors de trois paires de banderilles qui soulevèrent l'enthousiasme des arènes. Il canalisa les charges claires de son adversaire par une muleta dominatrice et sure. Malheureusement, le toro ne dura pas autant que ce que le torero aurait voulu... Après deux pinchazos et une bonne estocade, Juan Bautista sorti en triomphe à l'issue d'une prestation exemplaire d'engagement, de professionnalisme et d'abnégation.

Arènes de MADRID (Espagne) - Las Ventas - Feria de San Isidro - Dimanche 8 mai 2016

Arènes de MADRID (Espagne) - Las Ventas - Feria de San Isidro - Dimanche 8 mai 2016 - Toros de Montealto
Juan Bautista (oreille et silence), Morenito de Aranda (ovation et ovation), José Manuel Mas (silence et silence).
Face au premier de l'après-midi, un toro sérieux et noble, Juan Bautista instrumenta une faena pleine de torería et de puissance après l'avoir reçu à la cape par des véroniques harmonieuses terminées par des demies des plus ajustées. Il commença avec la main gauche où les naturelles furent vibrantes et musicales. C'est avec la main droite que la faena a pris de l'importance. Juan Bautista compris le toro, et lui servi des séries de grande beauté, assis sur les reins, oubliant la technique et laissant totale liberté à l'expression artistique. Juan Bautista donna tout les avantages au toro pour transmettre. Le public de Las Ventas appuya sans réserve la faena, pleine de connaissance et de technique et l'apprécia à sa juste valeur, terminée par une série de naturelles de face les pieds joints de grande facture. Après une grande estocade portée a recibir, Juan Bautista coupa une oreille amplement méritée et demandée unanimement par le public. Avec le second de son lot, un toro manso, avec du danger qui n'arrêtait pas de gratter, Juan Bautista fut sur de lui, essayant de tout donner pour résoudre les problèmes posés. Mais le toro ne lui en fut pas reconnaissant et ne lui permit aucune solution de triomphe.

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Samedi 14 mai 2016

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Samedi 14 mai 2016 - Toros de Torrealta 
Enrique Ponce (ovation et silence), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), José Garrido qui confirmait l'alternative (ovation et ovation)
Matinée importante de Juan Bautista qui a confirmé ses excellentes prestations de Palavas et de Madrid et qui est sorti par la Porte des Consuls pour le neuvième fois. Face au premier de son lot, Juan Bautista instrumenta une faena dont il a le secret. Au milieu des rafales de vent, il domina sa muleta avant de le faire avec le toro. Grâce à une technique des plus à accomplie, Juan Bautista embarqua le toro dans des séries de muletazos douces imprimant un rythme soutenu. L'intérêt augmenta au fur et à mesure de la faena. Sur le côté gauche, les naturelles furent longues et savoureuses en laissant toujours la muleta idéalement placée. Un travail d'orfèvre achevé par un recibir d'école qui libéra les deux oreilles avec force. Avec son second, un toro noble qui s'éteignit en cours de lidia, Juan Bautista réalisa une faena faite de douceur après l'avoir banderillé. Il soigna le toro par des muletazos ajustés, lui donnant la distance idoine et gardant l'attention du public. La faena fut variée et précise telle une oeuvre d'art qui ne comporte aucun défaut. Après une autre estocade portée a recibir, il coupa les deux oreilles unanimement demandées par le public conquis par tant de classe, de connaissances, de torería et de saveur torera.

Arènes d'ARENAS DE SAN JUAN (Ciudad Real - Espagne) - Dimanche 12 juin 2016

Arènes d'ARENAS DE SAN JUAN (Ciudad Real - Espagne) - Dimanche 12 juin 2016 - Toros de Guadalest
Víctor Puerto (oreille et oreille), Juan Bautista (applaudissement et deux oreilles et queue), Octavio García "El Payo" (oreille et oreille)
Si face au premier de son lot, un toro avec du danger et sans option, Juan Bautista du se contenter de faire étalage de son professionnalisme, c'est avec son second qu'il réalisa une faena intense et profonde. En effet, dès la réception à la cape par des véroniques autoritaires et cadencées, et à la suite d'un quite par chicuelinas serrées, Juan Bautista instrumenta une œuvre de haute envolée lyrique. Face à ce toro de grande qualité, Juan Bautista dessina une faena faite de rythme, de douceur et de liaison. Meilleur à droite qu'à gauche, d'où il sortait des muletazos de manière désintéressée, le toro de l'élevage de Guadalest buvait la muleta magique de Juan Bautista créant ainsi un ballet ayant la beauté, la pureté et la douceur d'un cygne. En début de faena, Juan Bautista s'efforça de canaliser la charge bouillonnante du toro en allant le chercher loin devant et en le conduisant avec une douceur autoritaire. Le toro lui en fut reconnaissant et se livra avec beaucoup de transmission. Juan Bautista compris son partenaire grâce à ses connaissance et son métier ce qui lui permit de sublimer les charges incessantes de l'animal. Du côté gauche, Juan Bautista, par un placement parfait de la muleta, sut maintenir l'intensité à la faena alors que le toro possédait moins de transmission. En fin de faena, Juan Bautista imposa complètement sa domination par des roblesinas templées, acheva son œuvre par une estocade d'école portée a recibir qui délivra les trophées maximum et demanda le tour de piste posthume à la dépouille du toro pour récompenser sa bravoure et noblesse.

Arènes de PRÁDENA (Ségovie - Espagne) - Samedi 2 juillet 2016

Arènes de PRÁDENA (Ségovie - Espagne) - Première corrida de l'histoire de cette municipalité - Samedi 2 juillet 2016 - Toros de Fernando Peña
La rejoneadora Léa Vicens (deux oreilles) et les Matadors de Toros Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Alberto Álvarez (silence et silence)
Le premier toro de Juan Bautista fut un animal noble mais ne possédant pas beaucoup de force. Après l'avoir reçu par des véroniques ajustées et un bon quite par chicuelinas, Juan Bautista lui servi une faena douce et templée en l'accompagnant au maximum dans sa charge. La technique de Juan Bautista fut au service du représentant de l'élevage de Fernando Peña afin de lui permettre d'aller au bout du combat. Après une estocade entière il coupa les 2 oreilles demandées unanimement. Juan Bautista coupa une oreille supplémentaire de son second toro, un animal sans fond ni transmission de Fernando Peña, à l'issue d'une faena de haute technicité et de recours et construite par des muletazos d'une grande douceur et lenteur achevée par une estocade entière.

Arènes de PAMPELUNE (Navarre - Espagne) - Samedi 9 juillet 2016

Arènes de PAMPELUNE (Navarre - Espagne) - Feria de San Fermín - Samedi 9 juillet 2016 - Toros de José Escolar
Francisco Marco (silence et silence), Juan Bautista (ovation et oreille), Alberto Aguilar (ovation et Silence)
Après une réception par véroniques allurées, données avec puissance et majesté et terminées par une demie de cartel de grande exécution, Juan Bautista donna une leçon sur l'art de régler les problèmes d'un toro. Dès le début de faena, l'animal pesait sur le torero. Juan Bautista sut corriger ce défaut par un placement parfait du corps et de la muleta. A force de technique, Juan Bautista parvint à dessiner des muletazos relâchés avec liaison et cadence réussissant à lever l'intérêt dans les gradins. Après une demie estocade d'effet immédiat et une pétition d'oreille non suivie par la présidence, Juan Bautista salua une chaleureuse ovation. Le second de son lot fut accueilli par des véroniques rythmées données avec cadence et relâchement et terminées par une demie qui fut un hommage aux plus beaux paysages de Navarre. La faena qui suivit fut celle d'un torero accompli, empreinte de puissance, d'investissement et d'intelligence. Juan Bautista sut gommer les aspérités du toro, un animal qui manquait de transmission, en réalisant des séries avec beaucoup de classe, la main basse et conclue par des passes de poitrine d'une grande profondeur et aussi long que le parcours de l'encierro. Après une estocade en place qui fulmina le toro, Juan Bautista coupa une oreille de poids acclamée par tout le public.

Arènes de CHÂTEAURENARD - Feria Fiesta y Toros - Dimanche 24 juillet 2016

Arènes de CHÂTEAURENARD - Feria Fiesta y Toros - Dimanche 24 juillet 2016 - Toros de Salvador Domecq
Juan Bautista (oreille et oreille), El Fandi (oreille et ovation), Thomas Dufau (deux oreilles et deux oreilles)
Face au premier de son lot, un toro qui présentait du danger et face auquel aucune erreur n'était permise, Juan Bautista montra beaucoup de ressources et d'intelligence. Posé et sur de lui, il réussit a construire une faena de grande technicité avec des muletazos templés donnés sur les deux cornes. Après une estocade d'école, il coupa une oreille amplement méritée. Le second toro de Juan Bautista n'avait pas de force. Malgré cela, il sut réaliser une faena adaptée aux conditions de l'animal par des muletazos d'une grande douceur. Sans déplacer la charge du toro, Juan Bautista posa les fondations de sa faena sur la base de son expérience et torería. Après une bonne estocade qui vint après un pinchazo, Juan Bautista coupa une oreille.

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) - Lundi 25 juillet 2016

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) - Feria en l'honneur de Sainte Anne - Corrida mixte - Lundi 25 juillet 2016 - Toros de Las Monjas
Le rejoneador Roberto Armendáriz (ovation et deux oreilles), Juan José Padilla (oreille et ovation), Juan Bautista (deux oreilles et applaudissement)
Juan Bautista eut une prestation importante face au premier de son lot, un toro de qualités. La faena gagna en intensité au fur et à mesure du déroulement. Juan Bautista pris la mesure de son adversaire, lui donnant le temps de se reprendre entre chaque série et lui administra des muletazos de grande ampleur et profondeur. Ce fut un récital de classe, de bon goût, de grande maturité. Après une bonne estocade en place, il coupa en toute logique les deux oreilles. Face au second, un animal manso qui se colla aux planches, Juan Bautista n'eut d'autre option que de montrer sa bonne volonté. Après une bonne estocade, il récolta le soutien du public.

Arènes de SANTANDER (Cantábria - Espagne) - Feria de Santiago - Vendredi 29 juillet 2016

Arènes de SANTANDER (Cantábria - Espagne) - Feria de Santiago - Vendredi 29 juillet 2016 - Toros d'El Tajo et La Reina
Juan Bautista (silence, oreille et oreille), David Mora (tour de piste et ovation), Gonzalo Caballero (blessure)
C'est avec une réception à la cape les pieds joints que Juan Bautista a commencé la corrida en finissant cette série par une conclusion en forme de point d'exclamation. Après un quite à la cape par farols et caleserinas, Juan Bautista débuta la faena en donnant le temps nécessaire au toro. Il trouva de suite la distance et le placement idoines face au toro qui ne possédait pas beaucoup de transmission et qui a baissé de régime au fur et à mesure du déroulement de la faena. Avec torería, Juan Bautista réussit à canaliser et allonger la charge violente du toro grâce à des derechazos autoritaires, posés et templés. Sur la corne gauche, Juan Bautista essaya mais le toro protestait. Malheureusement, le descabello vint ternir cette prestation et le silence se fit. Il reçut le second de son lot par des véroniques templées, avec cadence et rythme terminées par une précieuse demie. Avant de commencer la faena, il offrit un quite par de très belles chicuelinas. Ensuite, avec un toro qui possédait de la noblesse, Juan Bautista réalisa une faena superbe d'inspiration et de puissance. Il embarqua parfaitement le toro du Maestro Joselito sur les deux cornes et l'accompagna dans des séries suaves, longues et de bonne exécution. Juan Bautista mit en évidence son grand moment de professionnalisme et de savoir au moyen de muletazos profonds, templés et relâchés. La faena fut un modèle de rythme, de cadence avec un parfum de torería. Il termina la faena avec une estocade portée a recibir et coupa une oreille de poids. À cause de la blessure de Gonzalo Caballero, Juan Bautista lidia le sixième toro de la corrida. Il le reçut à la cape de manière variée par des véroniques dessinées les deux genoux en terre, suivies par des tafalleras et une demie véronique également exécutée les deux genoux en terre. Pendant la faena, Juan Bautista aida le toro afin qu'il aille au bout des muletazos. Il démontra ses grandes connaissances et maturité. Juan Bautista toréa avec beaucoup de pureté et de saveur et augmenta les possibilités du toro en développant l'intérêt de la faena. Juan Bautista mît son âme dans sa prestation à Santander jusqu'à la parachever par une autre estocade portée a recibir. Il coupa une oreille importante supplémentaire et sortit en triomphe.

Arènes de VILLACAÑAS (Tolède - Espagne) - Jeudi 11 août 2016

Arènes de VILLACAÑAS (Tolède - Espagne) - Jeudi 11 août 2016 - Toros de Jaralta
Víctor Puerto (oreille et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Antonio Nazaré (ovation et oreille)
Juan Bautista reçu le premier de son lot, un toro très sérieux de présentation, par des lances les pieds joints suivis par des véroniques autoritaires en rejoignant le centre de la piste et terminant par une très bonne demie véronique. Avec la muleta, il donna une leçon de comment il faut toréer un bon toro sans force. Juan Bautista déploya son âme et expression pour fournir ce que l'animal ne possédait pas en occupant toute la scène. Juan Bautista compris parfaitement le toro depuis sa sortie en piste jusqu'à l'estocade finale en lui donnant le temps nécessaire entre chaque série afin qu'il puisse se reprendre. Juan Bautista toréa sur les deux cornes avec beaucoup de douceur et de lenteur, en aspirant la charge du toro avec l'intérieur de la muleta sans à coup. Il toréa avec énormément de lenteur, beaucoup de plaisir, assis sur les reins, sans déplacer la charge et réussissant à donner confiance au bon toro faible de Jaralta. Chaque  muletazo était une affiche et le reflet du grand moment qu'il traverse actuellement. Juan Bautista montra l'envie de celui qui commence avec la maturité de 17 années d'alternative. Après une grande estocade, il coupa en toute logique les deux oreilles. Juan Bautista reçut le second de son lot, un toro sérieux âgé de cinq ans, par des véroniques templées, ajustées et rythmées, terminées par une larga de toute beauté et torería. Après un bon quite par chicuelinas, Juan Bautista dessina une faena précise face à un toro qui possédait un bon fond mais qui manquait de transmission. Juan Bautista se hissa à un grand niveau et le démontra dans des séries de muletazos templés de grande facture. A la moitié de faena, le toro baissa de ton mais Juan Bautista put maintenir l'intérêt à la faena en s'impliquant totalement pour animer l'animal. Juan Bautista réussit à accompagner la charge grâce à des muletazos de grande longueur et cadence. Après une autre superbe estocade, Juan Bautista coupa une oreille supplémentaire.

Arènes de MIAJADAS (Cáceres - Espagne) – Feria y Fiestas de Agosto – Vendredi 12 août 2016

Arènes de MIAJADAS (Cáceres - Espagne) – Feria y Fiestas de Agosto – Vendredi 12 août 2016 - Toros d’Adolfo Martín
Rafaelillo (oreille et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Morenito de Aranda (oreille et ovation)
Nouvelle leçon de Tauromachie donnée aujourd'hui par Juan Bautista face aux redoutables toros d'Adolfo Martín. Il sut imposer sa volonté avec expérience et torería en résolvant les problèmes posés par les toros. Grâce à sa technique, ses connaissances, son métier et sa façon d'interpréter la tauromachie, Juan Bautista s'est une nouvelle fois hissé au-dessus des conditions de ses deux adversaires et a gommé toutes les aspérités afin que chaque animal donne le meilleur de lui-même, donnant même l'impression qu'ils étaient meilleurs que ce qu'ils étaient en réalité. Face au premier de son lot, un toro compliqué sur la corne gauche, Juan Bautista réalisa une faena harmonieuse, techniquement parfaite avec beaucoup de temple. Présentant la muleta sous le museau de l'animal, il embarqua celui-ci dans des séries de derechazos longs, allurés et d'une rare profondeur. Sur la corne gauche, Juan Bautista régla les problèmes par une implication sans faille et une muleta dominatrice, réussissant à mettre le toro dans le leurre. Après une bonne estocade, il coupa deux importantes oreilles unanimement demandées par le public. Avec son second, un toro possédant de la classe mais qui s'est vite arrêté du fait de son manque de force et de race, Juan Bautista déploya volonté et courage pour servir des muletazos d'une grande lenteur. Aidant son adversaire au maximum pour lui permettre d'aller au bout du combat, Juan Bautista offrit des séries avec beaucoup de douceur et de temple, prenant un réel plaisir à toréer. Malgré une épée qui n'est pas entrée du premier coup, Juan Bautista coupa une oreille de poids.

Arènes d’HERVÁS (Cáceres – Espagne) – Fiestas Populares de la Villa – Lundi 15 août 2016

Arènes d’HERVÁS (Cáceres – Espagne) – Fiestas Populares de la Villa – Lundi 15 août 2016 - Toros de Lora Sangrán
Juan Bautista (silence et deux oreilles), Alberto Álvarez (silence et deux oreilles et queue), Octavio García « El Payo » (oreille et ovation)
Le premier de Juan Bautista fut un toro manso, sans option de triomphe. De nulle possibilité, il du se résoudre à mettre fin à la faena avec professionnalisme. Face au de son lot, Juan Bautista fit preuve d'une grande maîtrise et se mit au service du toro, un animal manso mais pourvu de noblesse. Avec beaucoup de patience et de douceur, Juan Bautista embarqua la charge du toro dans des séries qui lui redonnèrent confiance. Posé et sur de lui, Juan Bautista toréa avec délicatesse sur les deux cornes sans jamais se faire toucher la muleta ni déplacer les charges réalisant ainsi une faena d'une grande technicité et suavité. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles de son opposant.

Arènes d'EL BURGO DE OSMA (Soria - Espagne) - Feria en l'honneur de San Roque et à la Virgen del Espino - Mardi 16 août 2016

Arènes d'EL BURGO DE OSMA (Soria - Espagne) - Feria en l'honneur de San Roque et à la Virgen del Espino - Mardi 16 août 2016 - Toros de Fernando Peña Catalán
Juan Bautista (deux oreilles et oreille), El Fandi (deux oreilles et deux oreilles et queue), Gonzalo Caballero (ovation et silence)
Juan Bautista toucha deux toros très encastés et exigeants. Grâce à son implication, sa grande technique et sa torería, il sut les dominer, les soumettre à sa volonté et leur imposer sa présence. Grâce à un placement parfait, une connaissance des terrains approfondie et une muleta impériale, il embarqua les charges avec douceur et l'autorité pour construire deux faenas d'un important niveau artistique. Les séries de muletazos données sur les deux cornes furent d'une grande transmission. Juan Bautista pu baisser la main et toréa avec beaucoup de profondeur et de cadence. Les estocades furent marquées du sceau de la maison Juan Bautista et délivrèrent ainsi trois oreilles coupées avec force.

Arènes de BOROX (Tolède - Espagne) - Corrida aux bénéfices des lésions médullaires et des handicapés physique - Mardi 30 août 2016

Arènes de BOROX (Tolède - Espagne) - Corrida aux bénéfices des lésions médullaires et des handicapés physique - Mardi 30 août 2016 - Toros de Fernando Peña Catalán et d'El Jaral de la Mira
Eugenio de Mora (ovation et oreille), Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Rubén Pinar (oreille et deux oreilles)
Juan Bautista reçut le premier de son lot par des véroniques de qualité terminées par un remate vertical rempli de torería. Juan Bautista commença la faena avec beaucoup de douceur pour prendre soin du toro qui ne possédait pas énormément de charge. Grâce à son métier, Juan Bautista a maintenu l'intérêt de la faena face à un animal sans classe, qui ne s'investissait pas et qui n'est pas allé en s'améliorant au fur et à mesure du déroulement du combat. Juan Bautista trouva le terrain idoine pour dessiner sur les deux cornes des muletazos d'un bon tracé, templés et toreros. Après une demie estocade en place, il coupa une oreille demandée par le public. Les véroniques exécutées par Juan Bautista à la sortie du second de son lot portèrent le sceau de la maison. Elle furent marquées par la cadence, du rythme, du temple et furent terminées par une douce demie véronique. Après un bon quite par chicuelinas, Juan Bautista donna un récital de belle tauromachie face à un bon et brave toro de l'élevage d'El Jaral de la Mira d'origine Baltasar Ibán honoré d'un tour de piste posthume. Il toréa avec pureté, lenteur et beaucoup de joie. Juan Bautista compris le toro à la perfection, plaçant la muleta sous le museau et aspirant les charges bien en amont. Les muletazos sur les deux cornes dessinèrent une œuvre d'art dont le sommet fut atteint lors de séries sur le côté droit qui furent lentes, d'un grand investissement et accompagnement, et d'autres du côté gauche lors desquelles Juan Bautista toréa assis sur les reins, de manière profonde, d'un naturel et d'une pureté extrême oubliant son corps. Il acheva la faena au moyen de passes par le haut de grande qualité en accompagnant la charge avec douceur et terminant par une passe du mépris qui arrêta le temps. Après un pinchazo a recibir, il réussit une estocade utilisant le même procédé et coupa les deux oreilles.

Arènes d'EJEA DE LOS CABALLEROS (Saragosse - Espagne) - Feria Taurina en honor a Nuestra Señora la Virgen de la Oliva - Jeudi 1er septembre 2016

Arènes d'EJEA DE LOS CABALLEROS (Saragosse - Espagne) - Feria Taurina en honor a Nuestra Señora la Virgen de la Oliva - Jeudi 1er septembre 2016 - Toros de Los Bayones
Juan Bautista (oreille et oreille), Alberto Álvarez (oreille et deux oreilles), Gonzalo Caballero (silence et oreille)
Juan Bautista a dessiné deux faenas dont la profondeur, la lenteur dans les muletazos et la pureté de sa tauromachie furent les points communs pour compenser le manque de race de ses deux adversaires. Il construisit deux faenas dont les meilleurs moments furent sur la corne gauche. Les naturelles données le corps complètement relâché eurent l'arôme d'une tauromachie aboutie, mature et d'un grand classicisme. Juan Bautista, en pleine possession de ses moyens et traversant le meilleur moment de sa brillante carrière, a démontré une nouvelle fois la plénitude de son toreo.

Arènes de SAN MARTÍN DE VALDEIGLESIAS (Madrid - Espagne) - Feria Taurina en Honor a la Virgen la Nueva - Vendredi 9 septembre 2016

Arènes de SAN MARTÍN DE VALDEIGLESIAS (Madrid - Espagne) - Feria Taurina en Honor a la Virgen la Nueva - Vendredi 9 septembre 2016 - Toros de Fernando Peña Catalán et d'El Jaral de Mira
Curro Díaz (ovation et ovation), Juan Bautista (oreille et oreille), Gonzalo Caballero (ovation et silence)
Juan Bautista a démontré une nouvelle fois toute l'étendue de son savoir et maestría en sachant s'accorder avec deux toros complètement différents. Face au premier encasté et exigeant, du fer d'El Jaral de Mira, Juan Bautista sut s'imposer avec classe et autorité en présentant à son adversaire une muleta à la fois douce et dominatrice afin de canaliser les charges répétées. Juan Bautista construisit une faena importante en consentant le toro lequel céda à la volonté de fer du torero. Une épée de bonne exécution mais résultant un peu basse le privera de couper la seconde oreille. Face au cinquième, de l'élevage de Fernando Peña Catalán, un toro sans race mais noble, Juan Bautista s'adapta aux conditions de l'animal en lui donnant confiance. Il déploya une muleta suave et caressante afin de toréer avec le plus de lenteur et de profondeur possible sur les deux cornes. Les muletazos furent empreints de classe et de pureté et après avoir porté une bonne estocade, Juan Bautista coupa une oreille, synonyme d'une nouvelle sortie en triomphe.

rènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 10 septembre 2016

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 10 septembre 2016 - Toros de Zalduendo
Luis Francisco Esplá (oreille et oreille), Morante de La Puebla (bronca et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et queue et deux oreilles)
Juan Bautista donna une véritable symphonie de toreo face au premier de son lot, honoré d'un tour de piste posthume. Possédant des qualités de noblesse mais qu'il fallait canaliser et apprivoiser, Juan Bautista magnifia la charge de son adversaire pour créer une œuvre d'art d'une beauté exceptionnelle. Toréant avec une extrême douceur et lenteur, Juan Bautista tutoya les anges à moins que ce soient eux qu'ils l'aient vouvoyé. Les séries furent d'une grande profondeur, la muleta idéalement placée, le corps totalement relâché, assis sur les reins, Juan Bautista commotionna l'Amphithéâtre Romain dans une faena majestueuse et de grande pureté. Au sommet de son art, Juan Bautista rendit le plus beau des hommages à la création du Maestro Luis Francisco Esplá. Après une estocade portée a recibir, le président n'eut d'autre solution que d'accorder les trophées maximum. Avec le second, qu'il banderilla avec enthousiasme, Juan Bautista récidiva et construisit une nouvelle œuvre d'art faite de sentiments, de torería et de profondeur. Oubliant son corps, Juan Bautista toréant comme jamais, enchaînant les muletazos avec cadence et temple. Faena d'une pureté hors du commun démontrant qu'il est devenu un torero important dépassant l'image de bon torero. Juan Bautista est entré dans un autre monde, celui des toreros indispensables dans toutes les ferias. Après une estocade portée a recibir, il coupa deux autres oreilles demandées unanimement par le public.

Arènes d'ARANDA DE DUERO (Burgos - Espagne) – Feria de Nuestra Señora de las Viñas – Dimanche 11 septembre 2016

Arènes d'ARANDA DE DUERO (Burgos - Espagne) – Feria de Nuestra Señora de las Viñas – Dimanche 11 septembre 2016 - Toros d’Alcurrucén
Juan Bautista (silence et deux oreilles), Joselito Adame (oreille et silence), Ginés Marín (oreille et silence)
Si le premier toro de Juan Bautista ne permit aucune possibilité de faena car possédant un grand danger et face auquel il fit front avec opiniâtreté, le second de son lot lui offrit l'occasion de continuer la belle série de triomphes et confirmer ainsi sa majestueuse prestation de la veille dans les Arènes d'Arles pour la Corrida Goyesque. Avec ce bon exemplaire d'Alcurrucén, Juan Bautista fit étalage de sa science et se laissa aller à ses sentiments au travers d'une interprétation guidée par l'improvisation, le classicisme et la profondeur. Atteignant les sommets, Juan Bautista laissa une empreinte indélébile marquée de muletazos sur les deux cornes dont la réalisation et le tracé furent un appel à la pureté et à la lenteur. Toréant avec beaucoup de joie et d'enthousiasme, Juan Bautista montra sa plus belle tauromachie afin de célébrer comme il se devait le jour anniversaire de son alternative reçue le 11 septembre 1999 dans les Arènes d'Arles. Après une estocade portée a recibir, il coupa avec force les deux oreilles de son adversaire.

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 17 septembre 2016

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 17 septembre 2016 - Toros d'El Puerto de San Lorenzo
Rafaelillo (oreille et silence), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Miguel Ángel Perera (silence et silence)
Face au premier de son lot, un toro sérieux de présentation et possédant des qualités de noblesse, Juan Bautista fit chavirer les Arènes de Nîmes par une tauromachie pure, profonde et d'une lenteur absolue. Juan Bautista réalisa une faena d'une grande maturité et d'une douceur extrême. Du côté droit, il embarqua son adversaire dans des séries longues et templées alternant improvisation et enchaînements qui amenèrent le toro à suivre le leurre dans un ballet digne des plus grandes soirées de l'Opéra de Paris. À gauche, Juan Bautista toréa avec classe et suavité en transmettant beaucoup de sentiments et d'émotion. Après une estocade a recibir, il coupa en toute logique les deux oreilles. Avec le second, un toro sans classe, Juan Bautista fit un effort conséquent pour apporter de l'intérêt à la faena. Avec beaucoup de recours, Juan Bautista réalisa une faena sur les deux cornes avec autorité et compétence afin de couper une troisième oreille synonyme de dixième Porte des Consuls. 

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Dimanche 18 septembre 2016

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Dimanche 18 septembre 2016 - Toros de Victoriano del Río et Toros de Cortés
Juan Bautista (ovation, oreille et deux oreilles et queue), José María Manzanares (oreille et ovation), Thomas Joubert qui confirmait l'alternative (blessure et deux oreilles)
À cause de la blessure de Thomas Joubert infligée en tout début de faena par son toro de confirmation d'alternative, Juan Bautista dut combattre le premier toro de la matinée, un animal dangereux, possédant des complications. Avec autorité et honneur, Juan Bautista réalisa une faena de grand professionnel sur les deux côtés en se montrant au-dessus des conditions du toro. Après une bonne estocade, il reçut l'ovation du public qui reconnut l'effort de Juan Bautista. Avec le premier de son lot, un toro sans classe et éteint, Juan Bautista inventa une faena en se positionnant dans le bon terrain. Donnant confiance au toro, il sut construire une faena qui est allée crescendo, embarquant son opposant dans des séries templées sur les deux cornes. Terminant dans les cornes par des circulaires inversées, Juan Bautista acheva son oeuvre par une estocade a recibir concluante qui délivra une oreille de poids. Avec le second de son lot, un toro avec beaucoup de classe primé par un tour de piste posthume, Juan Bautista fit encore une fois chavirer les Arènes de Nîmes et donna un récital de tauromachie. Juan Bautista au sommet de son art, magistral de pureté, de profondeur et de torería. Un moment magique, une véritable symphonie céleste, une oeuvre d'art que Juan Bautista a dessiné avec beaucoup de sentiments. Oubliant son corps, se laissant aller à son émotion, Juan Bautista toréa avec une beauté de l'Olympe, et se fit vouvoyer par les anges tellement la faena fut impressionnante de grandeur et de majesté. Après avoir accueilli son adversaire intelligemment à la cape et banderillé avec dextérité, Juan Bautista toréa avec une lenteur incommensurable, le corps relâché, réalisant une faena de rêve. Après une formidable estocade a recibir, le public debout demanda avec force les deux oreilles et la queue synonyme de onzième Porte des Consuls et qui furent célébrées avec beaucoup de bonheur et de partage.

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Fêtes en l'Honneur de Nuestra Señora de la Merced et San Miguel - Corrida mixte - Samedi 24 septembre 2016

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Fêtes en l'Honneur de Nuestra Señora de la Merced et San Miguel - Corrida mixte - Samedi 24 septembre 2016 - Toros de Jódar y Ruchena
Le rejoneador Pablo Hermoso de Mendoza (ovation et silence), Juan Bautista (oreille et oreille), José Garrido (ovation et oreille)
Sur sa lancée de triomphes, Juan Bautista a pu développer sa belle tauromachie en terres navarraises et ouvrir une nouvelle fois la Grande Porte des Arènes. Face à deux toros qui l'ont laissé s'exprimer malgré le peu de race qu'ils possédaient, Juan Bautista a laissé une trace exquise de son passage. Les deux faenas furent le reflet du moment admirable qu'il traverse actuellement. Avec implication, torería et classe, il dessina des séries habitées par le temple, la profondeur et la lenteur ce qui permis à ses deux opposants d'aller au bout des combats. Complètement investi, Juan Bautista offrit à l'Afición de Navarre une prestation aboutie de torero mature toréant avec plaisir sur les deux cornes, apportant beaucoup de soin et d'intelligence à l'élaboration des deux faenas.

Arènes de MEDINA DE POMAR (Burgos - Espagne) - Feria Taurina - Dimanche 2 octobre 2016

Arènes de MEDINA DE POMAR (Burgos - Espagne) - Feria Taurina - Dimanche 2 octobre 2016 - Toros d'Albarreal
Juan Bautista (oreille et oreille), Marco Antonio Gómez (oreille et oreille), Ginés Marín (deux oreilles et ovation)
Belle après-midi de Juan Bautista qui a toréé ses deux nobles opposants avec torería, profondeur et intelligence. Grâce sa muleta, dotée de suavité et de temple, il a pu dessiner deux faenas soyeuses d'où émergèrent des séries de grande lenteur, conclues par deux bonnes estocades. Prenant soin de ces deux adversaires en les toréant avec beaucoup de douceur, Juan Bautista a démontré une nouvelle fois toute l'étendue de son savoir continuant ainsi sa très importante saison.

Arènes de FUENGIROLA (Málaga – Espagne) – Dimanche 9 octobre 2016

Arènes de FUENGIROLA (Málaga – Espagne) – Dimanche 9 octobre 2016 – Toros d’Hermanos Sánchez Herrero
Juan Bautista (oreille et deux oreilles), David Galán (oreille et deux oreilles et queue), Joaquín Galdós (applaudissements et silence)
Face au premier de l'après-midi, un toro sérieux, exigeant et manquant de race, Juan Bautista fournit un effort conséquent afin de réaliser une faena importante d'implication et d'investissement. Il coupa une oreille qui aurait pu être doublée sans un pinchazo sur une estocade a recibir. C'est avec le second de son lot, un autre toro d'une présentation sérieuse et décasté, que Juan Bautista s'imposa avec force, implication et abnégation. Les séries s'enchaînèrent dans des arabesques taurines aux saveurs de torería grâce à une muleta idéalement placée et un corps relâché. Après une superbe estocade, Juan Bautista coupa les deux oreilles demandées avec beaucoup de ferveur par le public qui fut conquis par sa classe.

2015

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Feria en honneur de Nuestra Señora de la Merced et San Miguel - Mardi 29 septembre 2015

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Feria en honneur de Nuestra Señora de la Merced et San Miguel - Mardi 29 septembre 2015 - Toros de Virgen María

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Feria en honneur de Nuestra Señora de la Merced et San Miguel - Mardi 29 septembre 2015 - Toros de Virgen María
Juan Bautista (oreille et deux oreilles et queue), Salvador Cortés (silence et silence), Javier Antón (oreille et oreille)
Fin de saison en apothéose pour Juan Bautista en cet après-midi navarrais. Face à ses deux adversaires, de grande classe, le premier étant honoré d'un tour de piste posthume alors que la grâce fut demandée pour le second de son lot, Juan Bautista réalisa deux faenas somptueuses, de rêves et magiques, la première terminée par un grand recibir et deux descabellos ce qui lui fit perdre la seconde oreille. Juan Bautista au sommet de son art en créant deux œuvres d'art majeures, faites de temple, de lenteur, de cadence, d'inspiration et de pureté. Pureté dans les muletazos donnés sur les deux cornes, rythme et cadence dans les séries qui envoûtèrent les charges majestueuses de ses deux toros de Virgen María. Du grand, du royal Juan Bautista qui a tutoyé les anges et qui s'est hissé au sommet de l'Art en dessinant deux œuvres certes éphémères mais qui resteront à jamais gravées dans la mémoire de ceux qui eurent la chance et le privilège d'y assister.

Arènes de SAINT SEVER - Corrida Goyesque du cinquantenaire de l'élevage de Victorino Martín

Arènes de SAINT SEVER - Corrida Goyesque du cinquantenaire de l'élevage de Victorino Martín - Dimanche 27 septembre 2015 - Toros de Victorino Martín
Juan Bautista (oreille, silence, silence, ovation et deux oreilles), Thomas Dufau (oreille avec blessure)
Après-midi important pour Juan Bautista qui dû combattre en solitaire cinq toros suite à la blessure à la main gauche de Thomas Dufau face au deuxième. Il fit front avec responsabilité et torería, fournit un gros effort afin de venir à bout de cette corrida dont le public ne se rendit pas toujours compte du grand danger développé par les toros. Face au premier de son lot, un toro sérieux de comportement qu'il fallait consentir, Juan Bautista se montra d'un grand professionnalisme. Commencée sur la corne gauche, la faena fut d'une grande rigueur. Par la suite, il sut contenir les charges violentes par des derechazos autoritaires en utilisant les terrains. Après un trois quart d'estocade et un descabello d'école, il coupa une oreille méritée vue les difficultés qu'il résolut avec maestría. Avec son second, dangereux et qui ne passait pas, Juan Bautista dû se résoudre à abréger devant l'impossibilité de construction d'une faena. Le quatrième sortit avec beaucoup de danger. Juan Bautista se montra très digne devant l'adversité et démontra beaucoup de technique et de recours. Avec le cinquième, un toro exigeant qui demandait énormément de sang froid car regardant constamment le torero, Juan Bautista démontra maestría et torería. Il élabora une faena sérieuse, calme, d'une tauromachie posée et solide, aspirant la charge avec beaucoup de temple et de suavité. Un pinchazo et deux descabellos le privèrent d'une grosse oreille. Avec le sixième, un toro exigeant qu'il fallait toréer avec beaucoup de douceur et de lenteur afin de ne pas le déplacer, Juan Bautista mît en évidence ses connaissances et sa grande maturité nécessaires pour affronter ce type d'élevage. La faena fut un modèle de sérieux et d'implication sur les deux cornes toréant avec temple et profondeur. Après une grande estocade a recibir, Juan Bautista coupa les deux oreilles avec force. Au final de la corrida, il refusa de sortir en triomphe eut égard à la blessure de Thomas Dufau.

Arènes Le Palio d'ISTRES - Feria de Juin - Samedi 20 juin 2015 - Toros d'El Pilar

Arènes Le Palio d'ISTRES - Feria de Juin - Samedi 20 juin 2015 - Toros d'El Pilar
Denis Loré (ovation et silence), Juan Bautista (deux oreilles et ovation), Thomas Joubert (deux oreilles et ovation)
Juan Bautista a donné une grande dimension aujourd'hui dans les Arènes Le Palio d'Istres.
Face au premier de son lot, un toro possédant noblesse et fixité, mais juste de force, Juan Bautista instrumenta une faena empreinte de torería et de maestría. Après avoir bien réceptionné son adversaire a la cape et réalisé un quite par véroniques aux saveurs du sud, Juan Bautista s'attacha à faire durer le toro en lui préservant ses forces. Sur de lui et de sa technique, il réussit à dominer l'animal et les rafales de vent par des séries sur chaque corne données avec une extrême douceur et grande profondeur. En milieu de faena, le toro pris confiance et Juan Bautista pût oublier la technique pour toréer avec relâchement et en s'abandonnant. Le sommet de la faena arriva avec des séries de naturelles marquées du sceau de la maison Juan Bautista : classe, rythme, profondeur, volupté et perfection dignes des plus grands chefs œuvres de l'Art. Après une estocade a recibir, Juan Bautista coupa en toute logique les deux oreilles demandées à l'unanimité par le public.
Avec le second toro de son lot d'une extrême faiblesse, Juan Bautista donna une leçon de tauromachie sur la façon de se placer et la manière de toréer avec suavité sans jamais déplacer la charge du toro. Chaque muletazo était une caresse pour accompagner le toro dans les plis de sa muleta à la fois dominatrice et pleine de douceur. Malheureusement, le manque total de transmission du toro empêcha toute possibilité de triomphe sur cette seconde faena.

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 19 septembre 2015

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 19 septembre 2015 - Toros de Victoriano del Río, Toros de Cortés et Juan Pedro Domecq
Enrique Ponce (oreille et deux oreilles), Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Andrés Roca Rey qui prenait l'alternative (oreille et oreille)
Après-midi en Juan Bautista majeur qui a atteint les sommets de la Tauromachie.
Juan Bautista dessina une importante faena face au premier de son lot, un toro noble et sérieux de présentation. Trouvant la distance idoine dès les premiers muletazos, Juan Bautista distilla sa tauromachie faite de pureté, de temple et de profondeur. Assis sur les reins, Juan Bautista toréa de manière très relâchée avec beaucoup de rythme et de cadence arrivant à transmettre émotion et torería. La tentative de recibir avorta en un pinchazo et un descabello donné dans les règles de l'art ce qui lui enleva l'octroi de la seconde oreille. Avec son second, Juan Bautista atteint les sommets de la Tauromachie par une faena construite de manière intelligente démontrant torería et maestría après l'avoir reçu par des véroniques données les deux genoux en terre et banderillé avec rythme, précision et clairvoyance. Juan Bautista fut parfait de technique et d'élégance dans des séries dont le temple, la cadence et la pureté furent les maîtres mots. Juan Bautista interpréta une véritable symphonie de Toreo digne des plus grandes œuvres de Mozart. Le résultat fut grandiose atteignant la perfection de La Chapelle Sixtine. Après une grande estocade a recibir d'école, il coupa les deux oreilles avec forces ce qui lui permit de sortir en triomphe par la Porte des Consuls.

Arènes de MAUGUIO – Feria de la Romería – Dimanche 7 juin 2015

Arènes de MAUGUIO – Feria de la Romería – Dimanche 7 juin 2015 - Toros de Luc y Marc Jalabert
Rodolfo Rodríguez « El Pana » (ovation et oreille), Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Salvador Vega (ovation et silence)
Le premier du lot de Juan Bautista eut de la noblesse mais pas beaucoup de transmission. Juan Bautista donna ce que le toro ne possédait pas et mit en évidence sa grande technique et maturité en dessinant une faena variée et au-dessus des conditions de l'animal. Il acheva la faena par un grand coup d'épée et coupa une oreille. Face au cinquième de l'après-midi, un bon toro de Luc et Marc Jalabert, il réalisa un travail d'intelligence. Au début de la faena, le toro fit une forte vuelta de campana qui eut comme conséquence d'amoindrir ses facultés physiques. Juan Bautista sut lui donner de la distance et du temps pour qu'il puisse récupérer. Il s'en suivit une faena pleine de technique, de torería et de relâchement qui conquit les aficionados présents sur les gradins. Après une superbe estocade portée au centre de la piste a recibir, il coupa les deux oreilles amplement méritées et demandées unanimement par le public.

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 12 septembre 2015

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 12 septembre 2015 - Toros de Los Espartales (rejones) et Parladé
Pablo Hermoso de Mendoza (oreille et oreille), El Juli (silence et deux oreilles), Juan Bautista (silence et deux oreilles)
Au terme de cette onzième Corrida Goyesque, Juan Bautista a donné une grande dimension dans les Arènes d'Arles triomphant dans un contexte difficile.
Face à son premier, un toro noble mais sans force, Juan Bautista se montra très professionnel après une bonne réception à la cape. En tout début de faena, le toro s'abîma le sabot avant gauche ce qui rendit impossible toute construction de faena malgré les naturelles douces et templées qu'il put dessiner avant de porter une bonne estocade et un descabello. C'est face à son second adversaire que Juan Bautista mit en évidence sa grande technique, sa détermination et son courage en réalisant une importante faena. Alors que ses deux compagnons de cartel avaient la sortie par la Grande Porte assurée, Juan Bautista était obligé de couper les deux oreilles pour ne pas sortir à pied et laisser échapper le triomphe sur ses terres. Déterminé et investi d'une volonté de géant, Juan Bautista fit face avec autorité et opiniâtreté aux exigences du toro de l'élevage de Parladé. Doté de transmission et de mobilité, le toro ne pardonnait aucune erreur et Juan Bautista sut le convaincre de suivre la muleta pour dessiner une faena somptueuse d'engagement et d'abnégation. Commencée par de puissants doblones, la faena prit corps au fur et à mesure de son déroulement. Avec la muleta idéalement placée sous le museau du toro, Juan Bautista sut contenir les assauts violents et répétitifs de son adversaire pour créer une œuvre majuscule et magistrale. Achevée par un recibir d'école, la faena fut un modèle de savoir faire, de torería, d'implication d'un torero qui, même dans sa seizième année d'alternative, ne lâche rien et défend avec grand honneur sa position sur ses terres.

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Lundi 25 mai 2015

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Lundi 25 mai 2015 - Toros de El Torero
Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Iván Fandiño (silence et ovation), Daniel Luque -(oreille et silence)
Leçon de tauromachie en Juan Bautista Majeur.
Le premier toro de Juan Bautista fut un animal sans classe, arrêté et avec un danger sourd. Juan Bautista s'est montré au-dessus des conditions lors d'une faena intelligente, autoritaire et de grand professionnalisme. Grâce à un placement précis, une décision exemplaire et sur de sa technique, il put obtenir des passages de grand temple et profondeur sur les deux cornes. Après une bonne estocade, il reçut l'ovation du public conscient de l'effort qu'il avait fourni.
C'est avec le second toro de son lot, crédité d'un tour de piste posthume, que Juan Bautista donna une véritable leçon de grande tauromachie, d'implication et de maestría. Face à cet animal noble mais tardo, Juan Bautista se comporta en maestro responsable. Il prit la lidia en main en demandant à son picador Paco María de se mettre au niveau de la présidence après la première pique. Il plaça le toro au centre lequel s'élança avec bravoure pour la seconde rencontre. Après ce premier moment d'émotion, Juan Bautista décida d'assurer lui-même la pose des banderilles clouant trois paires avec dextérité et autorité. La première au cuarteo, la deuxième de calafía et la troisième au au quiebro. A la muleta, dont la faena commença les deux genoux en terre, Juan Bautista s'adapta parfaitement aux conditions de l'animal toréant avec temple, lenteur et profondeur, oubliant les toques pour plus de naturel et arrivant à apporter ce que le toro ne possédait pas : l'émotion. Les muletazos furent d'une grande classe dont le point culminant fut des séries de naturelles dessinées de face avec précision, pureté et dans les règles de l'art, allant chercher le toro loin devant en l'aspirant avec la muleta et l'amenant loin derrière. Juan Bautista arrêta le temps, s'abandonnant et se relâchant complètement pour faire parler ses sentiments et sa tauromachie. Chaque muletazo portait le sceau de la maison Juan Bautista et le public, comme au premier toro, se rendit compte de l'important niveau de la faena. L'estocade a recibir portée au centre du ruedo fut la conclusion majeure à cette œuvre d'art et libéra les deux oreilles incontestables demandées par le public et accordées par le président qui, contrairement à celui de Madrid, a fait preuve de sensibilité.

Arènes de ROBLEDO DE CHAVELA (Madrid - Espagne) - Feria en Honor al Cristo de la Agonía - Samedi 29 août 2015

Arènes de ROBLEDO DE CHAVELA (Madrid - Espagne) - Feria en Honor al Cristo de la Agonía - Samedi 29 août 2015 - Toros d'El Torreón
Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Manuel Escribano (silence et deux oreilles), David Martín Escudero (silence et silence)
Juan Bautista se montra convaincant et décisif face aux deux toros de son lot. Avec son premier, un animal important de part sa classe et sa transmission, il se hissa à la hauteur des exigences du représentant de l'élevage pour offrir une faena d'un niveau majeur. Les muletazos donnés sur les deux cornes portèrent le sceau de la maison et furent imprégnés d'une grande torería alliée à une profondeur inusitée et une réelle implication. Le public vit face à lui un Juan Bautista pléthorique et l'accompagna dans cette faena pour lui demander avec force les deux oreilles qui furent concédées par le président après une bonne estocade. Avec le second de son lot, un toro juste de force, Juan Bautista réalisa une faena d'orfèvre pour donner confiance au toro en lui proposant une muleta qui se fit douce et suave. Le toro suivit le leurre rouge de Juan Bautista qui le guida avec calme, professionnalisme et facilité. Après une autre bonne estocade, il lui coupa une oreille supplémentaire demandée majoritairement par le public.

Arènes de MADRID – LAS VENTAS – Feria de San Isidro – Mardi 19 mai 2015

Arènes de MADRID – LAS VENTAS – Feria de San Isidro – Mardi 19 mai 2015 – Toros d’Alcurrucén
Antonio Ferrera (silence et silence), Juan Bautista (silence et tour de piste après pétition d'oreille), El Capea (silence et silence)
Comme à Valencia (Espagne) en début de saison lors de la Feria des Fallas, Juan Bautista s'est vu refuser l'oreille demandée par le public. Avec le premier de son lot, Juan Bautista s'est montré facile, avec une technique aboutie et sut composer avec le vent gênant. La faena connut de bons passages en début avec des muletazos de bonnes factures et empreints de personnalité. Par la suite, Juan Bautista dessina des séries de bonne exécution, avec la volonté de ne rien céder. Il termina la faena par une estocade entière légèrement basse. Avec le second, Juan Bautista se montra dominateur et instrumenta une faena relâchée et reposée face à un animal de bonne charge. Il s'abandonna sur la corne droite, oubliant la technique et laissant parler le corps et les sentiments, dessinant des derechazos de grande profondeur marqué du sceau de la maison. La faena fut d'une grande suavité, à la hauteur de grandes cérémonies et achevée par une bonne estocade en place qui déclencha une pétition d'oreille, non suivie par le président de la course qui est présent, faut-il le rappeler, pour appliquer le règlement taurin qui stipule que la première oreille appartient au public...

Arènes de MIMIZAN - Samedi 22 août 2015

Arènes de MIMIZAN - Samedi 22 août 2015 - Toros de Camino de Santiago
Curro Díaz (oreille et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et silence), Tomás Campos (deux oreilles et silence)
Juan Bautista a donné l'une de ses meilleures versions pour sa présentation en tant de Matador de Toros dans les arènes de Mimizan. Face au premier toro de son lot, un animal possédant de réelles qualités de bravoure et noblesse, il distilla une faena autoritaire alliant cadence, rythme et torería. Sa muleta se fit dominatrice pour aspirer les charges de son adversaire dans des séries sur les deux cornes qui démontrèrent toutes les capacités techniques et artistiques de Juan Bautista. Après un bonne estocade, il coupa en toute logique les deux oreilles. Face au second de son lot, un toro qui n'offrit aucune option de faena, Juan Bautista ne put montrer que son professionnalisme et son envie de bien faire.

Arènes de PALAVAS – Feria de la Mer – Vendredi 8 mai 2015

Arènes de PALAVAS – Feria de la Mer – Vendredi 8 mai 2015 – Toros de Robert Margé
Juan Bautista (ovation, silence et deux oreilles), Sébastien Castella (oreille, ovation, silence)
Le premier toro de Juan Bautista sortit sans classe, grattait le sol et n'allait pas au bout de ses charges. Après l'avoir accueilli par de belles véroniques suaves, Juan Bautista sut trouver la distance et mener à bien une faena technique et variée arrivant à cacher les défauts du toro, se plaçant au-dessus des conditions de l'animal. Après une estocade en place et une maladresse du puntillero qui lui à sans doute ôter l'octroi d'une oreille, il salua une ovation. Le deuxième toro du lot de Juan Bautista sortit sans force ni classe. Sans jamais humilier dans la muleta, l'animal ne possédait aucune transmission. Juan Bautista s'efforça de le toréer avec douceur et temple sur les deux cornes liant des séries méritoires vue les conditions du toro. Avec le troisième de son lot, accueilli par deux largas données les deux genoux en terre suivies par des véroniques douces et templées en gagnant le centre, Juan Bautista mit toute sa volonté et justifia sa position de torero vedette en France. Après avoir banderillé le toro par un cuarteo, une paire de calafía et un quiebro exécuté avec dextérité, Juan Bautista commença la faena les deux genoux en terre, démontrant son envie et son implication. Les séries furent offertes avec classe et pouvoir sur les deux cornes afin de faire oublier les aspérités que possédait le toro. Juan Bautista s'imposa avec maestría, dessinant des muletazos longs et templés et terminant par un enchaînement de redondos et de luquecinas qui finirent de dominer l'animal. Après une estocade portée a recibir au centre de la piste et d'exécution spectaculaire, Juan Bautista coupa en toute logique les deux oreilles unanimement demandées par le public.

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Vendredi 14 août 2015

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Vendredi 14 août 2015 - Toros de Domingo Hernández et Garcigrande
Juan Bautista (oreille et oreille avec forte pétition de la seconde), Sébastien Castella (oreille et deux oreilles), José María Manzanares (silence et deux oreilles)
Avec le pire lot, Juan Bautista s'est justifié et a défendu sa position de torero indispensable en France. Face au premier, manso et violent, Juan Bautista donna une leçon de technique, de courage et d'implication au milieu de rafales de vent d'une rare intensité. Avec une détermination sans faille et une volonté de titan, Juan Bautista sut contraindre le toro grâce à une muleta autoritaire et dominatrice. Le toro fuyait le combat mais Juan Bautista l'a retenu en lui laissant la muleta sous le museau et en donnant des muletazos par le bas. Faena faite d'émotion que le public a compris en mettant en valeur l'effort consenti par Juan Bautista. Après une bonne estocade portée a recibir il coupa une oreille importante. Son second toro possédait de bonnes qualités de noblesse mais pas de transmission. Juan Bautista sur le toréer avec beaucoup de temple, de douceur et de profondeur en lui laissant le temps de récupérer entre chaque série. La faena pris de l'importance au fur et à mesure de sa construction dont le point culminant fut une série de derechazos de grande intensité et de lenteur. Juan Bautista montra toute sa maturité de torero confirmé et mit la transmission que n'avait pas le toro pour faire passer l'émotion. Après une estocade portée a recibir et un descabello exécuté dans les règles de l'art, il coupa une oreille avec grosse pétition de la seconde.

Arènes d’ARLES – Feria de Pâques – Samedi 4 avril 2015

Arènes d’ARLES – Feria de Pâques – Samedi 4 avril 2015 - Toros de Garcigrande
Finito de Córdoba (silence et silence), Juan Bautista (ovation et deux oreilles), José María Manzanares (ovation et deux oreilles et queue)
Leçon de Tauromachie en Juan Bautista Majeur.
Après avoir accueilli à la cape son premier toro par deux largas à genoux et l'avoir amené au cheval de picador par un galleo fort original, Juan Bautista s'est vite aperçu de la noblesse de l'animal mais également de son manque de force frisant l'invalidité. Juan Bautista lui donna tous les avantages en prenant le temps entre chaque muletazo et la distance afin de ne pas l'étouffer. Il réalisa des séries courtes et templées afin de préserver le peu de force du toro. Faena variée de grand professionnel qui, à cause de la grande faiblesse de l'animal, ne connut pas le succès tant espéré. En revanche, c'est avec le second de son lot que Juan Bautista montra toute sa dimension et l'image d'un torero au sommet de son art, au sommet de sa technique, mais aussi un torero en constance progression repoussant encore et encore ses limites. Le toro s'avéra très compliqué durant le combat, ne s'arrêtant jamais de marcher et d'être toujours sur les toreros. Juan Bautista l'entreprit doucement, suavement pour construire une faena en deux parties distinctes : la première pour le dominer, le soumettre et lui régler toutes les difficultés et la seconde, calme, posée et sereine pour sortir toute le bon que possédait le toro qui l'en remercia. Lors de la première partie, Juan Bautista utilisa sa grande technique, plaçant la muleta parfaitement sous le museau du toro, captant la charge loin devant et le menant au maximum derrière lui, s'autorisant même quelques cambios dans le dos. Puis le représentant de l'élevage de Garcigrande, voyant que Juan Bautista était plus puissant que lui, s'arrêta et se livra avec humilité et bonté, totalement dominé. La faena pris alors une autre profondeur, une autre contenance. Les muletazos se remplirent de pureté, le toro ayant complètement oublié son défaut de marcher. Les séries furent longues, templées et d'une douceur exemplaire. Le toro, complètement soumis à la volonté du torero, suivait la muleta de Juan Bautista qui l'entraînait dans un ballet aussi intense que celui du Lac des Cygnes de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Faena importante que celle réalisée dans l'Amphithéâtre Romain des bords du Rhône par Juan Bautista, une des plus fortes, des plus intense réalisée par Juan Bautista tout au long de sa brillante carrière, liant technique, fermeté, inspiration, esthétisme, variété et maîtrise. Après une tentative de recibir, Juan Bautista recommença, toujours a recibir, faisant oublier le pinchazo précédent. Les deux oreilles furent accordées en toute logique afin de récompenser cette prestation majestueuse, majeure, de haut vol, à montrer dans toutes les écoles taurines.

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) - Feria de Santa Ana - Dimanche 26 juillet 2015

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) - Feria de Santa Ana - Dimanche 26 juillet 2015 - Toros de Salvador Domecq
Francisco Marco (oreille et oreille), Juan Bautista (oreille et oreille avec pétition de la seconde), Javier Castaño (silence et deux oreilles)
Juan Bautista a laissé une forte impression en s'adaptant parfaitement aux bonnes conditions de son lot. Face aux deux toros qu'il eut à combattre, il a mis en évidence son expérience en montrant une tauromachie classieuse, posée faite de pureté et de profondeur. Les deux faenas furent le reflet de son métier et du grand moment professionnel qu'il traverse. Technique, temple et torería ont été les points communs de sa prestation. Après la première faena, Juan Bautista coupa une oreille demandée majoritairement par le public. A l'issue du second toro, il coupa une nouvelle oreille avec pétition de la seconde après avoir mis un terme à sa faena par un grand recibir et un descabello.

Arènes de BOCAIRENT (Valence – Espagne) – Dimanche 1er mars 2015

Arènes de BOCAIRENT (Valence – Espagne) – Dimanche 1er mars 2015 - Toros de Torrehandilla et Torreherberos
Curro Díaz (oreille et oreille), Juan Bautista (oreille et oreille), Alberto Gómez (deux oreilles et deux oreilles)
Bon après-midi de Juan Bautista qui a démontré intelligence, sens artistique et torería.
Face au premier de son lot, juste de force mais doté d'une réelle noblesse, et salué par de bonnes véroniques intercalées de chicuelinas données les mains basses avec rythme et harmonie, Juan Bautista réalisa une faena faite de temple et de relâchement. Les séries données en rond eurent comme point culminant des naturelles d'une grande profondeur. Après une bonne estocade, il coupa une oreille demandée unanimement. Le second de son lot se rompit une corne contre un burladero. Face au toro de réserve, un animal sérieux, Juan Bautista démontra intelligence et un sens artistique inné pour réaliser la meilleure faena de l'après-midi. Toujours bien placé, la muleta idéalement positionnée, Juan Bautista toréa la main basse sur les deux cornes avec décision, cadence, dessinant des muletazos de grande longueur en appelant le toro de loin. Après un mete y saca et un grand coup d'épée porté a recibir, Juan Bautista coupa une nouvelle oreille.

Arènes de CHÂTEAURENARD – II Corrida Charra – Dimanche 19 juillet 2015

Arènes de CHÂTEAURENARD – II Corrida Charra – Dimanche 19 juillet 2015 – Toros de Fernando Peña
Juan José Padilla (oreille et tour de piste), Juan Bautista (oreille et oreille), Román Pérez (silence et silence)
Le premier de Juan Bautista sortit avec de la noblesse sans trop de fond ni de transmission. Il s'évertua à donner ce que le toro n'avait pas à base de technique, d'envie et de sentiments. Après l'avoir reçu à la cape par deux largas données les deux genoux en terre et commencé la faena de la même façon, les muletazos dessinés sur les deux cornes eurent la vertu du temple et de la liaison avec en point d'orgue une série de naturelle exécutée le corps complètement relâché et assis sur les reins. Après un pinchazo profond et un grand coup de descabello, il coupa une oreille. Le second toro de Juan Bautista posséda de la noblesse mais peu de force et de transmission. Après un tercio de banderilles enlevé conclue par une paire de calafía et lors duquel il invita Juan José Padilla pour clouer une paire, Juan Bautista montra toute sa décision et envie. Après avoir amené le toro au centre de la piste, Juan Bautista réalisa deux changements dans le dos pour apporter l'émotion et la transmission que n'avait pas le toro. Meilleur du côté gauche, Juan Bautista le toréa avec temple et lenteur démontrant technique et grande maturité professionnelle. Après un pinchazo et un descabello donné dans les règles de l'art au centre de la piste, il coupa une oreille méritée.

Arènes d'AMECA (Etat de Jalisco - Mexique) - Feria du Carnaval d'Ameca - Mardi 17 février 2015

Arènes d'AMECA (Etat de Jalisco - Mexique) - Feria du Carnaval d'Ameca - Mardi 17 février 2015 - Toros d'Arellano Hermanos
Juan Bautista (deux oreilles et deux et queue symboliques), Fabián Barba (deux oreilles et oreille), le novillero Gerardo Adame (oreille et oreille)
Après-midi importante et féérique de Juan Bautista qui a su se hisser à la hauteur des deux bons toros que le sort lui mit entre les mains et qui eux-mêmes ont rencontré un torero en pleine possession de son art et d'une maturité exemplaire. A l'issue de sa seconde faena, Juan Bautista obtint la grâce du toro Chino de Magaña, n° 50, de 520 kg de l'élevage d'Arellano Hermanos.
Face au premier toro de son lot, un animal brave et encasté, Juan Bautista dessina une faena de haut vol, en gardant l'attention du début jusqu'à la fin et proposant une muleta sure, dominatrice et autoritaire pour guider la charge du toro. Les muletazos, donnés par le bas et sur les deux cornes avec rythme et pouvoir, accompagnèrent le toro avec profondeur et transmission. Grande faena de Juan Bautista qui conclua d'une grande estocade à montrer dans toutes les écoles taurines. Deux oreilles pour le torero et tour de piste posthume pour le toro. Face au second de son lot, Juan Bautista entra dans l'histoire taurine de la ville d'Ameca et du Mexique. Lorsque deux êtres de grande qualité se rencontrent, la Tauromachie se transforme en rêve et devient magie. Face à la grande noblesse du toro Chino de Magaña, Juan Bautista atteint les sommets. Serein, calme, reposé et déterminé, il distilla sur le sable des Arènes une Tauromachie qu'il affectionne particulièrement. Il prit la mesure de l'animal par des muletazos remplis de pureté, de classe et de maestría pour emporter le toro dans un ballet magique dignes des plus grands interprètes de l'Opéra de Paris. Faena au-delà du réel, constituée de séries longues, suaves, faites de classicisme et de pureté inégalée, d'une cadence majestueuse et d'une profondeur elfique. Juan Bautista interpréta le toreo pour en faire un moment inoubliable et d'une émotion telle que seule la Tauromachie peut transmettre. Toro et torero ne faisaient qu'un et Juan Bautista, en maestro accompli, respecta tellement la vie qu'il en fit une œuvre d'art dont les plus grands artistes de l'Histoire de Art auraient été fiers. A l'issue de cette faena impériale, Juan Bautista accompagna le toro vers sa nouvelle vie et destiné et reçut, en toute logique, les trophées maximum.

Arènes de CADEREYTA JIMÉNEZ (Etat du Nuevo León – Mexique) – Dimanche 8 février 2015

Arènes de CADEREYTA JIMÉNEZ (Etat du Nuevo León – Mexique) – Dimanche 8 février 2015 - Toros de Golondrinas

Arènes de CADEREYTA JIMÉNEZ (Etat du Nuevo León – Mexique) – Dimanche 8 février 2015 - Toros de Golondrinas
La rejoneadora Mónica Serrano (ovation et oreille), Juan Bautista (ovation après pétition, oreille et deux oreilles au toro offert par le Maire de la municipalité), Joselito Adame (oreille et deux oreilles et la queue)
Après-midi importante de Juan Bautista qui a justifié sa présence sur les Terres mexicaines avec une Tauromachie complète, sérieuse et responsable.
Face au premier de son lot, un toro doté de qualités de noblesse, Juan Bautista réalisa une bonne faena enjouée à la hauteur de l'animal et qui aurait mérité les deux oreilles sans une double maladresse du puntillero qui releva par deux fois le représentant de l'élevage de Golondrinas. Faena complète avec des muletazos de grande pureté et de liaison atteignant un grand niveau artistique. Avec le second de son lot, un toro noble mais sans force, Juan Bautista construisit une faena adaptée aux conditions de l'animal. Douceur, temple et suavité furent les maîtres mots afin d'accompagner l'animal dans les meilleures conditions et révéler en lui ce qu'il avait de meilleur. Après une bonne estocade, il coupa l'oreille. Face à l'échec de son puntillero qui lui ôta les deux oreilles promises à l'issue de la lidia du premier de son lot, le Maire de la Municipalité, M. Emeterio Arizpe, offrit à Juan Bautista le toro de réserve. Face à cet animal sérieux et compliqué, Juan Bautista étala toute sa science et responsabilité afin de dominer la situation. Faena sérieuse et d'un grand niveau de Juan Bautista qui sut réduire le toro par sa technique, son expérience et sa maestría. Toujours bien placé et avec une muleta idéalement présentée, Juan Bautista dessina une faena par le bas, avec du rythme et sans rien lâcher, arrivant transmettre de l'émotion et à donner des muletazos sur les deux cornes d'une grande ampleur artistique et d'une réelle puissance. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles unanimement demandées par le public mexicain.

2014

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria del Día de la Comunidad Valencia - Jeudi 9 octobre 2014

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria del Día de la Comunidad Valencia - Jeudi 9 octobre 2014 - Toros de Torrehandilla, Torreherberos et Los Chospes

Juan Bautista (ovation et oreille), Alberto Gómez (ovation et silence), Jesús Duque (tour de piste et deux oreilles)
Face au premier de son lot qui présentait un danger certain, Juan Bautista se montra sur de lui et de ses capacité. La faena fut sérieuse, avec des muletazos sur les deux cornes empreints de domination et de puissance. Après une grande estocade, il reçut l'ovation du public après une pétition d'oreille qui ne fut pas suivie par la présidence. Avec le quatrième de l'après-midi, un bon toro de Torreherberos, Juan Bautista s'adapta aux conditions de l'animal pour offrir des séries de muletazos très bien construites et montrant toute l'étendue de son savoir. Après une formidable estocade, Juan Bautista coupa une oreille importante demandée par l'ensemble du public et prouva une nouvelle fois que son absence des Ferias espagnoles est une grande injustice.

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 13 septembre 2014

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 13 septembre 2014 - Toros de Puerto de San Lorenzo, Hubert Yonnet, San Mateo, Adolfo Martín, La Quinta et Garcigrande

Juan Bautista (ovation, silence, deux oreilles, silence, oreille et deux oreilles et queue).

Après-midi magique, intense en émotion celle offerte par Juan Bautista à l'occasion de la célébration de ses 15 années d'alternative. Il sut être à la hauteur de l'évènement en Maestro dominateur, présent tout au long de la lidia, prenant en main avec autorité le déroulement des combats de chaque toro, mettant en valeur chaque animal et démontrant ses facultés à comprendre tout type de toro. Après-midi de grande responsabilité que Juan Bautista, en torero accompli, sur de sa technique et de ses capacités physiques, sut gérer avec maestría, honneur et panache, allant jusqu'à banderiller les troisième et sixième toros, montrant un aspect physique tout à fait remarquable. Dès le paseo, le public, qui remplissait complètement l'amphithéâtre arlésien, le reçut par une formidable ovation, soulignée par la présence en piste des Reines d'Arles qui avaient souhaité l'accompagner pour cet événement.
Le premier toro de l'après-midi de l'élevage de Puerto de San Lorenzo présenta une grande exigence. Il demandait un placement des plus parfait et n'aurait admis aucune erreur de la part du torero. Chargeant sans humilier, Juan Bautista sut lui régler les problèmes lors d'une faena puissante et variée sur les deux cornes. Après une estocade et deux descabellos, le public, reconnaissant de l'effort fourni, lui fit saluer une ovation.
Le deuxième, qui portait le fer de l'élevage d'Hubert Yonnet, sortit compliqué, ne possédant aucune transmission et avec une charge âpre terminant la tête en l'air à la fin de chaque muletazo. Malgré cela, Juan Bautista se montra très professionnel, allant au bout du combat et donnant le maximum afin d'essayer de lui corriger les défauts. Grâce à sa technique, il parvint en fin de faena à réaliser une bonne série sur la corne droite. Malheureusement, l'épée ne fut pas au rendez-vous.
Avec le troisième de l'après-midi, un toro de San Mateo, Juan Bautista instrumenta l'excellence du toreo. Après avoir été très varié à la cape et banderillé de manière remarquable, Juan Bautista commença sa faena les deux genoux en terre. Accompagné des notes du Concerto d'Aranjuez, Juan Bautista torea de manière relâchée avec beaucoup de douceur par des muletazos aux tracés longs et harmonieux. En fin de faena, il laissa son épée sur le sable pour dessiner des séries de naturelles sur les deux cornes afin d'achever cette œuvre d'Art et inviter le public dans la magie du toreo. Après une grande estocade portée a recibir, il coupa deux oreilles avec force, qui aurait pu être rejointes par une queue si la mort du toro, qui a été honoré d'un tour de piste posthume, avait été plus rapide.
Face au quatrième, un toro très sérieux d'Adolfo Martín, Juan Bautista se montra un lidiador remarquable. Demandant à son picador de se déplacer dans l'axe de la piste, Juan Bautista plaça le toro au centre d'où il chargea à trois reprises le cheval, montrant ainsi son respect pour le toro de combat. A la muleta, le toro développa les complications liées à sa race. Se retournant court, regardant le torero à mainte reprises, Juan Bautista réalisa une faena fort méritoire, d'une technicité de haut vol et ne lâchant rien. Malheureusement, une fois de plus, l'épée ne fut pas au rendez-vous.
Avec le cinquième de l'après-midi, un toro de La Quinta, sérieux et bien fait, Juan Bautista su s'adapter aux charges nobles mais fades, en donnant ce que le toro ne possédait pas. Il réalisa une faena templée, juste et d'une grande technicité, brindée aux Reines dArles. Il sut apporter de l'émotion au combat par son métier et sa grande faculté à comprendre les toros. Après une estocade et un descabello, il coupa une oreille.
Face au bon sixième de Garcigrande, Juan Bautista, après l'avoir reçut à la cape par deux largas à genoux puis par une série de chicuelinas, décida de le banderiller. Il cloua trois paires avec maîtrise en mettant le public debout. La première au quiebro, la deuxième de calafía et la troisième dans un cuarteo engagé. La faena, commencée comme à la cape, les deux genoux en terre, fut un modèle d'implication et de puissance. Juan Bautista atteint les sommets de l'après-midi par des muletazos longs, rythmés et profonds, donnés sur les deux cornes à un toro complètement aspiré par la muleta puissante et dominatrice. En fin de faena, le toro baissa d'intensité et Juan Bautista se plaça entre les cornes pour continuer son œuvre et faire tourner l'animal autour de son corps abandonné et relâché à l'extrême démontrant une sécurité étonnante. Après une estocade à recibir portée dans les règles de l'art et qui laissa le toro fulminé, Juan Bautista coupa les deux oreilles et la queue sous l'ovation générale du public qui acclama le torero d'Arles lors de sa sortie en triomphe des arènes.

Arènes de EL TIEMBLO (Ávila - Espagne) - Corrida en honneur à Saint Antoine de Padoue - Samedi 14 juin 2014 - Toros d'Antonio San Román

Arènes de EL TIEMBLO (Ávila - Espagne) - Corrida en honneur à Saint Antoine de Padoue - Samedi 14 juin 2014 - Toros d'Antonio San Román
Juan Bautista (silence et deux oreilles), Iván García (ovation et ovation), Joselillo ( oreille et ovation)

Face à une très sérieuse corrida, Juan Bautista étala toute sa science et maestría. Si face au premier de son lot, dépourvu de qualité et dangereux, il se retrouva sans option de construire une faena, c'est avec son second qu'il enchanta le public présent par une faena des plus aboutie. Il toréa de manière relâchée, reposée, oubliant la technique pour prendre le maximum de plaisir, alternant les passages gauchers et droitiers avec classe, naturel et pureté.

Arènes de BAYONNE - Feria de l'Atlantique - Dimanche 7 septembre 2014 - Toros de Garcigrande

Arènes de BAYONNE - Feria de l'Atlantique - Dimanche 7 septembre 2014 - Toros de Garcigrande
Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Sébastien Castella (deux oreilles et ovation), Iván Fandiño (oreille et oreille)

Face à son premier adversaire lourd et exigeant qui demandait un placement précis et doté de mauvaises intentions, Juan Bautista montra toute sa détermination et technique sachant résoudre les problèmes sur les deux cornes avec efficacité. C'est face au second de son lot, un toro très sérieux et noble, que Juan Bautista réalisa une véritable œuvre d'art. Il commença la faena avec autorité, décision et puissance en construisant des séries cadencées qui firent prendre au toro le rythme que le torero voulait lui imposer. C'est à ce moment là, que Juan Bautista abandonna son épée sur le sable des arènes pour toréer avec un naturel, une pureté et un classicisme qui firent chavirer les arènes de Bayonne. Meilleur sur le côté droit, le toro fut absorbé par la muleta suave et douce de Juan Bautista dans des séries de naturelles données avec la main droite. Le torero oublia la technique et fit toréer le corps tout entier, complètement relâché, s'abandonnant totalement pour toréer avec charisme, lenteur et torería. Chaque muletazo était une symphonie de buen toreo et de classe, au tracé voluptueux digne des plus illustres chefs d'œuvres du romantisme. Le toro ne pouvait mériter qu'une mort des plus somptueuses, et Juan Bautista la lui offrit. Afin de conférer encore plus d'importance à la faena et au toro, Juan Bautista l'amena au centre de la piste pour lui administrer un estoconazo a recibir qui fera date dans l'histoire des Arènes de Bayonne. Parfaitement exécutée dans les règles de l'Art, l'estocade fut un modèle du genre. Le public debout, demanda avec force les deux oreilles accordées par la présidence technique en même temps qu'elle octroya le tour de piste à la dépouille du toro.

Arènes d'ISTRES - Le Palio - Feria de Juin - Vendredi 13 juin 2014

Arènes d'ISTRES - Le Palio - Feria de Juin - Vendredi 13 juin 2014 - Toros de El Tajo et La Reina
Enrique Ponce (silence et oreille), Morante de La Puebla (ovation et ovation), Juan Bautista (deux oreilles et ovation)

Juan Bautista a retrouvé les Arènes Le Palio d'Istres après sa prestation exceptionnelle de l'an dernier lorqu'il a affronté en solitaire six toros d'encastes et d'élevages différents. En pleine confiance après son triomphe nîmois, Juan Bautista a étalé toute sa maestría sur le sable des Arènes istréennes. Face au premier de son lot, doté de mobilité et de trasnsmission mais avec les exigences d'un toro enracé qui demandait un placement des plus pointilleux et précis, Juan Bautista a construit une faena technique dans un premier temps pour canaliser la charge de l'animal puis dans un second, de relâchement, de profondeur et de pureté afin de laisser parler son corps, ses sentiments et son âme. Faena importante qui confirme le très grand moment que Juan Bautista connaît actuellement, achevée par une estocade de grande d'exécution qui libéra les deux oreilles demandées unaniment par le public qui remplissait en totalité les gradins. Avec le second de son lot, arrêté et dépourvu de race, Juan Bautista donna le maximum pour donner ce que le toro ne possédait pas par des muletazos soyeux, suaves et sans le contraindre, mais en vain. Après une bonne estocade, Juan Bautista salua une ovation du public qui se rendit compte de l'effort qu'il avait fourni.

Arènes de MARBELLA (Málaga - Espagne) - Feria du Cinquantenaire de Marbella - Dimanche 24 août 2014

Arènes de MARBELLA (Málaga - Espagne) - Feria du Cinquantenaire de Marbella - Dimanche 24 août 2014 - Toros de Las Monjas
Juan Bautista (oreille et oreille), Diego Silveti (oreille et silence), José Carlos Venegas (oreille et oreille)

Face à une corrida sérieuse de présentation, Juan Bautista se montra maître du jeu tout au long de l'après-midi face à ses deux exemplaires compliqués et exigeants. Grâce à sa technique et ses connaissances, il réussit à résoudre les problèmes de ses adversaires auxquels il coupa une oreille à chacun, oreille qui aurait pu être doublée au second de son lot s'il ne l'avait pas pinché une fois. Juan Bautista, en pleine confiance, utilisa sa muleta dominatrice pour imposer son pouvoir et démontrer une nouvelle fois son assise sur n'importe quel type de toro.

Arènes de NÎMES – Feria de Pentecôte – Samedi 7 juin 2014

Arènes de NÎMES – Feria de Pentecôte – Samedi 7 juin 2014 - Toros de San Mateo et Zalduendo
La rejoneadora Léa Vicens (ovation et tour de piste), Juan Bautista (ovation, deux oreilles, oreille et ovation)

Juan Bautista, pour célébrer sa 500ième corrida de toros, a donné une importante matinée de tauromachie, d'abord sur le plan technique où il a réalisé quatre faenas différentes et variées en fonction des qualités et des défauts des toros mais aussi sur le plan artistique, ce qui lui fit ouvrir pour la sixième fois la Porte des Consuls. Face au premier de peu d'intérêt car sans race ni force, Juan Bautista fourni un effort en étant sur de lui. Il reçu une ovation du public qui reconnu sa maîtrise après une estocade en place. Face au deuxième de son lot, un toro de qualité, doté de plus de force, Juan Bautista approcha la perfection au niveau de la technique. Il su lui donner la distance adéquate en début de faena pour qu'il puisse prendre son rythme. Ensuite, il dessina des muletazos sur les deux cornes avec classe, suavité, lenteur et d'une rare profondeur, atteignant l'apogée sur une série de naturelles de grande facture. Après une bonne estocade, il coupa deux oreilles amplement méritées. Moment important également, celui lors duquel Juan Bautista fit descendre en piste le petit Kevin qui avait amené sa cape avec lui aux Arènes. Juan Bautista l'invita a toréer de salon sous les olés du public enchanté par ce geste hautement symbolique d'afición et de passion. Avec le troisième de son lot, noble mais sans trop durer, Juan Bautista fit étalage de son envie et de sa détermination. Il instrumenta une faena très bien construite lors de laquelle il dessina des muletazos d'une plasticité exemplaire digne des plus grands chef-œuvre de l'ère classique. Après une estocade en place, il coupa une oreille avec force. Face au dernier de la matinée, un toro de grande noblesse mais sans fond, Juan Bautista se montra au-dessus des conditions de l'animal. Après l'avoir reçu à la cape par une larga à genoux, banderillé de fort belle manière, posant la dernière paire de calafía et avoir commencé la faena les deux genoux en terre, il essaya de l'accompagner au maximum par des muletazos suaves et templés. Malheureusement le toro manqua de force pour pouvoir suivre Juan Bautista là où il voulait l'amener. Il mit fin à la faena par une bonne estocade sans que le toro ne l'aidât.

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Dimanche 17 août 2014

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Dimanche 17 août 2014 - Toros d’Eduardo Miura -
Mano a mano Juan Bautista (ovation, oreille et oreille), Javier Castaño (silence, silence et silence)

Importante prestation de Juan Bautista dans les Arènes du Plateau de Valras qui a montré, démontré et ratifié que son absence dans les grandes ferias espagnoles est une injustice des plus flagrante. Tout au long de l'après-midi, il a étalé son savoir, sa torería, des recours et exposé sa maturité afin de trouver la meilleure manière pour toréer les trois toros de Miura qui lui étaient dévolus. Torero complet, il sut mettre les toros en valeur face aux picadors en les plaçant magnifiquement et assurant une lidia des plus parfaites. Face au premier, grand et sérieux qui présentait un danger sourd, Juan Bautista su résoudre les difficultés avec technique et facilité. La faena fut un modèle d'implication. Après une entière, il salua une ovation. Avec le deuxième de son lot, grand et très armé, possédant des charges violentes et de puissants coups de tête, Juan Bautista se montra très professionnel en fournissant un gros effort et sachant donner du temps au toro. La faena fut valeureuse, courageuse et méritoire face au danger que développait l'exemplaire de la ganadería de Zahariche. Après une entière, il coupa une oreille largement méritée. C'est avec le troisième et dernier toro de son lot, grand, armé large, noble mais qui n'humiliait pas, que Juan Bautista toréa de manière relâchée lors d'une faena intelligente et de pouvoir commencée les deux genoux en terre. Suivirent des séries sur chaque corne empreinte de classe, de torería et de grande profondeur, oubliant qu'il s'agissait d'un toro de Miura. Il sut imposer au toro cadence et rythme mais toujours avec un placement parfait demandé par l'animal qui décochait des coups de tête violents à chaque fois qu'il pensait pouvoir toucher la muleta dominatrice de Juan Bautista. Faena importante, variée et relâchée d'un torero abouti, en pleine possession de ses moyens et au sommet de son art. Après une tentative d'estocade infructueuse al recibir et un pinchazo hondo, il termina cette oeuvre d'art par un descabello ce qui lui fit perdre la seconde oreille. Il en coupa une de poids néanmoins, demandée unanimement par le public et accordée par la présidence. Juan Bautista aura marqué cette corrida de Miura de par son engagement, cette faculté à résoudre les difficultés et à comprendre la totalité des toros qu'il a combattre.

Arènes de TOMELLOSO (Ciudad Real - Espagne) - Corrida aux bénéfices de Cáritas - Samedi 26 avril 2014

Arènes de TOMELLOSO (Ciudad Real - Espagne) - Corrida aux bénéfices de Cáritas - Samedi 26 avril 2014 - Toros de Buenavista
Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Matías Tejela (silence et deux oreilles), Manuel Escribano (deux oreilles et oreille)

Juan Bautista a donné une grande dimension de sa tauromachie tout au Long de l'après-midi. Après une réception à la cape de très bon niveau et un quite par chicuelinas ajustées, sa première faena fut un modèle de temple et d'harmonie. Sa muleta, guidée par une détermination sans faille et une technique de haut vol, embarquait la charge de l'animal pour tracer des muletazos d'une grande profondeur. Il sut s'adapter aux bonnes conditions du toro et mettre ainsi en valeur ses qualités. Avec le second de son lot, Juan Bautista conclut de fort belle manière son après-midi par une faena de grand professionnel. Il sut mesurer le toro de peu de force pour lui donner confiance et dessiner ainsi des muletazos de bon tracé qui laissèrent un grand souvenir dans la mémoire des aficionados présents sur les gradins.

Arènes de ROA DE DUERO (Burgos – Espagne) – Samedi 16 août 2014

Arènes de ROA DE DUERO (Burgos – Espagne) – Samedi 16 août 2014 - Toros de Fernando Peña Catalán
Juan Bautista (oreille et oreille), Alberto López Simón (oreille et oreille), Javier Jiménez (oreille et deux oreilles)

Juan Bautista, face au bon premier toro de l'après-midi, a montré sa joie de toréer. Avec son habituelle torería, il dessina une faena profonde, intense, allurée et templée sur les deux cornes. Un pinchazo et deux descabellos ne lui ôteront pas l'oreille demandée par le public. Il en aurait coupé deux sans cette maladresse à l'épée. Face au second de son lot, un toro noble mais sans transmission, Juan Bautista utilisa sa technique pour faire durer l'animal dans une faena douce et suave afin de ne pas l'obliger. Après une très bonne estocade, il coupa l'oreille synonyme de Grande Porte.

Arènes Raúl Dávalos de RIOBAMBA (Equateur) – Feria del Señor del Buen Suceso – Samedi 12 avril 2014

Arènes Raúl Dávalos de RIOBAMBA (Equateur) – Feria del Señor del Buen Suceso – Samedi 12 avril 2014 - Toros de Santa Marta, Campo Bravo et El Pinar
Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), Arturo Saldívar (oreille et deux oreilles symboliques), José Alfredo Cobo qui prenait l’alternative (oreille et ovation)

Les Arènes de Riobamba ont vu un Juan Bautista en pleine possession de ses moyens et au sommet de son art. Face à ses deux toros nobles et de peu de race mais dont il sublima les charges et auxquels il porta deux superbes estocades, Juan Bautista réalisa deux faenas qui resteront gravées dans la mémoire du public présent. Cadencées, rythmées et templées, les séries de muletazos effectuées des deux mains portèrent le sceau de la maison. Les deux faenas, construites avec classicisme, pureté et profondeur, affichèrent également une grande part laissée à l'improvisation. Juan Bautista fut en complète harmonie avec ses deux adversaires et montra toute sa joie de toréer.

Arènes de CHÂTEAURENARD – Corrida Charra – Mardi 5 août 2014

Arènes de CHÂTEAURENARD – Corrida Charra – Mardi 5 août 2014 – Toros de El Torero
Juan Bautista (oreille avec pétition de la seconde et deux oreilles), Román Pérez (oreille et deux oreilles), Michelito (ovation et tour de piste)

Juan Bautista a une nouvelle fois démontré le grand moment qu'il traverse avec autorité, classe et pureté au cours de deux faenas empreintes de technicité, de savoir et d'une tauromachie aboutie. La première faena face à un toro enracé fut un modèle de pouvoir et de domination. Les séries de muletazos données la main basse furent d'une réelle beauté. Après une estocade en place, il coupa une seule oreille malgré la pétition pour la seconde que le président ne jugea pas opportun de concéder malgré la grande qualité et le niveau élévé de la faena. Avec son second, tout aussi enracé et doté d'une charge vive, Juan Bautista se montra a son avantage dans une faena d'une grande classe. Après avoir canalisé la charge du toro par une technique des plus approfondie, il put dessiner sur le sable des arènes, des séries relâchées, le corps complètement assis sur les reins et abandonné. L'Art fit place à la technique et Juan Bautista oublia son corps pour construire une oeuvre majeure d'une plasticité, d'une grâce et d'une maestría atteignant les sommets de l'art lyrique. Le pinchazo porté à recibir suivi d'un estoconazo ne l'empêcha pas cette fois-ci de couper avec force les deux oreilles.

Arènes de DURANGO (Etat de Durango - Mexique) – Dimanche 16 février 2014

Arènes de DURANGO (Etat de Durango - Mexique) – Dimanche 16 février 2014 – Toros de Guadiana Juan Bautista (silence et deux oreilles et queue symboliques), Octavio García "El Payo" (silence et applaudissements), Arturo Saldívar (silence et deux oreilles)

Si avec le premier de son lot sans option Juan Bautista ne put rien faire sauf démontrer son autorité et sa technique, c’est avec son second qu’il réalisa une faena importante. Face à un grand toro, Juan Bautista toréa avec beaucoup d’émotion et de charisme. Il s’abandonna au toreo profond oubliant la technique et laissant parler ses sentiments. La faena fut un modèle de temple et de passion avec une large place pour l’improvisation. Le toro, qui chargeait avec énormément de race, de classe et de transmission, permit que les muletazos soient d’une réalisation parfaite, donnés la main en bas, en redondos avec beaucoup de cadence et de rythme. Le public présent, devant cette œuvre d’art, demanda et obtint la grâce du toro appelé « Amoroso ».

Arènes d’ISTRES – Le Palio – Corrida des Fêtes en hommage à la Tauromachie Française – Dimanche 3 août 2014

Arènes d’ISTRES – Le Palio – Corrida des Fêtes en hommage à la Tauromachie Française – Dimanche 3 août 2014 – Toros de Robert Margé
Patrick Varin (oreille et tour de piste), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Mehdi Savalli (ovation et silence)

Juan Bautista a démontré une nouvelle fois le grand moment professionnel qu'il traverse en toréant à la perfection deux toros complètement différents : le premier doté de beaucoup de mobilité et de transmission et le second éteint. Juan Bautista donna une exhibition de belle tauromachie. Face au premier de son lot qui eut l'honneur du tour de piste, un bon toro avec beaucoup de qualité et de race dans ses charges mais à la fois exigeant pour le torero car demandant un placement des plus précis en lui laissant toujours la muleta sous le museau, mais ce sont les bons toros qui révèlent les bons toreros, Juan Bautista offrit une faena variée, de grande classe, d'une technicité exemplaire et d'une grande domination après avoir servi un quite par chicuelinas des plus ajustées. Les muletazos donnés sur les deux cornes furent longs, templés avec beaucoup de rythme et de cadence et marqués par le sceau de la maison. Le public présent vit en Juan Bautista un torero au sommet de son art avec cette faculté à comprendre les toros qu'il doit combattre. Après une estocade en place portée à recibir qui laissa le toro sin puntilla, Juan Bautista coupa deux oreilles demandées unanimement. Avec le second de son lot, éteint et sans fond, Juan Bautista instrumenta une faena de grande qualité. Après l'avoir reçu à la cape les deux genoux en terre, il le toréa à la muleta avec beaucoup de douceur, de suavité et de temple pour le faire durer et en lui laissant le temps nécessaire entre chaque série pour le laisser respirer. Dès le début de la faena, Juan Bautista laissant son épée sur le sol pour dessiner des muletazos de très bonne facture sur les deux cornes. Le public se rendit compte du travail d'orfèvre que Juan Bautista était en train de réaliser et après une grande estocade parfaite d'exécution et foudroyante, il coupa une oreille fortement demandée.

Arènes de DUITAMA (Colombie) - Dimanche 5 janvier 2014

Arènes de DUITAMA (Colombie) - Dimanche 5 janvier 2014 - Toros de Juan Bernardo Caicedo
Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Sébastien Castella (oreille et deux oreilles), Leandro de Andalucía (oreille, silence et oreille au toro de réserve qu'il offrit)

Grande dimension celle donnée par Juan Bautista dans les arènes colombiennes de Duitama. Face au premier de l'après-midi doté d'une charge noble et qu'il comprit à la perfection, il réalisa une faena dont la suavité et la douceur furent les dénominateurs communs. Les séries dessinées sur chaque corne portèrent le sceau d'un torero en pleine maturité. Après une bonne estocade, il coupa la première oreille. Avec le second de son lot, de grande classe mais qui dura peu de temps, Juan Bautista montra toute l'étendue de son savoir. Après avoir montré un grand répertoire avec la cape, la faena fut composée de muletazos remplis de torería et de profondeur. Juan Bautista toréa avec une saveur et une intensité digne des meilleurs cocktails colombiens et sut profiter des bonnes charges de son adversaire avant qu'il ne s'éteigne. Après une superbe estocade, il coupa les deux oreilles avec force.

Arènes de BEAUCAIRE - Corrida des Fêtes de la Madeleine - Dimanche 27 juillet 2014

Arènes de BEAUCAIRE - Corrida des Fêtes de la Madeleine - Dimanche 27 juillet 2014 - Toros de El Torero
La rejoneadora Léa Vicens (ovation et oreille), Juan Bautista (oreille et oreille), Román Pérez (oreille et tour de piste)

Le premier de Juan Bautista s'est avéré sans trop de force ni beaucoup de race. Il en pris soin avec suavité et temple lors d'une faena précise d'une haut niveau technique réussissant à transmettre de l'émotion aux gradins. Après un pinchazo et une estocade entière, il coupa une oreille. Pendant le tour de piste, il invita le jeune Kevin Ladoé à le rejoindre pour toréer de salon, répondant ainsi aux 50 anti-taurins qui hurlaient devant les arènes. Il reçut son second à la cape les deux genoux en terre lors d'un salut de haut vol. Il commença la faena brindée à Don Ángel Peralta de la même manière finissant la série avec aisance et maestría par une passe du "desdén" de cartel. La faena démontra le grand niveau technique et artistique que Juan Bautista connaît actuellement. Les muletazos eurent de la cadence, du rythme et de l'improvisation lors de changements dans le dos pour canaliser la charge bouillante et très exigeante du toro. Il termina la faena par des bautistinas du meilleur effet. Il tua d'un recibir dont l'épée rentra perpendiculairement à cause du toro qui perdit les antérieurs au moment où il s'élança. Il coupa une oreille malgré la pétition unanime du public pour la seconde que le président refusa d'octroyer de manière lamentable et inexpliquée.

2013

Arènes de MONTERREY (Etat du Nuevo león – Mexique) – Dimanche 20 octobre 2013

Arènes de MONTERREY (Etat du Nuevo león – Mexique) – Dimanche 20 octobre 2013 – Corrida aux bénéfices de l’hôpital de la ville – Toros de Fernando de la Mora

Fernando Ochoa (ovation), El Zapata (ovation), El Cuate (ovation), Juan Bautista (deux oreilles et queue symboliques), Isaac Leal (applaudissements)
Juan Bautista obtint la grâce du toro « Paquito » de l’élevage de Fernando de la Mora après avoir réalisé une faena magistrale de domination, de profondeur et de sérénité. Le toro, possédant beaucoup de race et de classe, se grandit tout au long du déroulement de la faena. Juan Bautista le toréa avec énormément de goût et d’assurance, dessinant des muletazos d’un esthétisme parfait, d’une cadence exemplaire, sachant se montrer à la hauteur de l’animal. Juan Bautista dessina une œuvre d’art complète, puissante et importante, digne des plus beaux trésors Mexicains. A l’issue de la corrida, il remporta le trophée décerné au triomphateur.

Arènes MOJADOS (Valladolid - Espagne) - Dimanche 6 octobre 2013

Arènes MOJADOS (Valladolid - Espagne) - Dimanche 6 octobre 2013 - Corrida Concours - Toros de Caridad Cobaleda Galache, Sánchez Arjona, Adelaida Rodríguez, Hermanos García Sánchez, Orive et Hermanos Cambronell

Juan Bautista (deux oreilles et silence), Morenito de Aranda (deux oreilles et oreille), Pablo Santana qui prenait l'alternative (deux oreilles et ovation)
Juan Bautista a conclu de grande manière sa saison européenne, confirmant la grande dimension acquise tout au long de l'année 2013. Après avoir accueilli son premier toro de Sánchez Arjona, noble mais juste de force, par des véroniques très ajustées, Juan Bautista toréa à la muleta à mis hauteur afin de ne pas le faire tomber. Petit à petit, il redonna confiance au toro et s'implica avec énormément de sincérité. Juan Bautista toréa avec beaucoup de naturel et de profondeur pour terminer dans les cornes, laissant l'ayuda plantée dans le sable. Il acheva cette importante faena de grand relief par une très bonne estocade en place. Avec son second de Hermanos García Sánchez, Juan Bautisa fit un gros effort car le toro ne possédait pas de charge du fait de sa faiblesse. En fin de faena, le toro devint plus dangereux en regardant constament le torero et Juan Bautista insista avec pundonor et torería. Malheureusement, l'épée ne fut pas au rendez-vous et lui fit perdre tout le bénéfice de la faena.

Arènes de NAVAS DEL MARQUÉS (Ávila - Espagne) - Mercredi 17 juillet 2013

Arènes de NAVAS DEL MARQUÉS (Ávila - Espagne) - Mercredi 17 juillet 2013 - Toros de Miranda de Pericalvo

Antonio Ferrera (deux oreilles et deux oreilles et queue) - Juan Bautista (deux oreilles et ovation) - Serafín Marín (oreille et silence)
C'est dans des conditions très difficiles dues à un orage qui s'est abattu sur les arènes une heure avant le début de la corrida et laissant la piste en mauvais état, que cette corrida s'est déroulée. Face à un premier toro intéressant de comportement et doté de bonnes qualités, Juan Bautista a réalisé une faena empreinte de bon goût et en totale harmonie avec le toro. Les muletazos furent marqués du sceau de la maison Juan Bautista et avaient l'odeur du temple, de la profondeur et de la suavité. Après une bonne estocade en place, Juan Bautista coupa les deux oreilles tout à fait méritées. Le second de son lot ne dura pas. Avec une certaine noblesse entachée par une faiblesse, Juan Bautista a dessiné une faena très douce en rapport avec les conditions physiques de l'animal. Un pinchazo enleva tout espoir de couper une troisième oreille.

Arènes de MÓSTOLES (Madrid - Espagne) - Samedi 14 septembre 2013

Arènes de MÓSTOLES (Madrid - Espagne) - Samedi 14 septembre 2013 - Toros de Castillejo de Huebra

Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Morenito de Aranda (oreille et deux oreilles), David Mora (deux oreilles et deux oreilles)
Avec deux toros permettant de toréer avec plaisir, Juan Bautista a donné un récital de tauromachie. Face au premier, il a réalisé une faena faite de douceur et de temple qui ravit le public présent. Après une bonne estocade, il coupa la première oreille. Avec le second de son lot, Juan Bautista construisit une faena qui fera partie des meilleures de sa saison. Basé sur le rythme, la cadence et la profondeur, Juan Bautista toréa avec classe, pureté et implication. L'intérieur de la muleta happait la charge du toro loin devant pour l'amener loin derrière dans un ballet taurin dont torero et toro ne faisaient qu'un seul corps. Après une grande estocade, il coupa les deux oreilles avec force.

Arènes de MURO (Palma de Mallorca - Espagne) - Dimanche 23 juin 2013

Arènes de MURO (Palma de Mallorca - Espagne) - Dimanche 23 juin 2013 - Toros de Peñajara

Le rejoneador Roberto Armendáriz (oreille et deux oreilles), Juan Bautista (ovation et deux oreilles), El Capea (oreille et oreille)
Si avec le premier de son lot Juan Bautista ne put montrer que sa volonté de bien faire face à un animal sans classe et juste de force, c'est avec son second qu'il montra toute sa dimension de torero important. Opposé à un toro exigeant, doté de violence et brusquerie, Juan Bautista étala toute sa science afin de le dominer. La faena fut un modèle de détermination, d'envie et de technique, conclue par une estocade d'école. Les deux oreilles demandées par l'ensemble du public présent furent concédées en toute logique par le Président de la corrida.

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 7 septembre 2013

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 7 septembre 2013 - Toros de Domingo Hernández

Enrique Ponce (silence et silence), El Juli (deux oreilles symboliques et ovation), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles)
Grand et important après-midi de Juan Bautista que celui donné dans les Arènes d'Arles. Il a atteint les sommets de la Tauromachie en toréant avec classe, pureté, classicisme, autorité, puissance et domination.
Face au premier de son lot, qui n'avait pas beaucoup de force, Juan Bautista réalisa une faena digne des plus grands tableaux des maîtres de la Renaissance ou tout est pureté, classe et émotion. Il sublima le toro, l'aidant à se surpasser, en aspirant sa charge sans brusquerie, avec une suavité elfique afin que la faena prenne de plus en plus d'importance. Juan Bautista, toréa avec relâchement, douceur, profondeur et beaucoup d'émotion au son du Concerto de Aranjuez. Les notes de musique accompagnèrent de la meilleure des façons cette leçon de Tauromachie donnée par un Juan Bautista qui tutoya les Anges. Il sut à la perfection donner la distance idéale lors de muletazos dont chacun ressemblait à une toile de Velázquez. Il acheva la faena oubliant l'utilisation de l'épée, oubliant son propre corps et maniant la muleta avec beaucoup de naturel afin de créer sur le sable des Arènes d'Arles une des œuvres d'art les plus importante de cette saison. Le public prit conscience qu'il vivait des instants magiques et d'émerveillement. Juan Bautista paracheva ce grand moment par une estocade dont l'exécution est à montrer dans toutes les écoles. S'élançant droit, la muleta dans la main gauche, l'épée dans la main droite et le coeur au milieu, Juan Bautista exécuta la suerte suprême dans les règles de l'art. L'épée fut en place et foudroya le toro. Les Arènes se changèrent en un chaudron et la présidence ne put faire autrement que d'accorder les deux oreilles demandées avec force par le public.
Avec le dernier de l'après-midi, sérieux, compliqué, qui mesurait le torero et qui présentait du danger, Juan Bautista fit preuve d'autorité et d'abnégation. Il proposa au toro le contraire de ce qu'il voulait : à la violence, la douceur des toques et la lenteur des muletazos ; aux regards incessants, un placement parfait. Juan Bautista à force de persévérance et d'implication, domina l'animal qui se rendit à l'autorité, au métier et à l'expérience du torero. La faena, dont la puissance n'avait rien à envier à celle des toiles du Greco, fut suivi avec intensité et émotion par un public tout acquis à la belle Tauromachie de Juan Bautista. Les redondos dessinés au final furent le point d'orgue de cette faena et montrèrent toute la domination du torero sur le toro. Après un estocade parfaite d'éxécution et de précision, il coupa les deux oreilles sollicitées avec émotion par le public présent.

Arènes d' ISTRES - LE PALIO - Samedi 15 juin 2013

Arènes d' ISTRES - LE PALIO - Samedi 15 juin 2013 - Toros de El Puerto de San Lorenzo, Victorino Martín, Luc et Marc Jalabert, Miura, La Quinta et Torrestrella

Juan Bautista (ovation, deux oreilles, oreille, oreille, deux oreilles et queue symboliques, ovation)
Corrida historique dans les Arènes Le Palio d'Istres qui avaient affiché le plein absolu. Juan Bautista a été présent tout au long de l'après-midi donnant un véritable récital de Tauromachie, démontrant une envergure de torero important, apportant un soin tout particulier à chaque lidia en mettant en valeur le Toro et s'affirmant en tant que Figura incontestée du Toreo.
Face au représentant de l'élevage de El Puerto de San Lorenzo qui ouvrait la corrida doté d'une bonne noblesse mais affligé d'une grande faiblesse, Juan Bautista inventa une faena. Parfait de technique, il réalisa une faena qui grandit en intensité au fur et à mesure de son déroulement. Après un pinchazo profond et un descabello, il reçut l'ovation du public.
C'est avec le deuxième de l'après-midi que la corrida commença véritablement. Le Victorino Martín croisa sur son chemin un Juan Bautista en pleine possession de ses moyens et doté d'une envie démesurée. Soignant le tercio de pique en plaçant le toro trois fois au cheval du picador à très longue distance, Juan Bautista assura un grand spectacle pour le plus grand plaisir des aficionados présents. Avec la muleta, Juan Bautista dessina une faena importante composée de muletazos longs, templés et cadencés. Meilleur sur la corne gauche, les naturelles furent d'anthologie, arrivant à freiner la charge du Victorino Martín. Juan Bautista réalisa une tauromachie pure et intense. Après une demi estocade, il coupa les deux oreilles unanimement demandées par le public qui obtint également le tour de piste pour la dépouille du toro.
Le troisième de Luc et Marc Jalabert fut changé en piste par le toro de réserve d'Antonio Palla qui chargeait sans trop de classe. Juan Bautista se montra avec beaucoup de décision et très concentré sur sa faena. Il réussit à faire durer le toro par des muletazos posés et templés. La faena fut d'un très bon niveau technique et après une estocade, il coupa une oreille.
Le quatrième de Miura se déplaça sans humilier. Le plaçant d'abord au centre de la piste puis à l'opposé du picador pour un tercio de piques enlevé, Juan Bautista donna toutes ses chances au toro. A la muleta, Juan Bautista comprit le toro et lui donnant des muletazos en ligne droite et à mis hauteur afin de ne pas obliger le miureño. La faena fut précise des deux côté et variée. Après une tentative a recibir, il coupa une oreille plébiscité avec force par le public.
Avec le cinquième "Golosino" de La Quinta, Juan Bautista a atteint les sommets du Toreo. Dès la réception à la cape, on sentait qu'il allait se passer quelque chose. Juan Bautista l'accueillit par des véroniques cadencées et rythmées. Pour conclure cette réception, il enchaîna cinq ou six reboleras sans modifier sa position ce qui déclencha une formidable ovation. A la pique, Juan Bautista mit en valeur le toro qui poussa lors de deux rencontres. Banderillant lui même le toro, Juan Bautista se livra à fond. A la muleta, Juan Bautista tutoya les Anges. On ne peut pas parler de faena mais plutôt d'un rêve tant les muletazos furent donnés avec classe, pureté et abnégation. Les séries s'enchaînèrent dans un rythme symphonique atteignant les plus hautes marches de la Tauromachie. Avec ce grand toro de La Quinta qui chargeait enlassablement la bouche fermée, Juan Bautista a réalisé une authentique oeuvre d'Art digne des plus grands maîtres. En fin de faena, le public demanda la grâce du toro. Devant l'insistance, le Président de la corrida sortit le mouchoir orange et Juan Bautista accompagna son partenaire vers sa nouvelle vie... Deux oreilles et la queue symboliques et toute une afición enchantée, heureuse et acclamant le torero après une de ses plus importantes faenas.
Le sixième de Torrestrella ne permit pas à Juan Bautista de parachever cette après-midi exceptionnelle. Sans race et arrêté, il ne donna aucune option à Juan Bautista qui lui servit une faena de grand professionnel.

Arènes de MOTILLA DEL PALANCAR (Cuenca - Espagne) - Lundi 2 septembre 2013

Arènes de MOTILLA DEL PALANCAR (Cuenca - Espagne) - Lundi 2 septembre 2013 - Toros de Fernando Peña

Juan Bautista (oreille et deux oreilles), César Jiménez (deux oreilles et oreille), Joselito Adame (deux oreilles et oreille)
Le premier de Juan Bautista s'est vite avisé. Grace à son expérience et technique, il a pu résoudre les problèmes posés avec métier, détermination et torería. La faena réalisée fut un exemple d'autorité et d'implication. Après une bonne estocade, il coupa une oreille largement méritée du fait du danger que représentait le toro. En revanche avec son second de qualité, Juan Bautista pu se relâcher et toréer avec plaisir. La faena fut un modèle de pureté et de classicisme. Les séries de muletazos s'enchaînèrent par le bas avec cadence, douceur, suavité et rythme afin d'embarquer, guider et sublimer la bonne charge de l'animal. Après une estocade d'école, il coupa les deux oreilles demandées unanimement par le public.

Arènes de MADRID (Espagne) - LAS VENTAS - Feria de San Isidro - Dimanche 19 mai 2013

Arènes de MADRID (Espagne) - LAS VENTAS - Feria de San Isidro - Dimanche 19 mai 2013 - Toros de Fermín Bohórquez et Carmen Segovia

Juan Bautista (silence et oreille), Juan del Álamo (salut et oreille), Diego Silveti (oreille et silence)
Le premier toro de Juan Bautista fut noble mais manquait de force et de transmission et chargeait à mi hauteur. Juan Bautista, en torero abouti, fit son possible pour faire durer l'animal par des séries courtes sur les deux cornes. Il en termina par une bonne estocade en place. C'est face au second de son lot, que Juan Bautista retrouva les bonnes sensations et le public de Madrid. Après l'avoir reçu par de bonnes véroniques saluées par le public venteño, Juan Bautista fit un début de faena gorgée de torería et très apprécié du public de Madrid. Les séries furent profondes et Juan Bautista s'adapta aussitôt avec le toro, se retrouvant avec lui-même et les Arènes de Las Ventas dans une piste inondée par un violent orage de grêle qui s'est abattu sur Madrid. Meilleur sur la corne gauche, le toro fut embarqué dans la muleta de Juan Bautista qui dessina des naturelles longues, rythmées, cadencées, la main basse. Juan Bautista fut l'auteur de sa meilleure tauromachie classique et pure. La faena importante, achevée par une estocade d'école, fit chavirer les Arènes de Las Ventas. L'oreille amplement méritée, demandée par l'ensemble du public et accordée par la présidence, reflète le très bon moment que Juan Bautista connaît actuellement.

Arènes d'ALCALÁ DE HENARES (Madrid - Espagne) - Vendredi 30 août 2013

Arènes d'ALCALÁ DE HENARES (Madrid - Espagne) - Vendredi 30 août 2013 - Toros de Saboya

Juan Bautista (oreille et oreille), Fernando Robleño (oreille et ovation), Juan del Álamo (deux oreilles et ovation)
Juan Bautista a donné un bon après-midi de tauromachie. Très à l'aise face à ses deux toros, il a su les toréer avec beaucoup de douceur et de suavité. Sa technique et le temple de ses muletazos permirent aux toros de durer et de garder confiance malgré leur peu de force. Les deux faenas furent marquées par cette élégance et maestría dont Juan Bautista offre à chacune de ses prestations. Il coupa une oreille à chacun de ses toros après deux très bonnes estocades ce qui lui permit de sortir en triomphe des Arènes.

Arènes de PALAVAS – Feria de la Mer – Mercredi 8 mai 2013

Arènes de PALAVAS – Feria de la Mer – Mercredi 8 mai 2013 – Toros de Fuente Ymbro

Juan Bautista (oreille et deux oreilles) – Sébastien Castella (deux oreilles et ovation) – Miguel Ángel Perera (silence et deux oreilles)
Bonne après-midi de Juan Bautista qui pris la mesure de son premier toro sans trop de classe et juste de force dès le début de la faena qui s’est avérée douce et templée. Les séries de derechazos et naturelles qui suivirent une réception à la cape les deux genoux en terre, s’enchaînèrent avec harmonie et liaison. Après un pinchazo et une entière en place, le public demanda l’oreille avec insistance. Face au second de son lot, exigeant et violent, Juan Bautista resta très concentré afin de résoudre les problèmes posés et réussi à dominer le toro par une faena très technique et volontaire. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles.

Arènes de MARBELLA (Málaga - Espagne) - Dimanche 25 août 2013

Arènes de MARBELLA (Málaga - Espagne) - Dimanche 25 août 2013 - Toros de Aguadulce

Juan Bautista (oreille et oreille), José Carlos Venegas (oreille et ovation), El Nico (tour de piste et ovation)
Juan Bautista eut à toréer deux toros différents au cours de son après-midi. Face au premier noble et de meilleure charge sur la corne droite, il interpréta une faena douce avec des muletazos profonds et de grande valeur esthétique. Il coupa une oreille à la suite d'une estocade en place. Avec le second de son lot, sans race et arrêté, il fit valoir sa grande technique et expérience ce qui lui a valu de couper la seconde oreille de l'après-midi après une bonne estocade.

Arènes de MÉRIDA (Venezuela) – Feria del Sol – Dimanche 10 février 2013

Arènes de MÉRIDA (Venezuela) – Feria del Sol – Dimanche 10 février 2013 – Toros de Santa Fe

Juan Bautista (ovation après pétition d’oreille et deux oreilles symboliques) – Iván Fandiño (deux oreilles et silence) – El Califa de Aragua (deux oreilles et ovation)
Grand après-midi de Juan Bautista qui a marqué de son sceau cette corrida dans les Arènes de Mérida. Face à son premier opposant, il réalisa une faena très digne, professionnelle et de grande technique face à un toro noble mais manso. La faena fut parfaitement adaptée aux conditions de l’animal. Après une bonne estocade, le toro tarda à mourir ce qui empêcha l’octroi d’une oreille malgré la pétition du public. Son second toro, numéro 41, de nom « Paprika », eut la chance de trouver sur son passage Juan Bautista qui déversa sur le sable des arènes une anthologie de faena. Il donna un cours magistral de tauromachie en scindant son propos par des séries longues, liées, cadencées et templées. La charge rythmée de beaucoup de race fut sublimée par un Juan Bautista pléthorique au sommet de son art. L’œuvre fut symphonique, lyrique et profonde où rien n’est à enlever. Tout fut construit, concis comme le sont les grandes œuvres d’art qui jalonnent l’Histoire du Monde. Avant la fin de la faena, le public, conscient de ce qu’il vivait, demanda et obtint la grâce du toro.

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Samedi 17 août 2013

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Samedi 17 août 2013 - Toros de Robert Margé

Juan José Padilla (silence et ovation), Juan Bautista (deux oreilles et ovation après pétition d'oreille), David Mora (oreille et silence)
Juan Bautista dans les Arènes de Béziers, donna un véritable récital de Tauromachie face à un bon toro de Robert Margé doté de transmission, de mobilité et de moteur. Commencée le long des planches par des muletazos remplis de torería, d'où ressorti un trincherazo de gala, la première faena ne perdit à aucun moment de son intensité. Dès les premières séries, Juan Bautista sut canaliser pour la sublimer la charge du représentant de la ganadería Robert Margé. Les séquences droitières et gauchères se succédèrent avec rythme, cadence et temple jusqu'à offrir une partition digne des plus grands orfèvres. Toute la faena, liée, harmonieuse, juste et mesurée fut une représentation du bien toréer. Le toro entrait et sortait de la muleta de Juan Bautista selon sa propre volonté afin de créer une œuvre d'art des plus majeures. Cette création fut parachevée par une de ses estocades qui font de Juan Bautista un des meilleurs matadors de toros de l'escalafón actuel. Portée avec décision, engagement et rectitude, le coup d'épée parfaitement en place fut un modèle du genre et libéra les deux oreilles demandées de manière unanime par le public et accordées par le président.
Face au second de son lot, arrêté et sans transmission, Juan Bautista instrumenta une faena technique et de grand professionnel permettant au toro d'atteindre le final du combat. Les séries données avec douceur donnèrent la confiance nécessaire au toro pour permettre à Juan Bautista de réaliser une faena qui alla crescendo. Un pinchazo malencontreux suivi d'une estocade portée dans les règles de l'art, ne permirent pas à Juan Bautista de couper une oreille demandée par le public.

Arènes d’AMBATO (Equateur) – Feria de Nuestra Señora de la Merced – Samedi 2 février 2013

Arènes d’AMBATO (Equateur) – Feria de Nuestra Señora de la Merced – Samedi 2 février 2013 – Toros de Huagrahuasi et Triana

Juan Bautista (oreille et deux oreilles) – El Fandi (ovation et deux oreilles et queue symboliques) – Juan Francisco Hinojosa (oreille et deux oreilles et queue symboliques)
Avec le lot doté de moins de race de la corrida, Juan Bautista a su se montrer à son avantage en réalisant deux faenas de torero accompli. Face au premier de l’après-midi, il sut capter l’attention du public par des muletazos empreints de torería et de bon goût. Après une très bonne estocade, il coupa une oreille fort méritée. Avec le second de son lot, Juan Bautista toréa avec plaisir lors d’une faena où la personnalité et la profondeur dans les séries furent les maîtres mots en réussissant à magnifier la noblesse du toro. Après une superbe estocade, il coupa les deux oreilles sans aucune contestation possible.

Arènes de TORREMOLINOS (Málaga - Espagne) - Dimanche 4 août 2013

Arènes de TORREMOLINOS (Málaga - Espagne) - Dimanche 4 août 2013 - Toros de José Luis Osborne

Juan Bautista (oreille et oreille), Arturo Saldívar (oreille et silence), David Galván (oreilles et deux oreilles)
Juan Bautista a montré une de ses meilleures facettes tout au long de l'après-midi en pratiquant une tauromachie de grande qualité. Il coupa une oreille à l'issue de chaque lidia après avoir réalisé deux faenas de grande saveur ; la première atteignant un niveau élevé et la seconde composée de naturelles templées et harmonieuses.

2012

Le 18/11/12 à Acho (Pérou)

Le 18/11/12 à Acho (Pérou)

A cause d’une double maladresse du puntillero, le toro se leva deux fois, l’ambiance baissa et l’oreille gagnée s’envola. Juan Bautista arriva à dominer son second, un toro important mais pas facile à toréer du fait de sa race, en construisant une faena intelligente caractérisée par la suavité et la liaison des séries données en accord avec la charge de l’animal. Le point culminant de la faena fut atteint lors de derechazos données avec temple, profondeur, torería, personnalité, les mains basses et un engagement total, en parfaite harmonie avec le représentant de l’élevage de La Carolina. Juan Bautista paracheva son œuvre par une estocade entière concluante ce qui délivra les deux oreilles unanimement demandées.

Le 16/11/12 à Maracaibo

Le 16/11/12 à Maracaibo

La faena, réalisée au bon toro « Relámpago » de l’élevage de La Consolación, atteint un haut niveau de profondeur et de classe. Juan Bautista, même si son engagement total le fit se faire attraper heureusement sans conséquence, toréa avec lenteur, charisme et détermination lors de séries sur chaque corne qui enchantèrent le public présent et mirent en valeur les qualités du toro dont le président de la course accorda la grâce demandée avec insistance par les aficionados.

Le 26/05/12 à Nîmes

Le 26/05/12 à Nîmes

Face au premier de son lot, qui possédait une pointe de violence et qui se mettait par dedans pendant les muletazos, il réalisa une faena parfaite de technique, mélangeant douceur, fermeté et précision dans les toques. Les séries liées en laissant la muleta toujours trrès bien placée sous le mufle du toro dominèrent le représentant de l'élevage de Carmen Lorenzo. Après une grande estocade, il coupa la première oreille de la corrida. Face à son second, Juan Bautista voulu terminer en beauté. Après avoir mené le tercio de banderilles avec panache et cloué trois paires différentes, la première au cuarteo, la deuxième au quiebro et la troisième de calafía, Juan Bautista instrumenta une faena d'une grande suavité face à un exemplaire bas de race mais d'une extrème noblesse à qui il sut donner confiance. Les séries s'enchainèrent avec volupté, donné avec beaucoup d'élégance, de charisme étalant toute sa maturité de torero accompli sur le sable des Arènes de Nîmes. Juan Bautista conclut la faena par une série de naturelles données de face avec beaucoup de profondeur et lenteur avant de placer un estoconazo d'école et de couper les deux oreilles, synonymes de sortie en triomphe par la Porte des Consuls, la cinquième en tant que Matador de Toros, et la sixième si l'on ajoute celle de novillero avec picadors.

Le 09/09/12 à Valencia de Don Juan (Léon - Espagne)

Le 09/09/12 à Valencia de Don Juan (Léon - Espagne)

La faena fut un modèle d’art, de douceur et de profondeur. Juan Bautista déploya une tauromachie faite de charisme et d’ampleur dessinant des muletazos de grande importance. Le public vécut un intense moment d’émotion et de bonheur. Après une estocade d’école, le président ne douta pas une seule seconde à accéder à la forte demande du public pour l’octroi des trophées maximum. Avec son second, affecté d’un défaut de vision et sans option, Juan Bautista ne put démontrer que sa technique, son courage et son honneur à ne rien lâcher. Après une bonne estocade, il reçut l’affection du public qui comprit l’impossibilité de succès face à cet animal.

Le 08/05/12 à Palavas

Le 08/05/12 à Palavas

Après une estocade entière et un descabello d'école, il coupa sa première oreille. Avec son deuxième noble mais d'une grande faiblesse, Juan Bautista réalisa une faena toute en douceur, en suavité et en temple pour redonner confiance au toro. Il lui donna du temps pour récupérer entre chaque série afin de lui transmettre les facultés nécessaires pour aller jusqu'au bout du combat montrant ainsi toute sa maturité de torero abouti. Il coupa sa deuxième oreille de l'après-midi après une autre estocade entière. La lidia de son troisième toro fut un exemple d'autorité, de décision et de volonté. Afin de ne pas se laisser gagner la bataille, Juan Bautista le reçut par véroniques données les deux genoux en terre. Ensuite, après le tercio de pique, il banderilla lui-même son adversaire en clouant trois paires : les deux premières au cuarteo et la troisième de calafía. Ensuite, tout au long de la faena, le toro développa beaucoup de violence. Juan Bautista fit l'effort, ne lâcha rien et réussit à s'imposer grâce à une faena donnée avec application et fermeté. Après une estocade entière et un descabello effectué dans les règles de l'art en restant seul avec le toro, il coupa sa troisième oreille de l'après-midi.

Le 08/09/12 à Arles

Le 08/09/12 à Arles

Mais lorsque à ces trois protagonistes, s’ajoute un quatrième, en l’occurrence la musique accompagnée de chœurs lyriques, la faena construite par un torero au sommet de son art, acquiert une ampleur qui va bien au-delà du réel. C’est ce qui s’est passé avec le premier toro de Juan Bautista. Le représentant de la ganadería de Victoriano del Río s’est montré exigeant en développant beaucoup de mobilité. Juan Bautista du dans un premier temps canaliser cette charge bouillante afin que le toro puisse prendre un rythme plus adapté au niveau artistique que Juan Bautista voulait imposer. A ce moment là, le Concerto d’Aranjuez se fit entendre dans l’amphithéâtre romain. Juan Bautista pris la mesure de l’événement et les quatre protagonistes ne firent plus qu’un. Les notes de musique se marièrent admirablement avec la Tauromachie belle et profonde de Juan Bautista. Il oublia la technique pour ne laisser toréer que son corps. La faena fut un ensemble d’émotion, de temple, de douceur et de classe. Les passes s’enchaînèrent et on eut l’impression de ne plus être dans une arène mais dans un lieu magique où la beauté éclate en plein jour pour créer une œuvre d’art digne de la fresque du plafond de la chapelle Sixtine peinte par Michel-Ange entre 1508 et 1512. La Tauromachie est Art et encore plus lorsqu’elle est réalisée de cette façon. L’estocade portée dans les règles de l’art ne fit qu’accroître le sentiment de bonheur et le président de la corrida, tout naturellement, laissa tomber les deux mouchoirs, synonymes de deux oreilles. Avec son second, manso, violent et dangereux, Juan Bautista résolu les problèmes avec technique et autorité afin d’améliorer la charge de son adversaire. Juan Bautista insista et fit l’effort lors d’une faena qui fut un exemple de torero abouti. Il en termina avec une estocade et un descabello.

Le 06/04/12 à Arles

Le 06/04/12 à Arles

Face au premier de son lot, noble mais qui manquait de transmission, Juan Bautista sut lui donner la faena adéquate qui eut en point d'orgue une série de naturelles données avec lenteur, temple et profondeur. Juan Bautista fit le maximum pour faire durer le toro en lui donnant confiance par des derechazos doux en accompagnant la charge au maximum. Il acheva sa faena par une très bonne estocade. Avec le second, et alors que ses deux compagnons de cartel avaient la sortie en triomphe assurée, Juan Bautista se devait de s'investir afin de ne pas être en reste chez lui. Et il le fit totalement. Après avoir accueilli le toro par des véroniques données les deux genoux en terre, Juan Bautista décida d'assurer lui-même le tercio de banderilles. Il cloua trois paires, la première au cuarteo, la deuxième au quiebro et la troisième de calafía, dans les règles de l'art, montrant ainsi toute sa détermination à ne pas se laisser gagner la partie. Ensuite avec la muleta, il réalisa une faena méritoire, intelligente et techniquement parfaite, aidant le toro noble mais juste de force. Et comme il paracheva son œuvre par une estocade d'école qui tua le toro instantanément et dont il a le secret, le triomphe fut total, et le cinquième consécutif pour Juan Bautista dans les Arènes d'Arles.

Le 12/08/12 à Castellar ( Jaén - Espagne)

Le 12/08/12 à Castellar ( Jaén - Espagne)

Si face à son premier sans option Juan Bautista ne put rien réaliser, c'est avec son second qu'il put construire une très bonne faena où l'envie et la joie de toréer se firent ressentir. Juan Bautista toréa avec plaisir et harmonie son toro doté de bonnes qualités.

Le 10/03/12 à Iniesta (Cuenca - Espagne)

Le 10/03/12 à Iniesta (Cuenca - Espagne)

La faena, réalisée à son premier toro faible, eut le mérite de maintenir l'attention du public par des séries remplies de douceur et de suavité qui lui permirent de couper la première oreille de l'après-midi. Face au second de son lot, Juan Bautista instrumenta une très bonne faena, montrant sa joie de toréer. Les enchaînements de muletazos, donnés avec temple et précision, ravirent les aficionados. Le niveau de la faena fut tel que même malgré un pinchazo et un toro qui tarda à se coucher, il coupa une oreille supplémentaire.

Le 29/07/12 à Porzuña (Ciudad Real - Espagne)

Le 29/07/12 à Porzuña (Ciudad Real - Espagne)

Le public présent a savouré toute la classe et la belle tauromachie de Juan Bautista en pleine possession de ses moyens. Les deux faenas rivalisèrent de temple, d'harmonie et de profondeur, les deux parachevées par deux estocades de haute lignée.

Le 19/02/12 à Mérida (Vénézuela)

Le 19/02/12 à Mérida (Vénézuela)

Si face au premier il ne put que démontrer envie et détermination, c’est avec le second de son lot que Juan Bautista montra une grande dimension par une faena qui restera dans le cœur du public présent dans les arènes. Les muletazos furent longs, templés, enrobés d’un fort charisme qui dominèrent le bon exemplaire de La Cruz de Hierro. A l’issue de la Feria del Sol, Juan Bautista reçu le prix à la meilleure faena décerné par la Commission Taurine Municipale et l’Empresa Hermanos « Rodríguez Jáuregui » Corealsa.

Le 03/06/12 à Maugio

Le 03/06/12 à Maugio

Avec le premier qu'il tua en deux temps et deux descabellos, Juan Bautista étala toute sa technique afin de donner corps à la charge défensive du toro, se positionnant au-dessus des conditions de l'animal. Face au second de son lot, sans trop de race mais qui se déplaçait Juan Bautista réalisa la faena de l'après-midi, enchaînant des séries très méritoires données avec rythme et temple. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles. Avec le troisième de son lot sans force mais doté d'une qualité dans sa charge, Juan Bautista inventa une faena qu'on aurait pas cru possible avant. A force de patience et de persévérance, il réussit à redonner confiance au toro et le faire durer jusqu'au final. Malgré un pinchazo, le public demanda avec insistance une oreille.

Le 28/01/12 à San Sebastián (Espagne)

Le 28/01/12 à San Sebastián (Espagne)

Après une première faena face à un toro sans transmission auquel il aurait pu couper l’oreille s’il avait utilisé le descabello avec plus de précision, Juan Bautista a retrouvé le triomphe face à son second toro de grande qualité auquel il a servi une faena templée, dominatrice et d’un grand répertoire. Les muletazos s’enchaînèrent avec grâce ce qui entraîna la demande du public pour pardonner la vie à l’animal qui fut accordée par le président de la corrida.

2011

Le Dimanche 27 février 2011 à México

Le Dimanche 27 février 2011 à México

Bonne prestation de Juan Bautista qui comprit parfaitement ses deux adversaires pour dessiner deux faenas pleines de décision et de volonté. Face au premier de peu de jeu, il sut le soumettre pour réaliser des séries fort méritoires. Avec le second de meilleure qualité, il lia une faena variée et templée très bien accueillie par l’afición mexicaine. Malgré deux très bonnes estocades et une pétition majoritaire d’oreille à chacun de ses toros, le « Juez de Plaza » ne lui en accorda aucune…

Le Dimanche 20 mars 2011 à Puertollano

Le Dimanche 20 mars 2011 à Puertollano

Bon après-midi de Juan Bautista qui a su s'adapter avec maîtrise et technique à ses deux adversaires de Sancho Dávila. Les deux faenas reçurent un très bon accueil de la part des aficionados présent sur les gradins des arènes.

Le Dimanche 7 août 2011 à Bayonne

Le Dimanche 7 août 2011 à Bayonne

Grande et importante prestation de Juan Bautista aujourd'hui dans les Arènes de Bayonne pour la réaparition en France de José Tomás face à une corrida compliquée de Jandilla et Vegahermosa. Présent tout au long de l'après-midi, il se montra à son avantage en faisant preuve de technique, volonté et décision. Face à son premier toro, doté d'une charge violente, désordonnée mais avec de la transmission, qui a voulu très rapidement rejoindre le terrain des planches, il construisit une faena adaptée aux conditions de l'animal et lui administrer des muletazos puissants et templés qui eurent raison du représentant de Jandilla. Après une très bonne estocade, il coupa une grosse oreille. Face à son second, il fit front face à un animal qui rejoignit les planches rapidement. Il réduisit les distances montrant une grande détermination et mis fin à la faena par une estocade d'école. Il coupa une autre oreille et sortit en triomphe.

Le Dimanche 3 avril 2011 à Barbastro (Huesca - Epagne)

Le Dimanche 3 avril 2011 à Barbastro (Huesca - Epagne)

Face au premier de l'après-midi, Juan Bautista a pu confirmer le bon moment actuel qu'il traverse depuis l'Amérique Latine et la Feria des Fallas de Valencia (Espagne). Il a pu laisser une très bonne impression réalisant une faena templée et importante. Son second, en revanche, ne lui donna aucune option. Cependant il fit un effort et se justifia pleinement.

Le Mercredi 10 août 2011 à Socuéllamos (Ciudad Real - Espagne)

Le Mercredi 10 août 2011 à Socuéllamos (Ciudad Real - Espagne)

Nouvelle grande après-midi de Juan Bautista après celle de Bayonne. Grâce à une technique irréprochable et un sens développé de l'esthétique, Juan Bautista a pu réaliser deux très bonnes faenas où les séries de muletazos s'enchaînèrent avec harmonie et profondeur laissant une grosse impression et confirmant le grand moment qu'il traverse.

Le Samedi 16 avril 2011 à Yecla (Murcie - Espagne)

Le Samedi 16 avril 2011 à Yecla (Murcie - Espagne)

Si la faiblesse de son premier toro l'empêcha de s'exprimer, le second permit à Juan Bautista de réaliser une très bonne faena primée par deux oreilles. Après avoir montré un répertoire varié à la cape, Juan Bautista donna des séries de muletazos en accord avec la noblesse de son adversaire.

Le Lundi 15 août 2011 à Alfaro (La Rioja - Espagne)

Le Lundi 15 août 2011 à Alfaro (La Rioja - Espagne)

Encore un bon après-midi pour Juan Bautista qui a su comprendre ses deux adversaires dans deux faenas bien accueillies par le public. Cette corrida achève une très bonne semaine où Juan Bautista a su se montrer à son avantage et assoir sa catégorie de grand torero.

Le Samedi 23 avril 2011 à Arles

Le Samedi 23 avril 2011 à Arles

Juan Bautista a réalisé une faena d'orfèvre face à son premier, digne des meilleures toiles de Diego de Velázquez où le charme côtoie la grande précision. Après avoir mesuré le représentant de la ganadería de Núñez del Cuvillo aux piques pour lui préserver les forces nécessaires, Juan Bautista sut l'embarquer dans des séries douces, templées en lui donnant la distance adéquate pour donner confiance au toro. Les redondos et les arlesianas de fin parachevèrent cette faena exquise primée par les deux oreilles après une demie estocade en très bonne place. Face au second, alors que la faena prenait corps, le toro se cassa le sabot avant gauche à la sortie d'une passe de poitrine. Juan Bautista en termina aussitôt.

Le Jeudi 11 août 2011 à Villamalea (Albacete - Espagne)

Le Jeudi 11 août 2011 à Villamalea (Albacete - Espagne)

Très bon après-midi de Juan Bautista qui a toréé avec plaisir, passion et émotion. De manière incompréhensible, le président de la corrida refusa de lui octroyer la queue malgré la pétition majoritaire du public. Un meilleur maniement de l'épée à son second lui aurait permis de connaître un triomphe plus retentissant.

Le Dimanche 12 juin 2011 à Nîmes

Le Dimanche 12 juin 2011 à Nîmes

Dès le quite par chicuelinas réalisé au toro de Javier Conde, on sentit que Juan Bautista avait une réelle envie de triompher. Avec son premier, un toro de classe, qu'il sut accueillir par des véroniques données les deux genoux en terre et amener au cheval par des chicuelinas marchées, il étonna le public en posant lui-même les trois paires de banderilles avec puissance, naturel, décision, dans les cornes et respectant les canons traditionnel de ce tercio. Avec la muleta, il réalisa une faena, commencée les deux genoux en terre, où derechazos et naturelles furent mélangées à des séquences d'improvisation magique qui enchantèrent le public présent. La faena, de grande teneur technique et artistique pendant laquelle Juan Bautista tutoya les anges et oublia son corps pour ne faire qu'un avec celui du toro, atteint les sommets lors de l'estocade finale, qui mit un terme à cette symphonie "mozartienne" avec l'octroi indiscutable des deux oreilles.

Le Samedi 13 août 2011 à Dax

Le Samedi 13 août 2011 à Dax

Si le premier toro de Juan Bautista ne lui permit pas de connaître le succès tant recherché en terres landaises car compliqué et atteint vraisemblablement d'un défaut de vision, son second, en revanche lui donna la possibilité de se retrouver dans une faena d'orfèvre où le bon goût, le temple, la cadence et l'harmonie furent les maîtres mots. Les muletazos, du sceau de la maison, enchantèrent le public dacquois. Pour parachever son œuvre, il voulut conclure par un recibir. Las, il pincha ce qui lui coûta la seconde oreille.

Le Dimanche 3 juillet 2011 à Eauze

Le Dimanche 3 juillet 2011 à Eauze

Juan Bautista a donné un grand après-midi de toro de part sa prestance et présence tout au long de la corrida. Très varié avec la cape, il fut preuve de motivation et de bon goût. Les véroniques de réception portèrent la marque de la maison : profondeur, cadence et importance. Grâce à sa technique, il a su comprendre à la perfection ses trois adversaires qui manquaient de force mais avec de réelles qualités surtout ses deuxième et troisième. Face à son premier sans transmission, il fit le maximum pour en tirer parti. La faena des deux oreilles fut réalisée avec classe, domination et cadence. Les muletazos furent imprégnés de torería et l'estocade a recibir fut le point final d'une faena en osmose avec le toro. Son troisième combat eut le mérite de donner confiance au toro. Petit à petit, il sut l'amener dans les plis de sa muleta et lui offrir beaucoup de temple et de douceur pour en sortir la quintessence. Après une estocade d'école, il coupa en toute logique une oreille amplement méritée.

Le Dimanche 14 août 2011 à Béziers

Le Dimanche 14 août 2011 à Béziers

A la fin du paseo, la pluie commença à tomber pour ce changer en déluge universel à l'entrée des picadors. Après une bonne réception à la cape, Juan Bautista entama sa faena sous des trombes d'eau, ne cédant pas un pouce de terrain et justifiant sa catégorie de torero important. Au milieu des éclairs et du tonnerre, Juan Bautista réalisa une faena faite d'envie et de responsabilité. Les derechazos et naturelles furent données avec cadences et profondeur. L'estocade fut parfaite d'exécution et le président de manière scandaleuse et honteuse car manquant totalement de sensibilité refusa la seconde oreille largement demandée par le public et ô combien méritée au regard des conditions météorologiques désastreuses et hautement dangereuses, de la qualité de la faena et de l'estocade. A la fin du premier toro, la corrida fut suspendue.

Le Mercredi 13 juillet 2011 à Las Navas del Marqués (Avila - Espagne)

Le Mercredi 13 juillet 2011 à Las Navas del Marqués (Avila - Espagne)

Face à une corrida grande, sérieuse et âgée de cinq ans et demi, Juan Bautista a démontré toute l'étendue de son professionnalisme en dominant l'après-midi. Les deux faenas furent synonymes d'autorité et de décision.

Le Lundi 29 août 2011 à Cantimpalos (Ségovie - Espagne)

Le Lundi 29 août 2011 à Cantimpalos (Ségovie - Espagne)

Très bon après-midi de Juan Bautista qui a toréé avec beaucoup de plaisir, de bonnes sensations et de douceur ses deux adversaires. Avec une meilleure réussite à l'épée, le nombre d'oreilles coupées aurait été bien plus conséquent.

Le Samedi 23 juillet 2011 à Villanueva de la Cañada (Madrid - Espagne)

Le Samedi 23 juillet 2011 à Villanueva de la Cañada (Madrid - Espagne)

Le premier du lot de Juan Bautista ne lui permit aucune option de triomphe à cause de sa grande faiblesse. En revanche, avec le quatrième de l'après-midi doté de qualités dans ses charges, il réalisa une très bonne faena faite de temple, d'harmonie très bien accueillie par le public et conclue par une estocade d'école.

Le Samedi 3 septembre 2011 à Priego de Cordoba (Cordoue - Espagne)

Le Samedi 3 septembre 2011 à Priego de Cordoba (Cordoue - Espagne)

Très bon après-midi de Juan Bautista qui, s'il avait eu une meilleure réussite à la mort à son second adversaire, aurait coupé deux oreilles supplémentaires. Il réalisa deux faenas importantes rythmées par la cadence, la profondeur et le temple.

Le Mardi 6 septembre 2011 à Villamayor de Santiago (Cuenca - Espagne)

Le Mardi 6 septembre 2011 à Villamayor de Santiago (Cuenca - Espagne)

Bonne prestation de Juan Bautista qui coupe deux oreilles à son premier adversaire après une faena pleine de rythme et de profondeur. Comme à Priego de Córdoba (Córdoba - Espagne), il perd deux autres oreilles à son second toro à cause d'n mauvais maniement de l'épée.

Le Vendredi 9 juillet 2011 à San Martin de Valdeiglesias (Madrid - Espagne) Tab

Le Vendredi 9 juillet 2011 à San Martin de Valdeiglesias (Madrid - Espagne)

Juan Bautista sut adapter ses deux faenas, douces et profondes, aux conditions de ses toros. Juan Bautista profita de la bonté de ses adversaires qui manquèrent de transmission et toréa avec plaisir. Et comme les épées furent au rendez-vous, le voyage vers Arles pour la Corrida Goyesque sera plus agréable.

Le Samedi 15 octobre 2011 à Espartinas (Séville - Espagne)

Le Samedi 15 octobre 2011 à Espartinas (Séville - Espagne)

Juan Bautista a terminé de la meilleure façon qu'il soit sa saison européenne. Face à son premier, il réalisa des séries importantes de douceur à mis hauteur afin de ne pas altérer la charge du toro et lui permettre d'aller au bout du combat. Il coupa une oreille après une épée en place. Face au second, il dessina une faena reposée, esthétique et pleine de maturité alliée à la douceur et au temple. Après une très bonne estocade, il coupa les deux oreilles.

Le Samedi 10 septembre 2011 à Arles

Le Samedi 10 septembre 2011 à Arles

Après avoir reçu son premier toro par deux largas à genoux et l'avoir amené au picador par un galleo inversé, Juan Bautista instrumenta une faena précise et d'une technique irréprochable. Afin de donner la confiance nécessaire au représentant de l'élevage de Zalduendo pour qu'il puisse continuer le combat, Juan Bautista mis de la distance entre chaque muletazo pour aérer le toro qui manquait de force. Petit à petit, la faena pris de l'intensité, de l'ampleur. Le toro était comme aspiré par cette muleta qui se voulait douce, suave mais aussi autoritaire. Juan Bautista termina la faena dans les cornes et par des circulaires qui provoquèrent l'enthousiasme du public. Après une estocade a recibir portée avec force, décision et détermination, le public demanda avec insistance les deux oreilles amplement méritées. Face à son second de peu de classe et incertain, Juan Bautista fit un effort, tenta le possible pour amener le toro à se livrer... et ne put que démontrer son envie et sa bonne volonté.

Le Vendredi 18 novembre 2011 à Maracaibo (Venezuela)

Le Vendredi 18 novembre 2011 à Maracaibo (Venezuela)

Sur la lancée de son importante saison européenne, Juan Bautista a coupé les deux oreilles de son premier toro de Rancho Grande après une grande faena intense en émotion, classicisme et profondeur étant engagé par l'organisation ce dimanche pour remplacement du Maestro El Cordobés mal remis d'une opération à la hanche. Son second toro, dépourvu de qualité, ne lui permit aucune option de triomphe.

Le Mardi 13 septembre 2011 à Mostoles (Madrid - Espagne)

Le Mardi 13 septembre 2011 à Mostoles (Madrid - Espagne)

Après avoir reçu par de très belles véroniques allurées son premier toro de peu de force mais agréable à toréer, Juan Bautista distilla une faena empreinte de douceur et suavité. Les muletazos furent donnés avec cadence et temple avec comme point d'orgue des passes de poitrine de grande classe. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles. Face à son second de peu de jeu, Juan Bautista parvint à sublimer la charge et coupa une nouvelle oreille après une bonne estocade. Ce nouveau triomphe représente la sixième sortie a hombros consécutive pour Juan Bautista.

Le Dimanche 20 novembre 2011 à Maracaibo

Le Dimanche 20 novembre 2011 à Maracaibo

Enorme ! Grandiose ! Fantastique ! Les superlatifs ne sont pas assez forts pour décrire ce qui s'est passé auujourd'hui dans les arènes de Maracaibo. Juan Bautista a tutoyé les anges. Deux faenas pour l'Histoire du Toreo au Venezuela et de la Tauromachie en général, deux faenas qui feront date pour l'Afición vénézuelienne et qui resteront à jamais gravées dans les mémoires. Juan Bautista fut en osmose totale avec les deux très bons toros de Rancho Grande et le public. Importantissimes faenas pendant lesquelles Juan Bautista atteint les sommets, deux chefs d’œuvre de perfection, deux œuvres d'art majeures dignes des plus grands maîtres tels que Velázquez ou Mozart. Juan Bautista n'a pas realisé deux faenas mais deux symphonies puissantes, fortes, faites de grande classe, où les accords se succédèrent avec des enchaînements divins, atteignant l'excellence seulement réservé à l'Elite et digne de pénétrer dans l'Olympe du Toreo. A l'issue de la corrida, Juan Bautista reçu les prix à la meilleure faena et estocade et fut déclaré triomphateur de la Feria avec El Fandi.

Le Dimanche 18 septembre 2011 à Mora de Toledo (Tolède - Espagne)

Le Dimanche 18 septembre 2011 à Mora de Toledo (Tolède - Espagne)

Nouveaux triomphe de Juan Bautista qui a coupé deux oreilles d'un toro compliqué après une faena engagée et exposée, bien achevée par un grand coup d'épée. S'il avait mieux tué son premier adversaire, il aurait coupé deux autres oreilles après une faena intense et vibrante.

2010

Le 13/03/10, Arènes de Valencia (Espagne)

Le 13/03/10, Arènes de Valencia (Espagne)

Toros de Valdefresno et Fraile Mazas Juan Bautista (tour de piste après pétition, oreille et silence au toro qui blessa Miguel Tendero), Arturo Macías (ovation et oreille), Miguel Tendero (ovation au seul qu'il estoca). Juan Bautista coupa une oreille importante après une faena engagée et terminée par une bonne estocade.

Le 14/03/10, Arènes de Fitero

Le 14/03/10, Arènes de Fitero

Toros de Los Recitales Juan Bautista (oreille et oreille), Leandro (oreille et deux oreilles), Salvador Cortés (oreille et silence). Très bon après-midi de Juan Bautista qui confirma sa bonne prestation de la veille à Valencia.

Le 25/07/10, Arènes de La Solana (Madrid – Espagne)

Le 25/07/10, Arènes de La Solana (Madrid – Espagne)

Toros de Hermanos Sampedro Curro Díaz (oreille et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles avec pétition de la queue), Salvador Cortés (deux oreilles et queue et tour de piste). Grande journée de Juan Bautista qui sut pleinement profiter des qualités de ses deux adversaires avec aisance. Sur de lui, il gratifia les arènes de La Solana de sa tauromachie faite de temple, d'harmonie et de liaison.

Le 19/03/10, Arènes de Ontur

Le 19/03/10, Arènes de Ontur

Toros de Martín Lorca Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Joselito Adame (ovation et ovation), Miguel Tendero (oreille et silence). Grand après-midi de Juan Bautista qui traverse un très bon moment de tauromachie. Il torea avec beaucoup de temple et d'harmonie.

Le 01/08/10, Arènes de La Roda (Albacete – Espagne)

Le 01/08/10, Arènes de La Roda (Albacete – Espagne)

Toros de Arcadio Albarrán Juan Bautista (oreille et oreille), Pérez Mota (oreille et salut), Rubén Pinar (oreille et oreille). Très bon après-midi de Juan Bautista qui confirme une nouvelle fois le grand moment professionnel qu'il traverse. Très à l'aise lors de ses deux combats, il gratifia l'aficion de la région d'Albacete de deux faenas empreinte de personnalité et de bon goût.

Le 05/04/10, Arènes d'Arles

Le 05/04/10, Arènes d'Arles

Toros de El Puerto de San Lorenzo El Juli (ovation après pétition et applaudissements), Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Matías Tejela (ovation et deux oreilles). Juan Bautista se retrouva dans ses arènes d'Arles pour réaliser une faena alliant bon goût et technique. Les séries furent données avec temple et cadence et achevées par une estocade portée dans les règles de l'art.

Le 07/08/10, Arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer – Corrida Flamenca

Le 07/08/10, Arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer – Corrida Flamenca

Le faible premier toro de l'après-midi ne donna aucune option de triomphe à Juan Bautista. Sans classe ni race, il ne lui permit de montrer que son professionnalisme. Face à son second manso et violent, Juan Bautista fit preuve de pugnacité et de décision. il commença la faena par des doblones ajustés accompagnant le toro au maximum. A force de volonté et de technique, il réussit à soumettre son adversaire par des muletazos templés et autoritaires. En fin de faena, il put se relâcher jusqu’à donner des molinetes les deux genoux en terre. Le toro se rendit au torero qu'il le tua d'une bonne estocade.

Le 15/05/10 , Arènes de El Molar (Madrid – Espagne)

Le 15/05/10 , Arènes de El Molar (Madrid – Espagne)

Toros de Juan Albarrán Sergio Galán (deux oreilles et ovation) - Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles) - Chechu (deux oreilles et silence). Juan Bautista confirme le bon moment qu'il traverse. Il réalisa deux très bonnes faenas à deux bons toros avec temple et décision, conclues par deux superbes estocades laissant une très forte impression.

Le 14/08/10, Arènes de Béziers – Feria d’Août

Le 14/08/10, Arènes de Béziers – Feria d’Août

Le vent a énormément gêné Juan Bautista lors de sa première faena l'empêchant ainsi toute réalisation de faena. Malgré ce, il réussit quelques séries méritoires entre les rafales incessantes. Face au second, et une fois le vent calmé, Juan Bautista s'accorda avec l'exemplaire de Robert Margé donnant des séries de grande ampleur fort bien accueillies par le public. Après une bonne estocade, les aficionados biterrois demandèrent avec insistance les deux oreilles accordées par la présidence.

Le 24/05/10, Arènes de VIC-FEZENSAC- Feria de Pentecôte - Toros de Victorino Martín

Le 24/05/10, Arènes de VIC-FEZENSAC- Feria de Pentecôte - Toros de Victorino Martín

Juan Bautista, même s'il n'a pas pu couper les oreilles, a montré toute sa technique et détermination face à une corrida exigente de Victorino Martín. Le public Vicois a pu voir sa maestría face à un lot présentant de grandes difficultés.

Le 15/08/10, Arènes de Villarobledo (Albacete – Espagne)

Le 15/08/10, Arènes de Villarobledo (Albacete – Espagne)

Les Arènes de Villarrobledo, dans la province d'Albacete, ont connu aujourd'hui une page importante de leur histoire taurine. Le toro "Soleado", n° 109, de l'élevage de Torrestrella a eu la chance de rencontrer sur sa route Juan Bautista en pleine possession de ses moyens. La faena fut une oeuvre d'art, parfaite du début jusqu'à la fin. Les séries sur les deux cornes furent une symphonie de bon goût, de temple, de liaison et d'harmonie. Au terme de cette grande faena, Juan Bautista obtint la grâce de ce toro de grandes qualités, magnifiées par son matador. Face à son premier, il démontra toute l'étendue de son savoir, annonçant déjà ce qui allait suivre...

Le 05/06/10, Arènes de Madrid – Las Ventas – Feria de l’Anniversaire

Le 05/06/10, Arènes de Madrid – Las Ventas – Feria de l’Anniversaire

Sur le côté gauche, le toro sortait seul des muletazos mais grâce a son envie et sa technique, il sut maintenir l'intérêt à la faena. Après avoir porté une très bonne estocade, il coupa la première oreille de l'après-midi. Avec le second, Juan Bautista demontra toute sa détermination et sa technique pour garder le toro dans sa muleta. Les séries furent longues, templées et profondes, avec ce harisme des toreros importants. Elles étaient marquées du sceau de la maison, avec beaucoup de pureté et de délicatesse. Après une autre très bonne estocade, Juan Bautista coupa la seconde oreille qui lui permit ainsi d'ouvrir pour la première fois dans toute la Feria de San Isidro et de l'Anniversaire pour un Matador de Toros la Grande Porte de Las Ventas.

Le 27/08/10, Arènes de Huelma (Jaén – Espagne)

Le 27/08/10, Arènes de Huelma (Jaén – Espagne)

Sublime après-midi de Juan Bautista qui sut comprendre à la perfection ses deux bons toros d'Hermanos Sampedro. Les deux faenas furent l'oeuvre d'un torero en pleine possession de ses moyens et d'une volonté absolue.

Le 06/06/10, Arènes de Grenade – Feria du Corpus

Le 06/06/10, Arènes de Grenade – Feria du Corpus

L'invalide premier de Juan Bautista annula tout espoir de triomphe. Face au second, il réalisa une faena vibrante, du goût du public et achevée par de précieuses bernardinas. Après une très bonne estocade, il coupa les deux oreilles qui viennent confirmer la Puerta Grande des Arènes de Las Ventas. Un week-end très important pour Juan Bautista.

Le 04/09/10, Arènes de Bayonne – Feria de l’Atlantique

Le 04/09/10, Arènes de Bayonne – Feria de l’Atlantique

Grand après-midi de Juan Bautista qui sut comprendre parfaitement ses deux opposants. Ses deux faenas furent marquées par le sceau des toreros importants. Les séries furent données avec temple, rythme et lenteur, s'accordant avec les charges douces et suaves de ses adversaires. Il sut attendre les toros en plaçant la muleta idéalement sous le museau. Il paracheva les deux faenas par deux estocades d'école. Le président lui refusa la seconde oreille à son premier pourtant légitimement demandée par le public. A son second, il l'a perdie car il dut utiliser le descabello.

Le 18/07/10, Arènes de Châteaurenard

Le 18/07/10, Arènes de Châteaurenard

Très bonne après-midi pour Juan Bautista. Sa première faena fut un modèle de relâchement et de joie de toréer. Les séries de naturelles se succédèrent dans des enchaînements de grande classe. A droite, où le toro ne possédait pas les mêmes qualités, Juan Bautista s'employa afin de faire rompre l'exemplaire de Miranda de Pericalvo. Après une épée entière, il du utiliser le descabello par deux fois ce qui lui empêcha de couper la seconde oreille. Face à son second de García Jiménez, très compliqué sur la corne gauche, Juan Bautista fit l'effort, démontra décision, volonté et technique. Le toro termina par se rendre et après une épée d'école et d'effet immédiat, il coupa deux oreilles avec force.

Le 08/09/10, Arènes de Navaluenga (Ávila – Espagne)

Le 08/09/10, Arènes de Navaluenga (Ávila – Espagne)

Juan Bautista continue sur sa lancée de grands triomphes. Après Bayonne où il avait réalisé deux faenas parfaites dans la construction, le temple, la cadence et l'harmonie, il a gracié aujourd'hui le second toro de son lot, un animal doté d'une grande classe mis en exergue par un Juan Bautista au sommet de son art.

Le 11/09/10, Arènes d’Arles – Feria du Riz

Le 11/09/10, Arènes d’Arles – Feria du Riz

Très grand après-midi de tauromachie donné par Juan Bautista dans ses Arènes d'Arles. Tout au long des trois combats, il a su allier temple, décision, profondeur, maîtrise. Trois toros et trois grandes estocades ont parachevé une des meilleures corridas de Juan Bautista dans l'amphithéâtre arlésien.

Le 19/09/10, Arènes de Lorca (Murcie – Espagne)

Le 19/09/10, Arènes de Lorca (Murcie – Espagne)

Bon après-midi de Juan Bautista qui a laissé une grosse impression aux aficionados de Lorca. Il a su donner confiance au faible premier par une faena mesurée et templée. Face au second, il a fait preuve d'un professionnalisme exemplaire par une faena technique et adaptée aux conditions de son opposant.

Le 20/11/10, Arènes de MARACAIBO (Venezuela) - Feria Internationale de La Chinita - Toros de Rancho Grande

Le 20/11/10, Arènes de MARACAIBO (Venezuela) - Feria Internationale de La Chinita - Toros de Rancho Grande

Juan José Padilla (oreille et deux oreilles) - Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles) - Carlos Criollo "Morenito de Maracaibo" (applaudissements et deux oreilles symboliques) Très grand après-midi de Juan Bautista qui développa sa tauromachie en Terres Venezueliennes tant à la cape comme à la muleta dans des conditions climatiques très compliquées. Malgré le vent et la pluie, il se montra varié et décidé et réalisa deux faenas d'un grand niveau technique et artistique conclues superbement à l'épée.

Le 31/10/10, Arènes César Girón de Maracay (Venezuela)

Le 31/10/10, Arènes César Girón de Maracay (Venezuela)

Très bon début de saison en Amérique Latine de Juan Bautista qui après avoir coupé l'oreille de son premier adversaire, réalisa une grande faena au toro qu'il offrit. Il put s'exprimer pleinement et montra toute l'étendue de sa belle tauromachie aux aficionados de Maracay.

2009

Le 28/03/09 à Zamora (Espagne)

Le 28/03/09 à Zamora (Espagne)

Juan Bautista participe à un Festival Taurin aux bénéfices des alcooliques réhabilités, preuve de son engagement pour les causes à caractère social.

Le 10/04/09 à Arles, Feria de Pâques

Le 10/04/09 à Arles, Feria de Pâques

Juan Bautista, en mano a mano avec Sébastien Castella, signe là une de ses meilleures prestations dans les Arènes de sa ville en coupant un total de trois oreilles et une sortie en triomphe par la Grande Porte. Il recevra à cette occasion le trophée César Girón comme triomphateur de la Feria.

Le 22/08/09 à Peñaranda de Bracamonte (Espagne)

Le 22/08/09 à Peñaranda de Bracamonte (Espagne)

Juan Bautista coupe trois oreilles à des toros de Miranda de Pericalvo après avoir réalisé deux faenas importantes de temple, de liaison et d’harmonie.

Le 27/05/09 à Nîmes, Feria de Pentecôte

Le 27/05/09 à Nîmes, Feria de Pentecôte

Pour marquer par des moments importants sa dixième année d’alternative, Juan Bautista combat pour la première fois en tant que Matador de Toros les célèbres toros de Miura avec dignité, professionnalisme et détermination.

Le 06/09/09 à Bayonne

Le 06/09/09 à Bayonne

Face à une corrida de Valdefresno compliquée, Juan Bautista coupe la seule oreille de l’après-midi.

Le 06/08/09 à Vitoria (Espagne)

Le 06/08/09 à Vitoria (Espagne)

Face à un mastodonte de plus de 600 kg, Juan Bautista réalise une faena importante faite de technique et améliorant le toro, point de départ de sa seconde moitié de la saison.

Le 26/09/09 à Corella (Espagne)

Le 26/09/09 à Corella (Espagne)

Juan Bautista coupe encore une fois trois oreilles après deux faenas importantes.

Le 08/08/09 à Saintes-Maries-de-la-Mer

Le 08/08/09 à Saintes-Maries-de-la-Mer

Juan Bautista signe un de ses plus grands après-midi de toreo. Seul face à six toros des élevages d’Antonio Palla et Gallon, il revendique sa position de figura en coupant 8 oreilles et en sortant en triomphe par la Grande Porte. Varié tout au long de l’après-midi, il sut comprendre à la perfection ses adversaires et laissa une très grosse impression.

Le 09/10/09 à Saragosse (Espagne)

Le 09/10/09 à Saragosse (Espagne)

Sans couper d’oreille, Juan Bautista laissa une très forte impression après deux prestations empreintes de technique, de décision et de personnalité.

Le 14/08/09 à Béziers

Le 14/08/09 à Béziers

Lors du second mano a mano de la saison avec Sébastien Castella, Juan Bautista coupe les deux oreilles de son deuxième adversaire.

Le 31/10/09 à Saintes-Maries-de-la-Mer

Le 31/10/09 à Saintes-Maries-de-la-Mer

Pour terminer la saison, Juan Bautista invita ses amis El Juli, Matías Tejela et Eduardo Dávila Miura lors d’un Festival Taurin donné dans le cadre de l’Acoso y Derribo organisé chaque année depuis maintenant 5 ans sur la plage des Saintes-Maries-de-la-Mer. Face à un bon novillo d’Antonio Palla, il donna une leçon de tauromachie en coupant les deux oreilles et la queue de son adversaire.

Le 16/08/09 à Cantalejo (Espagne)

Le 16/08/09 à Cantalejo (Espagne)

Juan Bautista sort en triomphe après avoir coupé deux oreilles de ses toros de Montalvo. Avec une meilleure réussite à l’épée, il aurait obtenu un triomphe encore plus retentisant.

2007

Arènes Monumentales de Pueblo Nuevo de SAN CRISTÓBAL (État de Táchira - Venezuela) - Mercredi 27 janvier 2016

Arènes Monumentales de Pueblo Nuevo de SAN CRISTÓBAL (État de Táchira - Venezuela) - Feria de San Sebastián - Mercredi 27 janvier 2016 - Toros de Campolargo
Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Manuel Escribano (silence et oreille), 
Fabio Castañeda (silence et deux oreilles)
Juan Bautista accueilli le premier de la corrida de belle manière en terminant par une bonne demie Véronique. Il amena le toro au picador avec beaucoup de sûreté par des chicuelinas marchées. Juan Bautista offrit la faena au public. Il comprit le toro parfaitement grâce à son métier, sa technique et ses connaissances, se plaçant au-dessus des conditions de l'animal. Le toro, qui ne possédait pas beaucoup de force ni de transmission, avait de la noblesse et fixité. Juan Bautista l'a soigné afin qu'il puisse durer toute la faena. Il accompagna les charges avec temple et lenteur sur les deux cornes. Juan Bautista construisit une faena variée avec des cambios, réussissant à lier les muletazos malgré le peu de parcours du toro. Il mit un terme à la faena par une superbe estocade d'exécution spectaculaire. Après une pétition unanime, il coupa une oreille méritée.
Le second toro du lot de Juan Bautista sortit distrait. Il réussit à le garder dans les plis de sa capes par des capotazos donnés les pieds joints. Comme avec le premier, Juan Bautista démontra beaucoup d'intelligence, de connaissance, de savoir, de maturité et d'expérience pendant tout le combat. El toro possédait peut de parcours et de transmission mais il humiliait. Juan Bautista le toréa à demi-hauteur pour l'aider, toujours à la faveur de l'animal afin qu'il garde ses forces. Juan Bautista pris soin du toro ce qui lui permit de connaître le succès. Pendant toute la faena, Juan Bautista anima son adversaire pour qu'il puisse développer ses charges. Les muletazos furent d'une grande douceur malgré le manque de qualité du toro. Juan Bautista fit l'effort pour donner de l'épaisseur à la faena face aux continuelles protestations du toro. Grâce à sa connaissance des terrains, Juan Bautista réalisa une faena très méritoire en exprimant le peu de qualité qu'avait le représentant de Campolargo. Il inventa la faena, en essayant d'aider le toro au maximum. Très intelligent dans la construction de la faena, Juan Bautista fut au-dessus des conditions de l'animal. Après une bonne estocade de grande exécution et d'effet immédiat, Juan Bautista coupa les deux oreilles.

Arènes de PALAVAS - Feria de la Mer - Samedi 30 avril 2016

Arènes de PALAVAS - Feria de la Mer - Samedi 30 avril 2016 - Toros de Robert Margé
Juan Bautista (ovation, oreille, deux oreilles, ovation, silence et ovation)
Juan Bautista a démontré tout au long de l'après-midi son implication, sa détermination, son courage et son honnêteté. Avec des conditions climatiques fort compliquées, un vent très violent qui soufflait en rafales et malgré une blessure à l'épaule droite qui le gênait et le faisait souffrir, Juan Bautista a défendu sa position de torero important en se justifiant pleinement avec panache et dignité face à une corrida superbement présentée, digne d'arènes de catégorie supérieure. En se donnant au maximum sur chaque toro, Juan Bautista a eu un comportement exemplaire de grand professionnel, démontrant une technicité de grande envergure, une maestría aboutie et des recours phénoménaux.
Le premier toro se cassa les cornes dès son entrée en piste. Juan Bautista décida de combattre le toro qui aurait dû sortir en deuxième position. Noble mais assez tardif dans ses charges, il permit à Juan Bautista de réaliser des muletazos de belle facture malgré la gêne occasionnée par le vent. Après une bonne estocade, il reçut l'ovation du public. Avec le deuxième, le toro remplaçant, Juan Bautista réalisa un gros effort face aux charges exigeantes de son adversaire. Déterminé, Juan Bautista utilisa toute sa technique afin de dominer l'animal. La faena fut riche en émotion et les muletazos donnés sur les deux cornes eurent comme point commun la transmission. Il coupa une oreille après une bonne estocade en place. Avec le troisième, un bon toro honoré d'un tour de piste posthume, Juan Bautista signa une faena majeure, empreinte de classicisme, de profondeur et de pureté. Il calma les ardeurs du vent et put dessiner sur le sable des arabesques grâce à sa muleta envoûtante. Il a atteint les sommets lors de séries de derechazos et naturelles. Oubliant sa blessure à l'épaule droite, Juan Bautista donna le meilleur de lui-même dans une faena faite de liaison et de transmission. Après une superbe estocade a recibir, il coupa en toute logique les deux oreilles. Avec le quatrième qui détruisit le burladero de lidia, Juan Bautista ne put montrer que sa détermination et son engagement face à un animal sans classe et arrêté qu'il tua d'une estocade autoritaire. Face au cinquième, un toro agressif et possédant du danger, Juan Bautista n'eut aucune option de triomphe. Avec le dernier de l'après-midi, Juan Bautista dessina un début de faena d'une extrême douceur après l'avoir banderillé avec maestría et precision lors de trois paires de banderilles qui soulevèrent l'enthousiasme des arènes. Il canalisa les charges claires de son adversaire par une muleta dominatrice et sure. Malheureusement, le toro ne dura pas autant que ce que le torero aurait voulu... Après deux pinchazos et une bonne estocade, Juan Bautista sorti en triomphe à l'issue d'une prestation exemplaire d'engagement, de professionnalisme et d'abnégation.

Arènes de MADRID (Espagne) - Las Ventas - Feria de San Isidro - Dimanche 8 mai 2016

Arènes de MADRID (Espagne) - Las Ventas - Feria de San Isidro - Dimanche 8 mai 2016 - Toros de Montealto
Juan Bautista (oreille et silence), Morenito de Aranda (ovation et ovation), José Manuel Mas (silence et silence).
Face au premier de l'après-midi, un toro sérieux et noble, Juan Bautista instrumenta une faena pleine de torería et de puissance après l'avoir reçu à la cape par des véroniques harmonieuses terminées par des demies des plus ajustées. Il commença avec la main gauche où les naturelles furent vibrantes et musicales. C'est avec la main droite que la faena a pris de l'importance. Juan Bautista compris le toro, et lui servi des séries de grande beauté, assis sur les reins, oubliant la technique et laissant totale liberté à l'expression artistique. Juan Bautista donna tout les avantages au toro pour transmettre. Le public de Las Ventas appuya sans réserve la faena, pleine de connaissance et de technique et l'apprécia à sa juste valeur, terminée par une série de naturelles de face les pieds joints de grande facture. Après une grande estocade portée a recibir, Juan Bautista coupa une oreille amplement méritée et demandée unanimement par le public. Avec le second de son lot, un toro manso, avec du danger qui n'arrêtait pas de gratter, Juan Bautista fut sur de lui, essayant de tout donner pour résoudre les problèmes posés. Mais le toro ne lui en fut pas reconnaissant et ne lui permit aucune solution de triomphe.

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Samedi 14 mai 2016

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Samedi 14 mai 2016 - Toros de Torrealta 
Enrique Ponce (ovation et silence), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), José Garrido qui confirmait l'alternative (ovation et ovation)
Matinée importante de Juan Bautista qui a confirmé ses excellentes prestations de Palavas et de Madrid et qui est sorti par la Porte des Consuls pour le neuvième fois. Face au premier de son lot, Juan Bautista instrumenta une faena dont il a le secret. Au milieu des rafales de vent, il domina sa muleta avant de le faire avec le toro. Grâce à une technique des plus à accomplie, Juan Bautista embarqua le toro dans des séries de muletazos douces imprimant un rythme soutenu. L'intérêt augmenta au fur et à mesure de la faena. Sur le côté gauche, les naturelles furent longues et savoureuses en laissant toujours la muleta idéalement placée. Un travail d'orfèvre achevé par un recibir d'école qui libéra les deux oreilles avec force. Avec son second, un toro noble qui s'éteignit en cours de lidia, Juan Bautista réalisa une faena faite de douceur après l'avoir banderillé. Il soigna le toro par des muletazos ajustés, lui donnant la distance idoine et gardant l'attention du public. La faena fut variée et précise telle une oeuvre d'art qui ne comporte aucun défaut. Après une autre estocade portée a recibir, il coupa les deux oreilles unanimement demandées par le public conquis par tant de classe, de connaissances, de torería et de saveur torera.

Arènes d'ARENAS DE SAN JUAN (Ciudad Real - Espagne) - Dimanche 12 juin 2016

Arènes d'ARENAS DE SAN JUAN (Ciudad Real - Espagne) - Dimanche 12 juin 2016 - Toros de Guadalest
Víctor Puerto (oreille et oreille), Juan Bautista (applaudissement et deux oreilles et queue), Octavio García "El Payo" (oreille et oreille)
Si face au premier de son lot, un toro avec du danger et sans option, Juan Bautista du se contenter de faire étalage de son professionnalisme, c'est avec son second qu'il réalisa une faena intense et profonde. En effet, dès la réception à la cape par des véroniques autoritaires et cadencées, et à la suite d'un quite par chicuelinas serrées, Juan Bautista instrumenta une œuvre de haute envolée lyrique. Face à ce toro de grande qualité, Juan Bautista dessina une faena faite de rythme, de douceur et de liaison. Meilleur à droite qu'à gauche, d'où il sortait des muletazos de manière désintéressée, le toro de l'élevage de Guadalest buvait la muleta magique de Juan Bautista créant ainsi un ballet ayant la beauté, la pureté et la douceur d'un cygne. En début de faena, Juan Bautista s'efforça de canaliser la charge bouillonnante du toro en allant le chercher loin devant et en le conduisant avec une douceur autoritaire. Le toro lui en fut reconnaissant et se livra avec beaucoup de transmission. Juan Bautista compris son partenaire grâce à ses connaissance et son métier ce qui lui permit de sublimer les charges incessantes de l'animal. Du côté gauche, Juan Bautista, par un placement parfait de la muleta, sut maintenir l'intensité à la faena alors que le toro possédait moins de transmission. En fin de faena, Juan Bautista imposa complètement sa domination par des roblesinas templées, acheva son œuvre par une estocade d'école portée a recibir qui délivra les trophées maximum et demanda le tour de piste posthume à la dépouille du toro pour récompenser sa bravoure et noblesse.

Arènes de PRÁDENA (Ségovie - Espagne) - Samedi 2 juillet 2016

Arènes de PRÁDENA (Ségovie - Espagne) - Première corrida de l'histoire de cette municipalité - Samedi 2 juillet 2016 - Toros de Fernando Peña
La rejoneadora Léa Vicens (deux oreilles) et les Matadors de Toros Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Alberto Álvarez (silence et silence)
Le premier toro de Juan Bautista fut un animal noble mais ne possédant pas beaucoup de force. Après l'avoir reçu par des véroniques ajustées et un bon quite par chicuelinas, Juan Bautista lui servi une faena douce et templée en l'accompagnant au maximum dans sa charge. La technique de Juan Bautista fut au service du représentant de l'élevage de Fernando Peña afin de lui permettre d'aller au bout du combat. Après une estocade entière il coupa les 2 oreilles demandées unanimement. Juan Bautista coupa une oreille supplémentaire de son second toro, un animal sans fond ni transmission de Fernando Peña, à l'issue d'une faena de haute technicité et de recours et construite par des muletazos d'une grande douceur et lenteur achevée par une estocade entière.

Arènes de PAMPELUNE (Navarre - Espagne) - Samedi 9 juillet 2016

Arènes de PAMPELUNE (Navarre - Espagne) - Feria de San Fermín - Samedi 9 juillet 2016 - Toros de José Escolar
Francisco Marco (silence et silence), Juan Bautista (ovation et oreille), Alberto Aguilar (ovation et Silence)
Après une réception par véroniques allurées, données avec puissance et majesté et terminées par une demie de cartel de grande exécution, Juan Bautista donna une leçon sur l'art de régler les problèmes d'un toro. Dès le début de faena, l'animal pesait sur le torero. Juan Bautista sut corriger ce défaut par un placement parfait du corps et de la muleta. A force de technique, Juan Bautista parvint à dessiner des muletazos relâchés avec liaison et cadence réussissant à lever l'intérêt dans les gradins. Après une demie estocade d'effet immédiat et une pétition d'oreille non suivie par la présidence, Juan Bautista salua une chaleureuse ovation. Le second de son lot fut accueilli par des véroniques rythmées données avec cadence et relâchement et terminées par une demie qui fut un hommage aux plus beaux paysages de Navarre. La faena qui suivit fut celle d'un torero accompli, empreinte de puissance, d'investissement et d'intelligence. Juan Bautista sut gommer les aspérités du toro, un animal qui manquait de transmission, en réalisant des séries avec beaucoup de classe, la main basse et conclue par des passes de poitrine d'une grande profondeur et aussi long que le parcours de l'encierro. Après une estocade en place qui fulmina le toro, Juan Bautista coupa une oreille de poids acclamée par tout le public.

Arènes de CHÂTEAURENARD - Feria Fiesta y Toros - Dimanche 24 juillet 2016

Arènes de CHÂTEAURENARD - Feria Fiesta y Toros - Dimanche 24 juillet 2016 - Toros de Salvador Domecq
Juan Bautista (oreille et oreille), El Fandi (oreille et ovation), Thomas Dufau (deux oreilles et deux oreilles)
Face au premier de son lot, un toro qui présentait du danger et face auquel aucune erreur n'était permise, Juan Bautista montra beaucoup de ressources et d'intelligence. Posé et sur de lui, il réussit a construire une faena de grande technicité avec des muletazos templés donnés sur les deux cornes. Après une estocade d'école, il coupa une oreille amplement méritée. Le second toro de Juan Bautista n'avait pas de force. Malgré cela, il sut réaliser une faena adaptée aux conditions de l'animal par des muletazos d'une grande douceur. Sans déplacer la charge du toro, Juan Bautista posa les fondations de sa faena sur la base de son expérience et torería. Après une bonne estocade qui vint après un pinchazo, Juan Bautista coupa une oreille.

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) - Lundi 25 juillet 2016

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) - Feria en l'honneur de Sainte Anne - Corrida mixte - Lundi 25 juillet 2016 - Toros de Las Monjas
Le rejoneador Roberto Armendáriz (ovation et deux oreilles), Juan José Padilla (oreille et ovation), Juan Bautista (deux oreilles et applaudissement)
Juan Bautista eut une prestation importante face au premier de son lot, un toro de qualités. La faena gagna en intensité au fur et à mesure du déroulement. Juan Bautista pris la mesure de son adversaire, lui donnant le temps de se reprendre entre chaque série et lui administra des muletazos de grande ampleur et profondeur. Ce fut un récital de classe, de bon goût, de grande maturité. Après une bonne estocade en place, il coupa en toute logique les deux oreilles. Face au second, un animal manso qui se colla aux planches, Juan Bautista n'eut d'autre option que de montrer sa bonne volonté. Après une bonne estocade, il récolta le soutien du public.

Arènes de SANTANDER (Cantábria - Espagne) - Feria de Santiago - Vendredi 29 juillet 2016

Arènes de SANTANDER (Cantábria - Espagne) - Feria de Santiago - Vendredi 29 juillet 2016 - Toros d'El Tajo et La Reina
Juan Bautista (silence, oreille et oreille), David Mora (tour de piste et ovation), Gonzalo Caballero (blessure)
C'est avec une réception à la cape les pieds joints que Juan Bautista a commencé la corrida en finissant cette série par une conclusion en forme de point d'exclamation. Après un quite à la cape par farols et caleserinas, Juan Bautista débuta la faena en donnant le temps nécessaire au toro. Il trouva de suite la distance et le placement idoines face au toro qui ne possédait pas beaucoup de transmission et qui a baissé de régime au fur et à mesure du déroulement de la faena. Avec torería, Juan Bautista réussit à canaliser et allonger la charge violente du toro grâce à des derechazos autoritaires, posés et templés. Sur la corne gauche, Juan Bautista essaya mais le toro protestait. Malheureusement, le descabello vint ternir cette prestation et le silence se fit. Il reçut le second de son lot par des véroniques templées, avec cadence et rythme terminées par une précieuse demie. Avant de commencer la faena, il offrit un quite par de très belles chicuelinas. Ensuite, avec un toro qui possédait de la noblesse, Juan Bautista réalisa une faena superbe d'inspiration et de puissance. Il embarqua parfaitement le toro du Maestro Joselito sur les deux cornes et l'accompagna dans des séries suaves, longues et de bonne exécution. Juan Bautista mit en évidence son grand moment de professionnalisme et de savoir au moyen de muletazos profonds, templés et relâchés. La faena fut un modèle de rythme, de cadence avec un parfum de torería. Il termina la faena avec une estocade portée a recibir et coupa une oreille de poids. À cause de la blessure de Gonzalo Caballero, Juan Bautista lidia le sixième toro de la corrida. Il le reçut à la cape de manière variée par des véroniques dessinées les deux genoux en terre, suivies par des tafalleras et une demie véronique également exécutée les deux genoux en terre. Pendant la faena, Juan Bautista aida le toro afin qu'il aille au bout des muletazos. Il démontra ses grandes connaissances et maturité. Juan Bautista toréa avec beaucoup de pureté et de saveur et augmenta les possibilités du toro en développant l'intérêt de la faena. Juan Bautista mît son âme dans sa prestation à Santander jusqu'à la parachever par une autre estocade portée a recibir. Il coupa une oreille importante supplémentaire et sortit en triomphe.

Arènes de VILLACAÑAS (Tolède - Espagne) - Jeudi 11 août 2016

Arènes de VILLACAÑAS (Tolède - Espagne) - Jeudi 11 août 2016 - Toros de Jaralta
Víctor Puerto (oreille et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Antonio Nazaré (ovation et oreille)
Juan Bautista reçu le premier de son lot, un toro très sérieux de présentation, par des lances les pieds joints suivis par des véroniques autoritaires en rejoignant le centre de la piste et terminant par une très bonne demie véronique. Avec la muleta, il donna une leçon de comment il faut toréer un bon toro sans force. Juan Bautista déploya son âme et expression pour fournir ce que l'animal ne possédait pas en occupant toute la scène. Juan Bautista compris parfaitement le toro depuis sa sortie en piste jusqu'à l'estocade finale en lui donnant le temps nécessaire entre chaque série afin qu'il puisse se reprendre. Juan Bautista toréa sur les deux cornes avec beaucoup de douceur et de lenteur, en aspirant la charge du toro avec l'intérieur de la muleta sans à coup. Il toréa avec énormément de lenteur, beaucoup de plaisir, assis sur les reins, sans déplacer la charge et réussissant à donner confiance au bon toro faible de Jaralta. Chaque  muletazo était une affiche et le reflet du grand moment qu'il traverse actuellement. Juan Bautista montra l'envie de celui qui commence avec la maturité de 17 années d'alternative. Après une grande estocade, il coupa en toute logique les deux oreilles. Juan Bautista reçut le second de son lot, un toro sérieux âgé de cinq ans, par des véroniques templées, ajustées et rythmées, terminées par une larga de toute beauté et torería. Après un bon quite par chicuelinas, Juan Bautista dessina une faena précise face à un toro qui possédait un bon fond mais qui manquait de transmission. Juan Bautista se hissa à un grand niveau et le démontra dans des séries de muletazos templés de grande facture. A la moitié de faena, le toro baissa de ton mais Juan Bautista put maintenir l'intérêt à la faena en s'impliquant totalement pour animer l'animal. Juan Bautista réussit à accompagner la charge grâce à des muletazos de grande longueur et cadence. Après une autre superbe estocade, Juan Bautista coupa une oreille supplémentaire.

Arènes de MIAJADAS (Cáceres - Espagne) – Feria y Fiestas de Agosto – Vendredi 12 août 2016

Arènes de MIAJADAS (Cáceres - Espagne) – Feria y Fiestas de Agosto – Vendredi 12 août 2016 - Toros d’Adolfo Martín
Rafaelillo (oreille et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Morenito de Aranda (oreille et ovation)
Nouvelle leçon de Tauromachie donnée aujourd'hui par Juan Bautista face aux redoutables toros d'Adolfo Martín. Il sut imposer sa volonté avec expérience et torería en résolvant les problèmes posés par les toros. Grâce à sa technique, ses connaissances, son métier et sa façon d'interpréter la tauromachie, Juan Bautista s'est une nouvelle fois hissé au-dessus des conditions de ses deux adversaires et a gommé toutes les aspérités afin que chaque animal donne le meilleur de lui-même, donnant même l'impression qu'ils étaient meilleurs que ce qu'ils étaient en réalité. Face au premier de son lot, un toro compliqué sur la corne gauche, Juan Bautista réalisa une faena harmonieuse, techniquement parfaite avec beaucoup de temple. Présentant la muleta sous le museau de l'animal, il embarqua celui-ci dans des séries de derechazos longs, allurés et d'une rare profondeur. Sur la corne gauche, Juan Bautista régla les problèmes par une implication sans faille et une muleta dominatrice, réussissant à mettre le toro dans le leurre. Après une bonne estocade, il coupa deux importantes oreilles unanimement demandées par le public. Avec son second, un toro possédant de la classe mais qui s'est vite arrêté du fait de son manque de force et de race, Juan Bautista déploya volonté et courage pour servir des muletazos d'une grande lenteur. Aidant son adversaire au maximum pour lui permettre d'aller au bout du combat, Juan Bautista offrit des séries avec beaucoup de douceur et de temple, prenant un réel plaisir à toréer. Malgré une épée qui n'est pas entrée du premier coup, Juan Bautista coupa une oreille de poids.

Arènes d’HERVÁS (Cáceres – Espagne) – Fiestas Populares de la Villa – Lundi 15 août 2016

Arènes d’HERVÁS (Cáceres – Espagne) – Fiestas Populares de la Villa – Lundi 15 août 2016 - Toros de Lora Sangrán
Juan Bautista (silence et deux oreilles), Alberto Álvarez (silence et deux oreilles et queue), Octavio García « El Payo » (oreille et ovation)
Le premier de Juan Bautista fut un toro manso, sans option de triomphe. De nulle possibilité, il du se résoudre à mettre fin à la faena avec professionnalisme. Face au de son lot, Juan Bautista fit preuve d'une grande maîtrise et se mit au service du toro, un animal manso mais pourvu de noblesse. Avec beaucoup de patience et de douceur, Juan Bautista embarqua la charge du toro dans des séries qui lui redonnèrent confiance. Posé et sur de lui, Juan Bautista toréa avec délicatesse sur les deux cornes sans jamais se faire toucher la muleta ni déplacer les charges réalisant ainsi une faena d'une grande technicité et suavité. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles de son opposant.

Arènes d'EL BURGO DE OSMA (Soria - Espagne) - Feria en l'honneur de San Roque et à la Virgen del Espino - Mardi 16 août 2016

Arènes d'EL BURGO DE OSMA (Soria - Espagne) - Feria en l'honneur de San Roque et à la Virgen del Espino - Mardi 16 août 2016 - Toros de Fernando Peña Catalán
Juan Bautista (deux oreilles et oreille), El Fandi (deux oreilles et deux oreilles et queue), Gonzalo Caballero (ovation et silence)
Juan Bautista toucha deux toros très encastés et exigeants. Grâce à son implication, sa grande technique et sa torería, il sut les dominer, les soumettre à sa volonté et leur imposer sa présence. Grâce à un placement parfait, une connaissance des terrains approfondie et une muleta impériale, il embarqua les charges avec douceur et l'autorité pour construire deux faenas d'un important niveau artistique. Les séries de muletazos données sur les deux cornes furent d'une grande transmission. Juan Bautista pu baisser la main et toréa avec beaucoup de profondeur et de cadence. Les estocades furent marquées du sceau de la maison Juan Bautista et délivrèrent ainsi trois oreilles coupées avec force.

Arènes de BOROX (Tolède - Espagne) - Corrida aux bénéfices des lésions médullaires et des handicapés physique - Mardi 30 août 2016

Arènes de BOROX (Tolède - Espagne) - Corrida aux bénéfices des lésions médullaires et des handicapés physique - Mardi 30 août 2016 - Toros de Fernando Peña Catalán et d'El Jaral de la Mira
Eugenio de Mora (ovation et oreille), Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Rubén Pinar (oreille et deux oreilles)
Juan Bautista reçut le premier de son lot par des véroniques de qualité terminées par un remate vertical rempli de torería. Juan Bautista commença la faena avec beaucoup de douceur pour prendre soin du toro qui ne possédait pas énormément de charge. Grâce à son métier, Juan Bautista a maintenu l'intérêt de la faena face à un animal sans classe, qui ne s'investissait pas et qui n'est pas allé en s'améliorant au fur et à mesure du déroulement du combat. Juan Bautista trouva le terrain idoine pour dessiner sur les deux cornes des muletazos d'un bon tracé, templés et toreros. Après une demie estocade en place, il coupa une oreille demandée par le public. Les véroniques exécutées par Juan Bautista à la sortie du second de son lot portèrent le sceau de la maison. Elle furent marquées par la cadence, du rythme, du temple et furent terminées par une douce demie véronique. Après un bon quite par chicuelinas, Juan Bautista donna un récital de belle tauromachie face à un bon et brave toro de l'élevage d'El Jaral de la Mira d'origine Baltasar Ibán honoré d'un tour de piste posthume. Il toréa avec pureté, lenteur et beaucoup de joie. Juan Bautista compris le toro à la perfection, plaçant la muleta sous le museau et aspirant les charges bien en amont. Les muletazos sur les deux cornes dessinèrent une œuvre d'art dont le sommet fut atteint lors de séries sur le côté droit qui furent lentes, d'un grand investissement et accompagnement, et d'autres du côté gauche lors desquelles Juan Bautista toréa assis sur les reins, de manière profonde, d'un naturel et d'une pureté extrême oubliant son corps. Il acheva la faena au moyen de passes par le haut de grande qualité en accompagnant la charge avec douceur et terminant par une passe du mépris qui arrêta le temps. Après un pinchazo a recibir, il réussit une estocade utilisant le même procédé et coupa les deux oreilles.

Arènes d'EJEA DE LOS CABALLEROS (Saragosse - Espagne) - Feria Taurina en honor a Nuestra Señora la Virgen de la Oliva - Jeudi 1er septembre 2016

Arènes d'EJEA DE LOS CABALLEROS (Saragosse - Espagne) - Feria Taurina en honor a Nuestra Señora la Virgen de la Oliva - Jeudi 1er septembre 2016 - Toros de Los Bayones
Juan Bautista (oreille et oreille), Alberto Álvarez (oreille et deux oreilles), Gonzalo Caballero (silence et oreille)
Juan Bautista a dessiné deux faenas dont la profondeur, la lenteur dans les muletazos et la pureté de sa tauromachie furent les points communs pour compenser le manque de race de ses deux adversaires. Il construisit deux faenas dont les meilleurs moments furent sur la corne gauche. Les naturelles données le corps complètement relâché eurent l'arôme d'une tauromachie aboutie, mature et d'un grand classicisme. Juan Bautista, en pleine possession de ses moyens et traversant le meilleur moment de sa brillante carrière, a démontré une nouvelle fois la plénitude de son toreo.

Arènes de SAN MARTÍN DE VALDEIGLESIAS (Madrid - Espagne) - Feria Taurina en Honor a la Virgen la Nueva - Vendredi 9 septembre 2016

Arènes de SAN MARTÍN DE VALDEIGLESIAS (Madrid - Espagne) - Feria Taurina en Honor a la Virgen la Nueva - Vendredi 9 septembre 2016 - Toros de Fernando Peña Catalán et d'El Jaral de Mira
Curro Díaz (ovation et ovation), Juan Bautista (oreille et oreille), Gonzalo Caballero (ovation et silence)
Juan Bautista a démontré une nouvelle fois toute l'étendue de son savoir et maestría en sachant s'accorder avec deux toros complètement différents. Face au premier encasté et exigeant, du fer d'El Jaral de Mira, Juan Bautista sut s'imposer avec classe et autorité en présentant à son adversaire une muleta à la fois douce et dominatrice afin de canaliser les charges répétées. Juan Bautista construisit une faena importante en consentant le toro lequel céda à la volonté de fer du torero. Une épée de bonne exécution mais résultant un peu basse le privera de couper la seconde oreille. Face au cinquième, de l'élevage de Fernando Peña Catalán, un toro sans race mais noble, Juan Bautista s'adapta aux conditions de l'animal en lui donnant confiance. Il déploya une muleta suave et caressante afin de toréer avec le plus de lenteur et de profondeur possible sur les deux cornes. Les muletazos furent empreints de classe et de pureté et après avoir porté une bonne estocade, Juan Bautista coupa une oreille, synonyme d'une nouvelle sortie en triomphe.

rènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 10 septembre 2016

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 10 septembre 2016 - Toros de Zalduendo
Luis Francisco Esplá (oreille et oreille), Morante de La Puebla (bronca et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et queue et deux oreilles)
Juan Bautista donna une véritable symphonie de toreo face au premier de son lot, honoré d'un tour de piste posthume. Possédant des qualités de noblesse mais qu'il fallait canaliser et apprivoiser, Juan Bautista magnifia la charge de son adversaire pour créer une œuvre d'art d'une beauté exceptionnelle. Toréant avec une extrême douceur et lenteur, Juan Bautista tutoya les anges à moins que ce soient eux qu'ils l'aient vouvoyé. Les séries furent d'une grande profondeur, la muleta idéalement placée, le corps totalement relâché, assis sur les reins, Juan Bautista commotionna l'Amphithéâtre Romain dans une faena majestueuse et de grande pureté. Au sommet de son art, Juan Bautista rendit le plus beau des hommages à la création du Maestro Luis Francisco Esplá. Après une estocade portée a recibir, le président n'eut d'autre solution que d'accorder les trophées maximum. Avec le second, qu'il banderilla avec enthousiasme, Juan Bautista récidiva et construisit une nouvelle œuvre d'art faite de sentiments, de torería et de profondeur. Oubliant son corps, Juan Bautista toréant comme jamais, enchaînant les muletazos avec cadence et temple. Faena d'une pureté hors du commun démontrant qu'il est devenu un torero important dépassant l'image de bon torero. Juan Bautista est entré dans un autre monde, celui des toreros indispensables dans toutes les ferias. Après une estocade portée a recibir, il coupa deux autres oreilles demandées unanimement par le public.

Arènes d'ARANDA DE DUERO (Burgos - Espagne) – Feria de Nuestra Señora de las Viñas – Dimanche 11 septembre 2016

Arènes d'ARANDA DE DUERO (Burgos - Espagne) – Feria de Nuestra Señora de las Viñas – Dimanche 11 septembre 2016 - Toros d’Alcurrucén
Juan Bautista (silence et deux oreilles), Joselito Adame (oreille et silence), Ginés Marín (oreille et silence)
Si le premier toro de Juan Bautista ne permit aucune possibilité de faena car possédant un grand danger et face auquel il fit front avec opiniâtreté, le second de son lot lui offrit l'occasion de continuer la belle série de triomphes et confirmer ainsi sa majestueuse prestation de la veille dans les Arènes d'Arles pour la Corrida Goyesque. Avec ce bon exemplaire d'Alcurrucén, Juan Bautista fit étalage de sa science et se laissa aller à ses sentiments au travers d'une interprétation guidée par l'improvisation, le classicisme et la profondeur. Atteignant les sommets, Juan Bautista laissa une empreinte indélébile marquée de muletazos sur les deux cornes dont la réalisation et le tracé furent un appel à la pureté et à la lenteur. Toréant avec beaucoup de joie et d'enthousiasme, Juan Bautista montra sa plus belle tauromachie afin de célébrer comme il se devait le jour anniversaire de son alternative reçue le 11 septembre 1999 dans les Arènes d'Arles. Après une estocade portée a recibir, il coupa avec force les deux oreilles de son adversaire.

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 17 septembre 2016

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 17 septembre 2016 - Toros d'El Puerto de San Lorenzo
Rafaelillo (oreille et silence), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Miguel Ángel Perera (silence et silence)
Face au premier de son lot, un toro sérieux de présentation et possédant des qualités de noblesse, Juan Bautista fit chavirer les Arènes de Nîmes par une tauromachie pure, profonde et d'une lenteur absolue. Juan Bautista réalisa une faena d'une grande maturité et d'une douceur extrême. Du côté droit, il embarqua son adversaire dans des séries longues et templées alternant improvisation et enchaînements qui amenèrent le toro à suivre le leurre dans un ballet digne des plus grandes soirées de l'Opéra de Paris. À gauche, Juan Bautista toréa avec classe et suavité en transmettant beaucoup de sentiments et d'émotion. Après une estocade a recibir, il coupa en toute logique les deux oreilles. Avec le second, un toro sans classe, Juan Bautista fit un effort conséquent pour apporter de l'intérêt à la faena. Avec beaucoup de recours, Juan Bautista réalisa une faena sur les deux cornes avec autorité et compétence afin de couper une troisième oreille synonyme de dixième Porte des Consuls. 

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Dimanche 18 septembre 2016

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Dimanche 18 septembre 2016 - Toros de Victoriano del Río et Toros de Cortés
Juan Bautista (ovation, oreille et deux oreilles et queue), José María Manzanares (oreille et ovation), Thomas Joubert qui confirmait l'alternative (blessure et deux oreilles)
À cause de la blessure de Thomas Joubert infligée en tout début de faena par son toro de confirmation d'alternative, Juan Bautista dut combattre le premier toro de la matinée, un animal dangereux, possédant des complications. Avec autorité et honneur, Juan Bautista réalisa une faena de grand professionnel sur les deux côtés en se montrant au-dessus des conditions du toro. Après une bonne estocade, il reçut l'ovation du public qui reconnut l'effort de Juan Bautista. Avec le premier de son lot, un toro sans classe et éteint, Juan Bautista inventa une faena en se positionnant dans le bon terrain. Donnant confiance au toro, il sut construire une faena qui est allée crescendo, embarquant son opposant dans des séries templées sur les deux cornes. Terminant dans les cornes par des circulaires inversées, Juan Bautista acheva son oeuvre par une estocade a recibir concluante qui délivra une oreille de poids. Avec le second de son lot, un toro avec beaucoup de classe primé par un tour de piste posthume, Juan Bautista fit encore une fois chavirer les Arènes de Nîmes et donna un récital de tauromachie. Juan Bautista au sommet de son art, magistral de pureté, de profondeur et de torería. Un moment magique, une véritable symphonie céleste, une oeuvre d'art que Juan Bautista a dessiné avec beaucoup de sentiments. Oubliant son corps, se laissant aller à son émotion, Juan Bautista toréa avec une beauté de l'Olympe, et se fit vouvoyer par les anges tellement la faena fut impressionnante de grandeur et de majesté. Après avoir accueilli son adversaire intelligemment à la cape et banderillé avec dextérité, Juan Bautista toréa avec une lenteur incommensurable, le corps relâché, réalisant une faena de rêve. Après une formidable estocade a recibir, le public debout demanda avec force les deux oreilles et la queue synonyme de onzième Porte des Consuls et qui furent célébrées avec beaucoup de bonheur et de partage.

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Fêtes en l'Honneur de Nuestra Señora de la Merced et San Miguel - Corrida mixte - Samedi 24 septembre 2016

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Fêtes en l'Honneur de Nuestra Señora de la Merced et San Miguel - Corrida mixte - Samedi 24 septembre 2016 - Toros de Jódar y Ruchena
Le rejoneador Pablo Hermoso de Mendoza (ovation et silence), Juan Bautista (oreille et oreille), José Garrido (ovation et oreille)
Sur sa lancée de triomphes, Juan Bautista a pu développer sa belle tauromachie en terres navarraises et ouvrir une nouvelle fois la Grande Porte des Arènes. Face à deux toros qui l'ont laissé s'exprimer malgré le peu de race qu'ils possédaient, Juan Bautista a laissé une trace exquise de son passage. Les deux faenas furent le reflet du moment admirable qu'il traverse actuellement. Avec implication, torería et classe, il dessina des séries habitées par le temple, la profondeur et la lenteur ce qui permis à ses deux opposants d'aller au bout des combats. Complètement investi, Juan Bautista offrit à l'Afición de Navarre une prestation aboutie de torero mature toréant avec plaisir sur les deux cornes, apportant beaucoup de soin et d'intelligence à l'élaboration des deux faenas.

Arènes de MEDINA DE POMAR (Burgos - Espagne) - Feria Taurina - Dimanche 2 octobre 2016

Arènes de MEDINA DE POMAR (Burgos - Espagne) - Feria Taurina - Dimanche 2 octobre 2016 - Toros d'Albarreal
Juan Bautista (oreille et oreille), Marco Antonio Gómez (oreille et oreille), Ginés Marín (deux oreilles et ovation)
Belle après-midi de Juan Bautista qui a toréé ses deux nobles opposants avec torería, profondeur et intelligence. Grâce sa muleta, dotée de suavité et de temple, il a pu dessiner deux faenas soyeuses d'où émergèrent des séries de grande lenteur, conclues par deux bonnes estocades. Prenant soin de ces deux adversaires en les toréant avec beaucoup de douceur, Juan Bautista a démontré une nouvelle fois toute l'étendue de son savoir continuant ainsi sa très importante saison.

Arènes de FUENGIROLA (Málaga – Espagne) – Dimanche 9 octobre 2016

Arènes de FUENGIROLA (Málaga – Espagne) – Dimanche 9 octobre 2016 – Toros d’Hermanos Sánchez Herrero
Juan Bautista (oreille et deux oreilles), David Galán (oreille et deux oreilles et queue), Joaquín Galdós (applaudissements et silence)
Face au premier de l'après-midi, un toro sérieux, exigeant et manquant de race, Juan Bautista fournit un effort conséquent afin de réaliser une faena importante d'implication et d'investissement. Il coupa une oreille qui aurait pu être doublée sans un pinchazo sur une estocade a recibir. C'est avec le second de son lot, un autre toro d'une présentation sérieuse et décasté, que Juan Bautista s'imposa avec force, implication et abnégation. Les séries s'enchaînèrent dans des arabesques taurines aux saveurs de torería grâce à une muleta idéalement placée et un corps relâché. Après une superbe estocade, Juan Bautista coupa les deux oreilles demandées avec beaucoup de ferveur par le public qui fut conquis par sa classe.

2006

Le 11/03/2006 à CAZALLA DE LA SIERRA (Espagne)

Avec une corrida de Jaralta, Juan Bautista coupe 4 oreilles et une queue.

Le 01/05/2006 à MORALZARZAL (Espagne)

Juan Bautista coupe 2 oreilles à un toro de Jaime Brujo. Au cartel Rafaelillo et Ivan Vicente.

Le 08/05/2006 à PALAVAS

3 oreilles pour Juan Bautista avec un lot de Sanchez Arjona. Ses compagnons de cartel: El Juli et Salvador Cortes.

Le 03/06/2006 à NîMES

Avec Matias Tejela et Jose Maria Manzanares au cartel Juan Bautista coupe 3 oreilles et sort par la Porte des Consuls.

Le 11/06/2006 à MAUGUIO

Pour la première fois de sa carrière, Juan Bautista tue une corrida de Luc et Marc Jalabert. Il coupe une oreille.

Le 09/08/2006 à VITORIA (Espagne)

Juan Bautista coupe 1 oreille à chaque toro et sort en triomphe. Il remporte le trophée de la meilleure estocade et du meilleur toreo de cape.

Le 13/08/2006 à FREJUS

3 oreilles et une queue symbolique. Indulto de “Condor” de Victorianio del Rio.

Le 14/08/2006 à SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Juan Bautista coupe 2 oreilles à un toro de Antonio Bañuelos et 2 oreilles à un toro de Caridad Cobaleda Galache.

Le 15/08/2006 à DAX

Sous un déluge, Juan Bautista coupe 4 oreilles à une corrida de Banuelo. Il est porté en triomphe jusqu'à son hôtel. Ses compagnons de cartel étaient El Fundi et Julien Lescarret.

Le 17/09/2006 à NîMES

Avec Enique Ponce et Alejandro Talavante au cartel, Juan Bautista coupe 2 oreilles face à un toro de Victoriano del Rio.

Le 30/12/2006 à CALI (Colombie)

Juan Bautista coupe 1 oreille à un toro de Guachicono

2005

Le 27/02/2005 à MATAMOROS (Mexique)

Le 27/02/2005 à MATAMOROS (Mexique)

Pour son retour au Mexique, Juan Bautista coupe 3 oreilles en compagnie de Eloy Cavazoz et le rejoneador Rodrigo Santo avec un lot de Arroyo Zarco.

Le 25/03/2005 à ARLES

Le 25/03/2005 à ARLES

Retour en France de Juan Bautista. 1 oreille avec des toros de Domingo Hernandez avec au cartel El Cordobes et El Juli.

Le 15/08/2005 à SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Le 15/08/2005 à SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Lors d'un mano a mano avec le mexicain Alejandro Amaya, le torero Arlesien triomphe facilement en coupant 3 oreilles malgré un violent mistral.

Le 08/05/2005 à SONSECA

Le 08/05/2005 à SONSECA

Retour en Espagne qui ou il coupe 3 oreilles et sort en triomphe. Au cartel, Jesus Aguados et Ivan Vicente avec un lot de Los Eulogios.

Le 10/09/2005 à ARLES

Le 10/09/2005 à ARLES

Avec un lot de Mercedes Perez Tabernero Montalvo, Juan Bautista coupe 2 oreilles durant la corrida goyesque avec Cesar Rincon et Morante de la Puebla.

Le 14/05/2005 à NIMES

Le 14/05/2005 à NIMES

Juan Bautista coupe 2 oreilles à un toro du Pilar et sort en triomphe des arènes de Nîmes.

Le 04/12/2005 à MONTERREY (Mexique)

Le 04/12/2005 à MONTERREY (Mexique)

Corrida avec 6 toreros. Juan Bautista coupe 2 oreilles et la queue à un toro de Golondrinas.

Le 09/08/2005 à VITORIA

Le 09/08/2005 à VITORIA

Devant une corrida de Peñajara. Juan Bautista coupe la dernière oreille de l'histoire des arènes de Vitoria qui cederont la place l'an prochain à un nouveau complexe polyvalent.

Le 17/12/2005 à QUERETARO (Mexique)

Le 17/12/2005 à QUERETARO (Mexique)

Juan Bautista coupe 2 oreilles aux toros de La Estancia. Au cartel, Jorge Gutierrez et Israel Tellez.

Le 13/08/2005 à BEZIERS

Le 13/08/2005 à BEZIERS

Avec El Cid et Sebastien Castella et un lot de Montalvo, Juan Bautista coupe 1 oreille.

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria del Día de la Comunidad Valencia - Jeudi 9 octobre 2014

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria del Día de la Comunidad Valencia - Jeudi 9 octobre 2014 - Toros de Torrehandilla, Torreherberos et Los Chospes

Juan Bautista (ovation et oreille), Alberto Gómez (ovation et silence), Jesús Duque (tour de piste et deux oreilles)
Face au premier de son lot qui présentait un danger certain, Juan Bautista se montra sur de lui et de ses capacité. La faena fut sérieuse, avec des muletazos sur les deux cornes empreints de domination et de puissance. Après une grande estocade, il reçut l'ovation du public après une pétition d'oreille qui ne fut pas suivie par la présidence. Avec le quatrième de l'après-midi, un bon toro de Torreherberos, Juan Bautista s'adapta aux conditions de l'animal pour offrir des séries de muletazos très bien construites et montrant toute l'étendue de son savoir. Après une formidable estocade, Juan Bautista coupa une oreille importante demandée par l'ensemble du public et prouva une nouvelle fois que son absence des Ferias espagnoles est une grande injustice.

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 13 septembre 2014

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 13 septembre 2014 - Toros de Puerto de San Lorenzo, Hubert Yonnet, San Mateo, Adolfo Martín, La Quinta et Garcigrande

Juan Bautista (ovation, silence, deux oreilles, silence, oreille et deux oreilles et queue).

Après-midi magique, intense en émotion celle offerte par Juan Bautista à l'occasion de la célébration de ses 15 années d'alternative. Il sut être à la hauteur de l'évènement en Maestro dominateur, présent tout au long de la lidia, prenant en main avec autorité le déroulement des combats de chaque toro, mettant en valeur chaque animal et démontrant ses facultés à comprendre tout type de toro. Après-midi de grande responsabilité que Juan Bautista, en torero accompli, sur de sa technique et de ses capacités physiques, sut gérer avec maestría, honneur et panache, allant jusqu'à banderiller les troisième et sixième toros, montrant un aspect physique tout à fait remarquable. Dès le paseo, le public, qui remplissait complètement l'amphithéâtre arlésien, le reçut par une formidable ovation, soulignée par la présence en piste des Reines d'Arles qui avaient souhaité l'accompagner pour cet événement.
Le premier toro de l'après-midi de l'élevage de Puerto de San Lorenzo présenta une grande exigence. Il demandait un placement des plus parfait et n'aurait admis aucune erreur de la part du torero. Chargeant sans humilier, Juan Bautista sut lui régler les problèmes lors d'une faena puissante et variée sur les deux cornes. Après une estocade et deux descabellos, le public, reconnaissant de l'effort fourni, lui fit saluer une ovation.
Le deuxième, qui portait le fer de l'élevage d'Hubert Yonnet, sortit compliqué, ne possédant aucune transmission et avec une charge âpre terminant la tête en l'air à la fin de chaque muletazo. Malgré cela, Juan Bautista se montra très professionnel, allant au bout du combat et donnant le maximum afin d'essayer de lui corriger les défauts. Grâce à sa technique, il parvint en fin de faena à réaliser une bonne série sur la corne droite. Malheureusement, l'épée ne fut pas au rendez-vous.
Avec le troisième de l'après-midi, un toro de San Mateo, Juan Bautista instrumenta l'excellence du toreo. Après avoir été très varié à la cape et banderillé de manière remarquable, Juan Bautista commença sa faena les deux genoux en terre. Accompagné des notes du Concerto d'Aranjuez, Juan Bautista torea de manière relâchée avec beaucoup de douceur par des muletazos aux tracés longs et harmonieux. En fin de faena, il laissa son épée sur le sable pour dessiner des séries de naturelles sur les deux cornes afin d'achever cette œuvre d'Art et inviter le public dans la magie du toreo. Après une grande estocade portée a recibir, il coupa deux oreilles avec force, qui aurait pu être rejointes par une queue si la mort du toro, qui a été honoré d'un tour de piste posthume, avait été plus rapide.
Face au quatrième, un toro très sérieux d'Adolfo Martín, Juan Bautista se montra un lidiador remarquable. Demandant à son picador de se déplacer dans l'axe de la piste, Juan Bautista plaça le toro au centre d'où il chargea à trois reprises le cheval, montrant ainsi son respect pour le toro de combat. A la muleta, le toro développa les complications liées à sa race. Se retournant court, regardant le torero à mainte reprises, Juan Bautista réalisa une faena fort méritoire, d'une technicité de haut vol et ne lâchant rien. Malheureusement, une fois de plus, l'épée ne fut pas au rendez-vous.
Avec le cinquième de l'après-midi, un toro de La Quinta, sérieux et bien fait, Juan Bautista su s'adapter aux charges nobles mais fades, en donnant ce que le toro ne possédait pas. Il réalisa une faena templée, juste et d'une grande technicité, brindée aux Reines dArles. Il sut apporter de l'émotion au combat par son métier et sa grande faculté à comprendre les toros. Après une estocade et un descabello, il coupa une oreille.
Face au bon sixième de Garcigrande, Juan Bautista, après l'avoir reçut à la cape par deux largas à genoux puis par une série de chicuelinas, décida de le banderiller. Il cloua trois paires avec maîtrise en mettant le public debout. La première au quiebro, la deuxième de calafía et la troisième dans un cuarteo engagé. La faena, commencée comme à la cape, les deux genoux en terre, fut un modèle d'implication et de puissance. Juan Bautista atteint les sommets de l'après-midi par des muletazos longs, rythmés et profonds, donnés sur les deux cornes à un toro complètement aspiré par la muleta puissante et dominatrice. En fin de faena, le toro baissa d'intensité et Juan Bautista se plaça entre les cornes pour continuer son œuvre et faire tourner l'animal autour de son corps abandonné et relâché à l'extrême démontrant une sécurité étonnante. Après une estocade à recibir portée dans les règles de l'art et qui laissa le toro fulminé, Juan Bautista coupa les deux oreilles et la queue sous l'ovation générale du public qui acclama le torero d'Arles lors de sa sortie en triomphe des arènes.

2004

2004 à ARLES

2004 à ARLES

A la suite des inondations de la ville d'Arles, Juan Bautista organise un Festival au profit des sinistrés avec El Cordobes, Paco Ojeda, Emilio Munoz, Espartaco, Jose Maria Manzanares. Il coupe 2 oreilles à un toro de Victoriano del Rio.

2003

FLOIRAC

FLOIRAC

1oreille et despedida

2002

Le 22/02/2002 à FLOIRAC

Le 22/02/2002 à FLOIRAC

2 Oreilles à un toro de Montalvo en compagnie d' EL Juli et Zotoculo. Il remporte le trophée et l'oreille d'or.

Le 17/05/2002 à NIMES

Le 17/05/2002 à NIMES

1 oreille à un toro de Domingo Hernandez avec El Juli et Joselito.

Le 06/08/2002 à CHATEAURENARD

Le 06/08/2002 à CHATEAURENARD

Corrida de Montalvo pour EL Cordobés et Lafonso Romero. Juan Bautista coupe 3 oreilles et sort en triomphe.

Le 19/05/2002 à VIC-FESENSAC

Le 19/05/2002 à VIC-FESENSAC

Juan Bautista sort par la grande porte après avoir coupé 2 oreilles à un toro de Ramón Flores. Au cartel: El Cid et Alfonso Romero.

New Accordion Tab

Accordion tab content

Le 15/08/2002 à CALATAYUD

Le 15/08/2002 à CALATAYUD

En compagnie d'EL Califa et ALfonso Romero, Juan Bautista coupe 2 oreilles avec des toros de Los Guateles.

Le 20/07/2002 à FREJUS

Le 20/07/2002 à FREJUS

Pétition d'indulto à un toro de Parladé.

Le 17/08/2002 à DAX

Le 17/08/2002 à DAX

Juan Bautista affronte pour la première fois une corrida de Victorino Martin et coupe 1 oreille.

Le 22/07/2002 à MENJIBAR

Le 22/07/2002 à MENJIBAR

2 oreilles et la queue avec une corrida de Arcadio Albaran avec El Cordobes et El Fandi comme compagnons de cartel.

Le 06/09/2002 à ARLES

Le 06/09/2002 à ARLES

Il coupe 2 oreilles avec une corrida de José Luis Pereda. Au cartel: Morante de la Puebla et El Juli.

Le 27/07/2002 à BEAUCAIRE

Le 27/07/2002 à BEAUCAIRE

Mano a mano avec César Jiménez. Juan Bautista coupe 2 oreilles à une corrida de Antonio San Roman.

Le 13/09/2002 à MOÏTA DE RIBATEJO

Le 13/09/2002 à MOÏTA DE RIBATEJO

Triomphateur de la Féria.

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria del Día de la Comunidad Valencia - Jeudi 9 octobre 2014

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria del Día de la Comunidad Valencia - Jeudi 9 octobre 2014 - Toros de Torrehandilla, Torreherberos et Los Chospes

Juan Bautista (ovation et oreille), Alberto Gómez (ovation et silence), Jesús Duque (tour de piste et deux oreilles)
Face au premier de son lot qui présentait un danger certain, Juan Bautista se montra sur de lui et de ses capacité. La faena fut sérieuse, avec des muletazos sur les deux cornes empreints de domination et de puissance. Après une grande estocade, il reçut l'ovation du public après une pétition d'oreille qui ne fut pas suivie par la présidence. Avec le quatrième de l'après-midi, un bon toro de Torreherberos, Juan Bautista s'adapta aux conditions de l'animal pour offrir des séries de muletazos très bien construites et montrant toute l'étendue de son savoir. Après une formidable estocade, Juan Bautista coupa une oreille importante demandée par l'ensemble du public et prouva une nouvelle fois que son absence des Ferias espagnoles est une grande injustice.

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 13 septembre 2014

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 13 septembre 2014 - Toros de Puerto de San Lorenzo, Hubert Yonnet, San Mateo, Adolfo Martín, La Quinta et Garcigrande

Juan Bautista (ovation, silence, deux oreilles, silence, oreille et deux oreilles et queue).

Après-midi magique, intense en émotion celle offerte par Juan Bautista à l'occasion de la célébration de ses 15 années d'alternative. Il sut être à la hauteur de l'évènement en Maestro dominateur, présent tout au long de la lidia, prenant en main avec autorité le déroulement des combats de chaque toro, mettant en valeur chaque animal et démontrant ses facultés à comprendre tout type de toro. Après-midi de grande responsabilité que Juan Bautista, en torero accompli, sur de sa technique et de ses capacités physiques, sut gérer avec maestría, honneur et panache, allant jusqu'à banderiller les troisième et sixième toros, montrant un aspect physique tout à fait remarquable. Dès le paseo, le public, qui remplissait complètement l'amphithéâtre arlésien, le reçut par une formidable ovation, soulignée par la présence en piste des Reines d'Arles qui avaient souhaité l'accompagner pour cet événement.
Le premier toro de l'après-midi de l'élevage de Puerto de San Lorenzo présenta une grande exigence. Il demandait un placement des plus parfait et n'aurait admis aucune erreur de la part du torero. Chargeant sans humilier, Juan Bautista sut lui régler les problèmes lors d'une faena puissante et variée sur les deux cornes. Après une estocade et deux descabellos, le public, reconnaissant de l'effort fourni, lui fit saluer une ovation.
Le deuxième, qui portait le fer de l'élevage d'Hubert Yonnet, sortit compliqué, ne possédant aucune transmission et avec une charge âpre terminant la tête en l'air à la fin de chaque muletazo. Malgré cela, Juan Bautista se montra très professionnel, allant au bout du combat et donnant le maximum afin d'essayer de lui corriger les défauts. Grâce à sa technique, il parvint en fin de faena à réaliser une bonne série sur la corne droite. Malheureusement, l'épée ne fut pas au rendez-vous.
Avec le troisième de l'après-midi, un toro de San Mateo, Juan Bautista instrumenta l'excellence du toreo. Après avoir été très varié à la cape et banderillé de manière remarquable, Juan Bautista commença sa faena les deux genoux en terre. Accompagné des notes du Concerto d'Aranjuez, Juan Bautista torea de manière relâchée avec beaucoup de douceur par des muletazos aux tracés longs et harmonieux. En fin de faena, il laissa son épée sur le sable pour dessiner des séries de naturelles sur les deux cornes afin d'achever cette œuvre d'Art et inviter le public dans la magie du toreo. Après une grande estocade portée a recibir, il coupa deux oreilles avec force, qui aurait pu être rejointes par une queue si la mort du toro, qui a été honoré d'un tour de piste posthume, avait été plus rapide.
Face au quatrième, un toro très sérieux d'Adolfo Martín, Juan Bautista se montra un lidiador remarquable. Demandant à son picador de se déplacer dans l'axe de la piste, Juan Bautista plaça le toro au centre d'où il chargea à trois reprises le cheval, montrant ainsi son respect pour le toro de combat. A la muleta, le toro développa les complications liées à sa race. Se retournant court, regardant le torero à mainte reprises, Juan Bautista réalisa une faena fort méritoire, d'une technicité de haut vol et ne lâchant rien. Malheureusement, une fois de plus, l'épée ne fut pas au rendez-vous.
Avec le cinquième de l'après-midi, un toro de La Quinta, sérieux et bien fait, Juan Bautista su s'adapter aux charges nobles mais fades, en donnant ce que le toro ne possédait pas. Il réalisa une faena templée, juste et d'une grande technicité, brindée aux Reines dArles. Il sut apporter de l'émotion au combat par son métier et sa grande faculté à comprendre les toros. Après une estocade et un descabello, il coupa une oreille.
Face au bon sixième de Garcigrande, Juan Bautista, après l'avoir reçut à la cape par deux largas à genoux puis par une série de chicuelinas, décida de le banderiller. Il cloua trois paires avec maîtrise en mettant le public debout. La première au quiebro, la deuxième de calafía et la troisième dans un cuarteo engagé. La faena, commencée comme à la cape, les deux genoux en terre, fut un modèle d'implication et de puissance. Juan Bautista atteint les sommets de l'après-midi par des muletazos longs, rythmés et profonds, donnés sur les deux cornes à un toro complètement aspiré par la muleta puissante et dominatrice. En fin de faena, le toro baissa d'intensité et Juan Bautista se plaça entre les cornes pour continuer son œuvre et faire tourner l'animal autour de son corps abandonné et relâché à l'extrême démontrant une sécurité étonnante. Après une estocade à recibir portée dans les règles de l'art et qui laissa le toro fulminé, Juan Bautista coupa les deux oreilles et la queue sous l'ovation générale du public qui acclama le torero d'Arles lors de sa sortie en triomphe des arènes.

2001

Le 28/01/2001 à BOGOTA

Le 28/01/2001 à BOGOTA

Confirmation d'Alternative . Second témoin Morante de la Puebla. Juan Bautista tue 4 toros suite à la blessure de ses compagnons et coupe une oreille à un toro de Garzon Hermanos.

Le 24/03/2001 à CASTELLON

Le 24/03/2001 à CASTELLON

Juan Bautista coupe la seule oreille de l'après-midi à un toro de Celestino Cuadri. Ses compagnons de cartel étaient Luis Francisco Espla et El Califa.

Le 04/08/2001 à ISTRES

Le 04/08/2001 à ISTRES

Inauguration des arènes d'Istres. Juan Bautista coupe 2 oreilles à une corrida de Peralta en compagnie de Richard Milian et Sébastien Castella.

Le 14/04/2001 à HELLIN

Le 14/04/2001 à HELLIN

Juan Bautista sort en triomphe après avoir coupé 3 oreilles à des toros de Ana Romero. Ses compagnons étaient Cordobes et Jesulin de Ubrique.

Le 05/08/2001 à LA CORUÑA

Le 05/08/2001 à LA CORUÑA

Juan Bautista coupe 1 oreille à une corrida de Sanchez de Ibarguen. Au cartel, Miguel Rodriguez et Jesus Millan.

Le 16/04/2001 à ARLES

Le 16/04/2001 à ARLES

Au cartel avec Finito de Cordoba et Manuel Caballero, Juan Bautista coupe 1 oreille à un toro du Pilar et une autre à un toro de Los Bayones.

Le 15/08/2001 à SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Le 15/08/2001 à SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Juan Bautista coupe 2 oreilles à un toro El Sierro et 2 oreilles et la queue à un toro de Montalvo. Ses compagnons de cartel sont Uceda Leal et Javier Conde.

Le 20/05/2001 à FLOIRAC

Le 20/05/2001 à FLOIRAC

Mano a mano avec Enrique Ponce avec une corrida de Aldeanueva.

Le 04/09/2001 à MELILLA (Maroc Espagnol)

Le 04/09/2001 à MELILLA (Maroc Espagnol)

2 oreilles en compagnie d'El Juli et Manolo Sanchez. Toros de Manolo Gonzalez.

Le 24/06/2001 à TOLOSA (Espagne)

Le 24/06/2001 à TOLOSA (Espagne)

2 oreilles à un toro de Fuente Ymbro en compagnie de Jesulin de Ubrique et de Eugenio de Mora.

Le 08/09/2001 à ARLES

Le 08/09/2001 à ARLES

2 oreilles en compagnie de El Juli et Espartaco face à des toros de Zalduendo.

Le 30/06/2001 à AZAMBUJA

Le 30/06/2001 à AZAMBUJA

Présentation de Juan Bautista au Portugal.

Le 09/09/2001 à ARANDA DE DUERO

Le 09/09/2001 à ARANDA DE DUERO

Nouvelle sortie en triomphe de Juan Bautista qui coupe 2 oreilles à un toro de Victoriano Del Rio Cortes en compagnie de Antonio Ferrera et El Fandi.

Le 25/07/2001 à MONT DE MARSAN

Le 25/07/2001 à MONT DE MARSAN

1 oreille à un toro de Jose Luis Marca en compagnie de Enrique Ponce et Javier Castaño.

2000

Le 30/01/2000 à SAN CRISTÓBAL (Vénézuéla)

Le 30/01/2000 à SAN CRISTÓBAL (Vénézuéla)

Juan Bautista participe à sa première corrida sur le sol vénézuélien dans le cadre de la Feria de San Cristóbal. Sa prestation est primée par un total de trois oreilles face au bétail de Rancho Grande et d'El Prado. Lors de la vuelta finale effectuée avec Manuel Caballero, les deux toreros effectuent une collecte en promenant autour du ruedo un capote de brega, au bénéfice de l'ex-novillero Marco Tulio Guerrero, paralysé depuis vingt-cinq ans.

Le 13/08/2000 à BAYONNE

Le 13/08/2000 à BAYONNE

Au cartel avec Enrique Ponce et Morante de la Puebla, Juan Bautista coupe la seule oreille de l'après-midi face à une corrida du Puerto de San Lorenzo.

Le 21/04/2000 à ARLES

Le 21/04/2000 à ARLES

En ouverture de la Feria de Pâques, Juan Bautista participe à un très attendu mano a mano avec El Juli, sorte de corrida-revanche pour le torero madrilène après l'éclatant triomphe de l'Arlésien à Cali quatre mois plus tôt. Les deux jeunes toreros sortent en triomphe par la Grande porte des arènes d'Arles après avoir signé de brillantes faenas face aux toros de Victoriano del Río.

Le 14/08/2000 à BÉZIERS

Le 14/08/2000 à BÉZIERS

Dans son marathon des corridas de l'été, Juan Bautista coupe les deux oreilles de son premier toro de Santiago Domecq et sort en triomphe des arènes du Plateau de Valras.

Le 15/05/2000 à MADRID (Espagne)

Le 15/05/2000 à MADRID (Espagne)

Première participation en qualité de matador de toros à la Feria de San Isidro. Moins d'un an après son triomphe historique en tant que novillero, Juan Bautista laisse encore une forte impression sur le sable de Las Ventas. Il effectue un tour de piste très fêté après une bonne faena liée face à un toro de Gabriel Rojas Fernández.

Le 16/08/2000 à DAX

Le 16/08/2000 à DAX

Nouveau triomphe pour Juan Bautista qui obtient les deux oreilles de son premier adversaire de Samuel Flores. Ses compagnons de cartel étaient Enrique Ponce et Miguel Abellán.

Le 21/05/2000 à SARAGOSSE (Espagne)

Le 21/05/2000 à SARAGOSSE (Espagne)

Juan Bautista participe à une importante corrida au cours de laquelle il coupe la seule oreille de l'après-midi à un toro de Teófilo Segura. Ses compagnons de cartel étaient Curro Romero et Enrique Ponce.

Le 20/08/2000 à BILBAO (Vizcaya, Espagne)

Le 20/08/2000 à BILBAO (Vizcaya, Espagne)

Sur le sable gris des arènes de Vista Alegre, dans le cadre des Corridas Générales, Juan Bautista joue l'une de ses plus importantes cartes de la saison. Il effectue un tour de piste à l'issue de son premier combat face à un toro de María Luisa Domínguez y Pérez de Vargas avant de couper avec force le pavillon du 6e exemplaire de Salvador Guardiola Fantoni. Le torero arlésien est par ailleurs violemment bousculé par ce toro au moment de l'estocade.

Le 11/06/2000 à TOLOSA (Guipúzcoa, Espagne)

Le 11/06/2000 à TOLOSA (Guipúzcoa, Espagne)

Juan Bautista sort en triomphe en compagnie de Miguel Abellán et d'El Juli après avoir ravi l'oreille de chacun de ses toros d'Alcurrucén.

Le 23/08/2000 à BILBAO (Vizcaya)

Le 23/08/2000 à BILBAO (Vizcaya)

Suite à sa prestation face aux Guardiola, Juan Bautista est répété une seconde fois durant les Corridas générales afin de remplacer Manuel Díaz "El Cordobés", blessé. Le torero arlésien réalise une excellente faena face au dernier toro de Loreto Charro mais perd les trophées avec l'épée, devant se contenter d'une vuelta.

Le 13/06/2000 à NÎMES

Le 13/06/2000 à NÎMES

Pour sa présentation à Nîmes en qualité de matador de toros, le torero arlésien conclut en beauté la Feria de Pentecôte. Il coupe une oreille à chacun de ses toros d'Alcurrucén et sort seul en triomphe des arènes de Nîmes. Ses compagnons de cartel étaient Julio Aparicio et El Juli.

Le 31/08/2000 à SAN SEBASTIÁN DE LOS REYES (Madrid)

Le 31/08/2000 à SAN SEBASTIÁN DE LOS REYES (Madrid)

Juan Bautista sort en triomphe des arènes en compagnie de Joselito après avoir coupé les deux oreilles du dernier toro de Victoriano del Río.

Le 30/06/2000 à TARRAGONA (Espagne)

Le 30/06/2000 à TARRAGONA (Espagne)

Juan Bautista coupe l'oreille de chacun de ses toros d'Alcurrucén et sort en triomphe des arènes en compagnie de Manuel Caballero.

Le 09/09/2000 à ARLES

Le 09/09/2000 à ARLES

Juan Bautista retrouve Enrique Ponce et Manuel Caballero au cartel lors de la corrida d'ouverture de la Feria du Riz. Il coupe les deux oreilles de son premier adversaire de Manuela Agustina López Flores.

Le 06/08/2000 à VINAROZ (Castellón, Espagne)

Le 06/08/2000 à VINAROZ (Castellón, Espagne)

Le torero arlésien croise le fer avec les toros d'Occitania auxquels il coupe un total de deux oreilles. Ce succès lui permet de sortir en triomphe de ces arènes pour la seconde fois de la saison et ce, en un mois d'intervalle

Le 31/12/2000 à CALI (Colombie)

Le 31/12/2000 à CALI (Colombie)

Toros de Ambalo. Cartel : Califa, Dinasti 2 oreilles au deuxième toro.

1999

Le 28/02/1999 à NÎMES

Le 28/02/1999 à NÎMES

La Feria de Primavera est marquée par l'exceptionnelle faena de Juan Bautista face à "Tanguisto", de l'élevage de Yerbabuena, dont le torero arlésien obtient la grâce. Jean-Baptiste débute idéalement sa saison en franchissant la Porte des Consuls au terme d'un après-midi historique pour l'afición française.

Le 09/03/1999 à CASTELLÓN DE LA PLANA

Le 09/03/1999 à CASTELLÓN DE LA PLANA

Juan Bautista entame son marathon des grandes ferias espagnoles et coupe l'oreille d'un novillo de Jandilla.

Le 13/07/1999 à LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Le 13/07/1999 à LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER

Après la première partie de son périple espagnol, Juan Bautista vient se ressourcer sur ses terres et obtient un novillo triomphe face à une novillada de José Luis Marca dont il obtient deux oreilles.

Le 13/03/1999 à VALENCIA (Espagne)

Le 13/03/1999 à VALENCIA (Espagne)

Lors des traditionnelles Fallas, retransmises en direct par la télévision espagnole, Juan Bautista obtient une nouvelle oreille face à un novillo de Guadalest.

Le 20/07/1999 à VALENCIA

Le 20/07/1999 à VALENCIA

Juan Bautista participe à la Feria de la San Jaime et coupe l'oreille d'un novillo de Sánchez Arjona, remportant au passage le prix du meilleur toreo de cape du cycle.

Le 03/04/1999 à ARLES

Le 03/04/1999 à ARLES

Premier paseo arlésien pour l'enfant du pays au cours de la Feria de Pâques, la première organisée par son père et son oncle. Jean-Baptiste coupe avec brio les deux oreilles du 5e novillo d'El Torreón.

Le 02/08/1999 à HAGETMAU

Le 02/08/1999 à HAGETMAU

Sur le sable de la célèbre piste landaise, le novillero arlésien affronte une novillada de Miura. Il est applaudi à l'issue de son second combat.

Le 23/04/1999 à SÉVILLE

Le 23/04/1999 à SÉVILLE

Juan Bautista découvre la Real Maestranza de Caballería mais ne peut briller face au manque de jeu de son lot de Martelilla.

Le 15/08/1999 à BÉZIERS

Le 15/08/1999 à BÉZIERS

Juan Bautista marque de son empreinte la Feria biterroise en obtenant un total de trois oreilles face à une excellente novillada de Juan Pedro Domecq. L'Arlésien sort en triomphe par la Grande Porte des arènes en compagnie de Sébastien Castella avec qui il partageait l'affiche en mano a mano.

Le 25/04/1999 à BARCELONE

Le 25/04/1999 à BARCELONE

Juan Bautista continue avec succès sa tournée des arènes espagnoles de première catégorie et obtient une oreille méritée dans le cadre impressionnant de la fameuse Monumental, face à une novillada de José Luis Marca. Il remporte le trophée du meilleur novillero de la temporada de Barcelone.

Le 22/08/1999 à SAINT SEVER

Le 22/08/1999 à SAINT SEVER

Le torero arlésien fait ses adieux en France en qualité de novillero lors d'un seul contre six de 6 èlevages différent. Juan Bautista sort en triomphe des arènes de Morlanne après avoir coupé une oreille aux novillos d'élevages célèbres pour leurs prestigieux propriétaires : Yerbabuena (José Ortega Cano), Juan Antonio Ruiz Román (Espartaco), Pedro y Verónica Gutiérrez Lorenzo (El Niño de la Capea) et Francisco Ojeda González (Paco Ojeda)

Le 23/03/1999 à NÎMES

Le 23/03/1999 à NÎMES

Juan Bautista sort à nouveau en triomphe des arènes romaines à l'occasion de la Feria de Pentecôte où il partage l'affiche en mano a mano avec El Fandi, l'autre révélation de la dernière Feria de Primavera. Devant les novillos de Yerbabuena, le torero arlésien obtient un total de deux oreilles.

Le 09/09/1999 à SONSECA

Le 09/09/1999 à SONSECA

Dernière novillade pour Juan Bautista.

Le 03/06/1999 à MADRID

Le 03/06/1999 à MADRID

Opposé à une novillada du Puerto de San Lorenzo, le torero arlésien coupe un total de deux oreilles et obtient tous les prix réservés au meilleur novillero de la feria. "La Marseillaise" retentit dans les salons de l'Hôtel Wellington lorsque Jean-Baptiste revient des arènes. Depuis Nimeño II, aucun nouveau français n'avait connu pareil succès dans la capitale espagnole.

Le 11/09/1999 à ARLES

Le 11/09/1999 à ARLES

Vêtu d'un costume blanc et or, Juan Bautista prend l'alternative lors de la première corrida de la Feria du Riz, des mains d'Espartaco et en présence de César Rincón face au toro "Sevillano", de l'élevage de Zalduendo, dont il coupe une oreille.

Le 05/07/1999 à PAMPLONA

Le 05/07/1999 à PAMPLONA

Juan Bautista participe à la novillada des mythiques Sanfermines et coupe avec brio l'oreille d'un exemplaire de Miranda de Pericalvo.

Le 02/10/1999 à MADRID

Le 02/10/1999 à MADRID

Après seulement quatre corridas toréées, Juan Bautista confirme son alternative dans les arènes de Las Ventas, des mains de Vicente Barrera et en présence d'Eugenio de Mora, face au toro "Llama triste", de l'élevage de Santiago Domecq.

Le 20/12/1999 à CALI (Colombie)

Le 20/12/1999 à CALI (Colombie)

Juan Bautista obtient sa première sortie par la Grande Porte dans le cadre de la célèbre feria colombienne après avoir coupé les deux oreilles de son premier toro d'Ernesto Gutiérrez.

Le 31/12/1999 à CALI (Colombie)

Le 31/12/1999 à CALI (Colombie)

Triomphe historique de Juan Bautista, qui sort en triomphe avec El Juli et Paquito Perlaza après avoir coupé un total de quatre oreilles aux toros de Torrestrella.

1998

Le 14/03/1998 à QUERÉTARO (Mexique)

Le 14/03/1998 à QUERÉTARO (Mexique)

Vêtu de bleu roi et or, Juan Bautista débute avec picadors et coupe la seule oreille de l'après-midi à des novillos de Los Martínez.

Le 21/04/1998 à RÍOBAMBA (Équateur)

Le 21/04/1998 à RÍOBAMBA (Équateur)

Juan Bautista est déclaré triomphateur de la feria après avoir coupé deux oreilles face à un lot panaché de Santa Rosa.

Le 24/08/1998 à RION DES LANDES

Le 24/08/1998 à RION DES LANDES

Jean-Baptiste Jalabert effectue sa présentation dans l'une des plazas emblématiques de la novillada sans picadors, face aux erales de Valdefresno.

Le 13/07/1998 à LES SAINTES MARIES DE LA MER

Le 13/07/1998 à LES SAINTES MARIES DE LA MER

Juan Bautista effectue sa présentation en France lors d'une grande novillada organisée dans le cadre de la Feria du Cheval. En mano a mano avec El Juli, et sous une pluie diluvienne, Juan Bautista obtient à la force du poignet l'oreille d'un de ses novillos de José Luis Marca.

Le 04/12/1998 à QUITO (Équateur)

Le 04/12/1998 à QUITO (Équateur)

Juan Bautista participe pour la première fois de sa carrière à la prestigieuse Feria du Christ au Grand Pouvoir, accompagné au cartel de Juan Pablo Díaz et de Jesús Millán.

Le 23/08/1998 à SAINT PERDON

Le 23/08/1998 à SAINT PERDON

Lors de la traditionnelle novillada célébrée dans la cité landaise, Juan Bautista se distingue en obtenant un total de deux oreilles face aux novillos du maestro Antonio Ordóñez. Le torero arlésien partageait l'affiche avec le novillero mexicain El Cuate ainsi que le frère de Jesulín de Ubrique, Víctor Janeiro.

1997

Le 08/06/1997 à CASTELLON DE LA PLANA (Espagne)

Le 08/06/1997 à CASTELLON DE LA PLANA (Espagne)

Jean-Baptiste Jalabert participe à l'une de ses premières grandes novilladas sans picadors dans une arène espagnole de 2e catégorie

Le 13/07/1997 à LES SAINTES MARIES DE LA MER

Le 13/07/1997 à LES SAINTES MARIES DE LA MER

Jean-Baptiste Jalabert participe à sa première novillada sans picadors sur le sol français. Face aux erals de la famille Fraile, il obtient un triomphe important en coupant trois oreilles et une queue.

Le 24/08/1997 à RION DES LANDES

Le 24/08/1997 à RION DES LANDES

Jean-Baptiste Jalabert effectue sa présentation dans l'une des plazas emblématiques de la novillada sans picadors, face aux erales de Valdefresno.

Le 29/06/1997 à LA BRÈDE

Le 29/06/1997 à LA BRÈDE

Jean-Baptiste Jalabert participe à sa première course officielle en France, lors d'un festival taurin au cours duquel il coupe une oreille. Novillos de Jose Luis Marca pour Antoñete, Palomo Linares, Curro Vazquez, Richard Milian, Cesar Rincon, Antonio Ferrera et Juan Bautista.

Le 27/07/1997 à ORTHEZ

Le 27/07/1997 à ORTHEZ

Lors de la traditionnelle novillada sans picadors précédant la corrida de l'après-midi, Jean-Baptiste Jalabert obtient un important triomphe en coupant un total de quatre oreilles aux erals du Laget et de José Luis Marca.

1996

Le 28/04/1996 à PINOSO (Alicante, Espagne)

Le 28/04/1996 à PINOSO (Alicante, Espagne)

Jean-Baptiste revêt pour la première fois l'habit de lumières, bleu de France et or, devant des becerros de Manuela Patón. Il obtient deux oreilles et la queue.