logo

Compte-rendus des corridas

Compte-rendus des corridas

...

Arènes de Las Ventas - MADRID (Espagne) - Feria de Otoño - Dimanche 1er octobre 2017 - Toros d'Adolfo Martín

Juan Bautista (silence, silence et silence), Paco Ureña (ovation, applaudissements et ovation)

Juan Bautista dessina une faena pleine d'élégance et de torería face au premier de la corrida, un toro noble mais sans transmission et qui n'humiliait pas. Impossible sur la corne gauche, Juan Bautista jeta l'ayuda et toréa à droite avec beaucoup de naturel et d'osmose. Après une bonne estocade, il utilisa le descabello à plusieurs reprises ce qui enleva tout le crédit à la faena. Le troisième de l'après-midi, deuxième du lot de Juan Bautista, ne fut pas un toro propice au triomphe de part son manque de race et de transmission. Malgré cela, Juan Bautista arriva à lui offrir des muletazos templés et de bonne facture sur les deux cornes, le montrant meilleur de ce qu'il était en réalité. Toréant avec bon goût et saveur, Juan Bautista accompagna les charges de son opposant au maximum afin de transmettre ce que le toro n'avait pas. Malheureusement la réussite à l'épée ne fut pas au rendez-vous... Le cinquième toro sortit avec beaucoup de complications et de danger. Juan Bautista fut volontaire durant toute la faena, prenant des risques majeurs. De manière incompréhensible, le public se mit à la faveur du toro ôtant ainsi tout crédit à l'effort de Juan Bautista qui fut d'une grande honnêteté. Après une estocade et un descabello il se retira au callejón. 

Arènes de LAS ROZAS (Madrid - Espagne) - Feria de San Miguel - Samedi 30 septembre 2017 - Toros d'Adolfo Martín

Juan Bautista (silence et deux oreilles), Fortes (oreille et oreille), Martín Escudero (silence et silence)

Juan Bautista construisit une faena intelligente mettant en exergue son métier et expérience face au premier toro de l'après-midi qui s'avéra compliqué, violent et dangereux. Juan Bautista sut s'accommoder des charges courtes de son opposant par une muleta autoritaire et sûre. Il mit un terme à la faena avec facilité par une estocade entière. Avec le quatrième, Juan Bautista dessina une œuvre d'art sur le sable des arènes. Toréant avec classe, pureté et cadence le bon toro d'Adolfo Martín, Juan Bautista fit vibrer les aficionados. Il broda le toreo sur les deux cornes notamment à gauche où les naturelles furent d'une réelle profondeur et lenteur données la main basse et le corps complètement relâché. Juan Bautista démontra la puissance de sa Tauromachie et son excellence lors de séries données avec beaucoup de naturel. Après un estoconazo a recibir, Juan Bautista coupa avec force les deux oreilles et fit un tour de piste fêté avec le drapeau espagnol sur les épaules en signe de solidarité du peuple Espagnol. 

Arènes de CORELLA (Navarre - Espagne) - Feria y Fiestas en honor a la Virgen de la Merced y San Miguel - Dimanche 24 septembre 2017 - Toros de La Castilleja et Julio de La Puerta

Le rejoneador Juan Manuel Munera (silence et silence), Juan José Padilla (salut et oreille), Juan Bautista (ovation et silence)

Tout au long de l'après-midi, Juan Bautista développa science et expérience afin d'animer les charges de ses deux adversaires qui ne proposaient aucune option de triomphe. Il essaya par tous les moyens face au troisième de l'après-midi auquel il réussit à inventer une faena. Il alla chercher au plus profond du toro ce qu'il pouvait renfermer de meilleur pour construire une faena d'oreille que le président n'a pas souhaité accorder malgré la pétition du public. Face au sixième, Juan Bautista ne put que démontrer que son envie et vaillance devant un animal dangereux de nulle proposition de faena.

Arènes de LOGROÑO (La Rioja - Espagne) - Feria de San Mateo - Samedi 23 septembre 2017 - Toros de Victorino Martín

Curro Díaz (oreille et silence), Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Román (silence et ovation)

Face au deuxième toro de l'après-midi, qui fut exigeant et qui n'acceptait aucune erreur mais reconnaissant quand on lui faisait les choses bien, Juan Bautista réalisa une faena de chant lyrique. Toréant avec précision, facilité et relâchement, il s'éleva vers les sommets de la Tauromachie, en construisant des muletazos d'une douceur extrême sur les deux cornes. Les séries, longues et templées, furent olympiques et de grande transmission. Le public conquis demanda la grâce du toro Verdadero auquel fut accordée un tour de piste posthume. Véritable œuvre d'Art digne des plus grands crus de cette région viticole par excellence, la faena de Juan Bautista fut sublime, grandiose et d'une ampleur incommensurable, achevée par un estoconazo qui libéra les deux oreilles demandées avec force par le public. Juan Bautista coupa une nouvelle oreille à l'issue d'une faena vibrante et rythmée dessinée face au cinquième Victorino Martín. Juan Bautista fit preuve de profondeur et toréa avec le temple que son opposant exigeait. Démontrant une grande maturité, Juan Bautista a réussi à conquérir Logroño ce que l'armée française ne put réaliser un 11 juin 1521.

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Dimanche 17 septembre 2017 - Toros de Sánchez y Sánchez et Victoriano del Río

Pablo Hermoso de Mendoza (ovation et deux oreilles), Juan Bautista (oreille et tour de piste), Ginés Marín (deux oreilles et silence)

Face au deuxième de la matinée, Juan Bautista étala tout son savoir faire pour réduire la charge agressive de son adversaire. Grace a un placement des plus efficace, Juan Bautista toréa avec bon goût, quiétude et fermeté sur les deux cornes alternant muletazos fondamentaux et d'ornement. Après une demie-estocade et un descabello d'école, il coupa une oreille. Face au cinquième, Juan Bautista fut l'auteur d'une véritable œuvre d'Art. Toréant avec douceur, suavité et torería, il emmena le public dans un monde de rêves. Les séries s'enchaînèrent avec rythme, les muletazos furent d'une grande pureté et Juan Bautista une nouvelle fois tutoya les anges... et le public se mit debout pour l'acclamer. Malheureusement l'épée en a voulu autrement et ce qui aurait pu être un nouveau triomphe historique dans le Colisée Romain se changea en un tour de piste fêté comme il se devait par le public. 

 

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Samedi 16 septembre 2017 - Toros de Núñez del Cuvillo, Victoriano del Río et Garcigrande

Juan Bautista (oreille et deux oreilles), Alejandro Talavante (silence et silence), Andy Younes qui prenait l'alternative (oreille et deux oreilles)

Face au deuxième de la matinée, un toro de l'élevage de Victoriano del Río sans race ni transmission, Juan Bautista inventa littéralement une faena. Toréant suavement et au ralenti, il construisit la faena avec douceur en occupant l'espace avec beaucoup de torería jusqu'à l'estoconazo final où il accompagna avec classe son adversaire pour vivre ses derniers instants. Il coupa une oreille de poids. Il reçut le quatrième de la matinée de façon originale par chicuelinas marchées. Ce fut un toro exigeant et compliqué avec lequel Juan Bautista créa une œuvre d'Art majuscule. Après l'avoir banderillé, et réglé en premier lieu les problèmes posés, Juan Bautista put dans un second temps toréé de manière relâchée et posée. Les séries se succédèrent avec torería, transmission et importance. Le Colisée Romain a chaviré devant le nouvel Empereur. Nouvelle démonstration de force et de grande maturité de Juan Bautista. Après un formidable recibir, il coupa les 2 oreilles en toute logique ouvrant ainsi pour la treizième fois la Porte des Consuls et la sixième consécutive. 

Arènes de MADRIDEJOS (Tolède - Espagne) - Feria del Cristo del Pardo - Vendredi 15 septembre 2017 - Toros de Montalvo, Torrealta et Carlos Charro

Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Cayetano (silence et applaudissements), Antonio Linares (oreille et deux oreilles)

Juan Bautista broda le toreo sur des naturelles face au premier de la corrida, dans une faena liée et dont les muletazos sur la corne gauche furent donnés en s'enroulant le toro autour du corps. Sur le côté droit, Juan Bautista dû recourir à ses connaissances et métier afin de parvenir à lui servir des séries empreinte de domination et de force. Malheureusement, l'épée ne fut pas au rendez-vous et Juan Bautista perdit tout le profit de la faena. En revanche, face au quatrième, il dessina sur les deux cornes une faena au ralenti. La muleta embarqua le toro dans des séries d'une grande longueur et ampleur, avec beaucoup d'originalité et de verticalité. La dernière série, donnée sur la corne droite sans l'épée déchaîna la ferveur du public. Après une grande estocade portée a recibir, Juan Bautista coupa les deux oreilles.

Arènes de GUADALAJARA (Espagne) - Coso de las Cruces - Feria de La Antigua - Jeudi 14 septembre 2017 - Toros de Monte La Ermita

Juan Bautista (silence et oreille), El Cid (ovation et oreille), Paco Ureña (oreille et oreille)

Juan Bautista mit en évidence son savoir faire au moyen d'une faena douce et délicate réalisée face à un toro noble mais sans force. Juan Bautista dessina une faena pleine de saveur mais le manque de race du toro ne lui permit jamais de prendre l'ampleur qu'elle aurait méritée. Avec le sérieux quatrième, Juan Bautista fit l'effort afin d'en sortir le meilleur. Après un quite à la cape par rogerinas, il construisit une faena faite de difficile facilité, de sobriété sur les deux cornes. Juan Bautista traça des séries élégantes qui furent achevées par une estocade souveraine portée a recibir.

Arènes de SAN MARTÍN DE VALDEIGLESIAS (Madrid - Espagne) - Dimanche 10 septembre 2017 -Toros de Fernando Peña Catalán

Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Álvaro Lorenzo (ovation et oreille), Joaquín Galdós (deux oreilles et deux oreilles)

Juan Bautista a montré tout son courage et sa détermination face à un lot de toros très exigeant. Face au premier, un animal compliqué et dangereux, il réalisa une faena puissante, imposant sa domination. Il y mit tout son cœur afin de parvenir à s'imposer. Malheureusement, après une bonne estocade non concluante, le descabello lui empêcha de couper une oreille largement méritée. Face au quatrième, un autre toro peu facile et exigeant, Juan Bautista signa une prestation d'émotion et d'investissement. Se faisant attraper heureusement sans conséquence, il montra tout son pouvoir et sa force pour contraindre son opposant. Les naturelles que Juan Bautista dessina sur le sable firent rugir les gradins, et après une bonne estocade, il coupa deux oreilles de poids.

Arènes d'ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 9 septembre 2017 - Toros de Domingo Hernández-Garcigrande

El Juli (oreille et deux oreilles), Juan Bautista (oreille et ovation), Cayetano (silence et silence)

Juan Bautista aborda la faena face au deuxième toro de l'après-midi avec beaucoup de détermination et torería. Il sut avec intelligence conduire la charge du toro avec une muleta dominatrice et puissance. En milieu de faena, son adversaire perdit de l'agressivité grâce au travail de Juan Bautista qui put toréer avec classe et douceur sur les deux cornes. Après une estocade portée à recibir, il coupa une oreille méritée. Face au cinquième, Juan Bautista fut très présent. Il réalisa un quite par crinolinas et essaya par la suite et par tous les moyens d'animer la charge du toro lors de la faena de muleta. Malheureusement, son opposant ne lui en fut pas reconnaissant et à l'issue de la première séries de muletazos donnée les deux genoux en terre avec beaucoup de profondeur, le toro s'arrêta. Malgré les efforts de Juan Bautista, la faena ne put prendre son envol. 

 

Arènes de BAYONNE - Feria de l'Atlantique - Samedi 2 septembre 2017 - Toros d'El Freixo

Juan Bautista (silence et deux oreilles), Paco Ureña (oreille et deux oreilles), Roca Rey (ovation et ovation)

Face au premier toro de l'après-midi, qui possédait du danger et aucune option de triomphe, ni de faena, Juan Bautista essaya par tous les moyens sur les deux cornes. Malheureusement, le toro ne voulu pas répondre à l'effort de Juan Bautista qui dut se résoudre à mettre un terme à sa prestation par une bonne estocade. Avec le quatrième, Juan Bautista fit chavirer les arènes en réalisant une œuvre de Roi. La faena créée sur le sable des Arènes de Lachepaillet, face à un toro juste de race et de force, fut d'une grande intelligence. Dès la cape, il l'accueillit par des véroniques les deux genoux en terre, poursuivant en accompagnant son adversaire au cheval de picador par un galleo et finissant par un quite par gaoneras. Avec la muleta, Juan Bautista donna au toro la distance idoine pour qu'il aille au bout du combat. Les muletazos furent d'une grande douceur et pureté, la main basse et s'abandonnant totalement. Sommet de Juan Bautista qui continue à conquérir les arènes. Après une estocade a recibir dans les règles de l'art, il coupa deux oreilles avec force. 

 

Arènes de SACEDÓN (Guadalajara - Espagne) - Corrida mixte en l'honneur de la Santa Cara de Dios - Vendredi 1er septembre 2017 - Toros et novillos de Cayetano Muñoz

Juan Bautista (oreille et oreille), Curro de la Casa (ovation et deux oreilles) et le novillero José Rojo (deux oreilles et deux oreilles et rabo)

Nouvelle sortie en triomphe de Juan Bautista à l'issue de deux faenas portant le sceau de la maison. Torería, classe et personnalité furent les dénominateurs communs de sa prestation dont les séries de muletazos reflétèrent la tauromachie pure et précieuse de Juan Bautista. Tout au long de l'après-midi, Juan Bautista fit preuve d'une grande maturité, d'une intelligence vive et d'un important sens de la lidia face à deux exemplaires nobles mais manquant de force. Il sut leur donner le temps, la distance adéquate afin de préserver leur envie de combattre. Auteur de deux bonnes estocades, Juan Bautista coupa une oreille de chacun de ses opposants.

     

Arènes de COLMENAR VIEJO (Madrid – Espagne) – Feria de la Virgen de los Remedios – Mardi 29 août 2017 - Toros de Jandilla et Vegahermosa

Juan Bautista (silence et deux oreilles), Alejandro Talavante (ovation et ovation), Andrés Roca Rey (oreille et ovation)

Juan Bautista s'est montré à un niveau supérieur dans les Arènes de Colmenar Viejo. Face au premier de l'après-midi, il fut facile et d'un professionnalisme exemplaire. Le toro, sans classe et qui n'allait pas au bout de ses charges, ne lui a pas permis de toréer comme il le souhaite. Néanmoins, Juan Bautista démontra une valeur et une sureté qui l'ont placé au-dessus des conditions du toro. Avec le quatrième de la corrida, Juan Bautista fit l'éloge de la naturalité, de l'élégance et du classicisme. Accueilli par deux largas à genoux, suivies de véroniques de grande cadence, dont certaines furent dessinées en regardant les gradins, le toro allait rencontrer par la suite un Juan Bautista stratosphérique. Prodigieux d'intelligence et de classe, Juan Bautista compris son opposant de A à Z. Avec la cape, il amena le toro au cheval de picador par rogerinas et effectua un quite par caleserinas. Après avoir lui-même assuré le tercio de banderilles, conclu par une superbe paire al violín, les ovations attribuées à Juan Bautista se firent encore plus fortes lorsqu'il commença la faena par sept muletazos donnés les deux genoux en terre avec relâchement et rythme. La suite de la faena fut une succession et une démonstration de naturel, d'esthétisme, d'intelligence, d'investissement et de clairvoyance. Aidant le toro au maximum, Juan Bautista fut l'auteur d'une prestation étincelante et souveraine qui le place parmi les toreros les plus en vue en 2017. Après une estocade de gala, il coupa deux oreilles avec force et légitimité.               

Arènes de SABIOTE (Jaén - Espagne) - Ferias y Fiestas de San Ginés de la Jara - Samedi 26 août 2017 - Toros de Gregorio Garzón

Juan Bautista (oreille avec pétition de la seconde et ovation après pétition), Cayetano ( oreille et deux oreilles et queue), Adrián de Torres (oreille et oreille)

Face au premier de l'après-midi, un toro possédant des qualités mais manquant de transmission, Juan Bautista construisit une bonne faena dont les meilleurs moments furent sur le côté gauche. Les muletazos furent d'une belle harmonie, templés, arrivant à donner ce que le toro n'avait pas. Après une bonne estocade, il coupa une oreille. Avec le quatrième de la corrida, un toro exigeant, Juan Bautista créa une œuvre d'art en sublimant les charges de son adversaire pour lequel une partie du public demanda la grâce sans l'obtenir. Dès La cape, Juan Bautista instrumenta son concept du toreo par un galleo et autres caleserinas. Il torea avec cadence, d'un relâchement extrême, pour réaliser une faena variée entre la tauromachie fondamentale et celle d'ornements. La faena fut un savant mélange de pureté et de naturel, alliant générosité, investissement et torería. La classe de Juan Bautista se fit jour une nouvelle fois et atteignit les sommets. Malheureusement, l'épée ne fut pas au rendez-vous et le triomphe majeur qui était promis à Juan Bautista se changea en une grosse ovation que le public lui attribua en reconnaissance de l'œuvre laissée sur le sable des arènes. 

Arènes d’EL BURGO DE OSMA (Soria – Espagne) – Feria Taurina de la Virgen del Espino y San Roque – Jeudi 17 août 2017 - Toros d'El Jaral de la Mira et Fernando Peña

Juan José Padilla (silence et silence), Juan Bautista (deux oreilles et ovation après pétition), Paco Ureña (deux oreilles et oreille)

Juan Bautista fut l'auteur d'une nouvelle grande après-midi de toros. Tout au long de la corrida il fit preuve de maestría et de maturité. Ces deux faenas furent une véritable exhibition de torería, de profondeur et de pureté, toréant de manière relâchée, s'abandonnant totalement et réalisant deux œuvres d'art. Il comprit ses deux adversaires et leur offrit une prestation de grande ampleur et d'importance, mettant en évidence leurs qualités et sachant leur donner la distance et le temple nécessaire pour leur permettre de durer toute la durée du combat. Il coupa deux oreilles à l'issue de sa première faena et en perdit deux autres après la seconde à cause d'un mauvais maniement de l'épée.

Arènes d’EL BURGO DE OSMA (Soria – Espagne) – Feria Taurina de la Virgen del Espino y San Roque - Mercredi 16 août 2017 - Toros de Fernando Peña

Juan Bautista (oreille et deux oreilles), El Fandi (deux oreilles et deux oreilles), Joselito Adame (ovation et deux oreilles)

Juan Bautista dessina une faena de bon goût, remplie de saveurs toreras. Il toréa le corps très relaché, au ralenti pour servir une faena compacte et liée. Les meilleurs moments furent vécus sur la corne gauche. Il coupa une oreille demandée avec insistance par le public. Avec le quatrième, Juan Bautista donna un récital de bon toreo. Avec douceur et maîtrise, Juan Bautista donna confiance au toro qui possédait peu de force. Au fur et à mesure du déroulement de la faena, le toro repris des forces et Juan Bautista put le toréer au ralenti, la main basse et se laissant aller à ses sentiments, créant une véritable œuvre d'art. Oubliant son corps, Juan Bautista dessina des muletazos sur les deux cornes avec beaucoup de cadence, de profondeur et de transmission. Après une bonne estocade, il coupa les deux oreilles de poids.    

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Mardi 15 août 2017 - Toros de Miura, Cayetano Muñoz et José Luis Pereda

Rafaelillo (ovation, oreille et silence), Juan Bautista (oreille, silence et oreille)

Le premier toro de Juan Bautista fut changé par manque de force. Juan Bautista décida passer le tour et d'affronter le deuxième de son lot, un toro grand, sérieux et qui ne possédait pas beaucoup de force. Juan Bautista inventa la faena à base de patience, d'intelligence et de savoir faire. Attaquant le toro avec douceur, et donnant le temps au toro, Juan Bautista instrumenta une faena compacte et de grand professionnalisme. Il y mit un terme par une bonne estocade suivie d'un énorme descabello donné avec beaucoup de torería. Il coupa une oreille demandée avec force par le public. Face au deuxième de son lot, un toro imposant d'armure mais invalide et donc sans option, Juan Bautista n'eut d'autre solution que d'abréger la faena à la demande du public. En sixième position sortit le réserve de Cayetano Muñoz qui fut changé pour boiterie par un autre toro de José Cruz. Face à lui, Juan Bautista dessina une faena magistrale, faite de liaison, de transmission et d'intelligence. Le public le porta avec enthousiasme et Juan Bautista toréa avec énormément de joie, de classe et de profondeur faisant vivre des instants magiques. Il emmena le toro dans les plis de sa muleta dominatrice et fit rugir les arènes par des muletazos empreints de pureté. Faena importante d'investissement et d'improvisation face à un toro noble mais manquant de race que Juan Bautista mit en valeur et sublima en lui présentant un muleta toujours idéalement placée. Ce qui aurait pu être un triomphe de deux oreilles et queue s'est changé en une seule oreille. Mais lelus important aura été l'investissement de Juan Bautista face à ce toro et la réponse du public pour ce qui sera la meilleure faena de la feria. 

Arènes de CALATAYUD (Saragosse - Espagne) - Fiestas en Honor a San Roque y Virgen de la Peña - Dimanche 13 août 2017 - Toros de Buenavista

Juan Bautista (oreille et ovation), El Cid (deux oreilles et silence), Imanol Sánchez (silence et deux oreilles)

Après avoir toréé et triomphé dans les Arènes de Dax le matin même, Juan Bautista rejoignait Calatayud en hélicoptère et en avion privé. Face au premier de l'après-midi, Juan Bautista réalisa une faena douce lors de laquelle il embarqua avec suavité les charges de son opposant en le stimulant. Les meilleurs passages furent ceux dessinés sur la corne gauche. Il coupa une oreille largement méritée. Avec le quatrième qui développa du danger tout au long de la faena, Juan Bautista fit l'effort de le mettre dans sa muleta autoritaire et puissante. Hélas, le toro alla se réfugier dans le terrain du toril et Juan Bautista dut se résoudre à mettre un terme à la faena par une bonne estocade. Malheureusement, le président ne suivit pas la pétition d'oreille du public pourtant majoritaire.

Arènes de DAX - Feria d'Août - Dimanche 13 août 2017 - Toros de Montalvo

Curro Díaz (silence et silence), Juan Bautista (ovation et oreille), Sébastien Castella (silence et silence)

Juan Bautista eut à toréer un toro exigeant qui demandait à ce que le torero fournisse un effort. C'est ce que fit Juan Bautista avec beaucoup de dextérité et d'investissement. La faena eut de la transmission et de la liaison par l'intermédiaire de muletazos donnés en rond, la main en bas. Par la suite, le toro baissa de niveau, s'arrêta et Juan Bautista du se résoudre à raccourcir les distances. Il mit un terme à sa prestation par une estocade portée a recibir qui ne fut pas concluante et du utiliser Le descabello à deux reprises ce qui l'empêcha de couper une oreille importante. Le public lui attribua une grosse ovation en remerciement à sa très bonne faena. Le cinquième était un toro digne des Arènes de Las Ventas de Madrid (Espagne). Juan Bautista dès la cape mit en évidence son grand désir de laisser un grand souvenir à Dax. Avec torería, il mit le toro en valeur et réalisa deux quites à la cape, le premier par crinolinas et le second par chicuelinas. Avec beaucoup de ferveur, il banderilla lui-même mettant debout le public. La faena fut importante de profondeur et de classe. Juan Bautista oublia le corps et laissa parler ses émotions. Juan Bautista a retrouvé les Arènes de Dax et Dax a trouvé un torero en pleine maturité, avec une torería et une saveur hors du commun. L'estocade a recibir non concluante et un descabello n'empêchèrent pas l'octroi d'une grosse oreille demandée avec force par le public. 

Arènes de TUDELA (Navarre - Espagne) – Tradicionales Fiestas Patronales de Santiago y Santa Ana - Samedi 29 juillet 2017 - Toros de Valdefresno et Fraile Mazas

Francisco Rivera "Paquirri" (oreille et oreille), Juan Bautista (ovation et deux oreilles), Javier Marín qui prenait l'alternative (oreille et deux oreilles)

Le premier toro du lot de Juan Bautista l'obligea à avoir une prestation d'infirmier. Le temple et la douceur de Juan Bautista furent au service du toro qui possédait certaine classe mais malheureusement très peu de force. Après l'avoir reçu à la cape par des véroniques couplées à d'autres chicuelinas, Juan Bautista le toréa de belle manière sur la corne gauche pour réaliser des naturelles de bonne facture. L'absence de transmission du toro ne donna aucune option au torero. Juan Bautista reçut son second à la cape par des largas les deux genoux en terre et suivies par des véroniques données les pieds joints qui montrèrent ses bonnes intentions. Avec la muleta, il réalisa un effort afin de réduire les charges brutales et incertaines de son adversaire. A base de d'opiniâtreté, de courage et d'insistance, Juan Bautista parvint à soumettre l'animal dans les plis de sa muleta savante et à dessiner d'admirables séries sur les deux cornes, achevées par de superbes passes de poitrines. Après un pinchazo et une formidable estocade, il coupa deux importantes oreilles.         

Arènes de SAINT VINCENT DE TYROSSE - Corrida des Fêtes - Dimanche 23 juillet 2017 - Toros d'Hermanos Martínez Pedrés

Juan Bautista (silence et ovation), Joselito Adame (ovation et silence), Luis David Adame (oreille et tour de piste)

Juan Bautista fit front avec courage et détermination face au premier de l'après-midi, un toro âgé de cinq ans, très sérieux, avec du danger et exigeant. Juan Bautista réalisa un gros effort pour mettre le toro dans la muleta. Avec fermeté et autorité, il réussit à soumettre le toro sur les deux cornes par des muletazos donnés la main basse et empreints de valeur torera. Face au quatrième, Juan Bautista donna une leçon de Tauromachie. La faena eut la vertu du temple, de la profondeur et de la lenteur. Juan Bautista toréa avec un goût exquis, donnant des muletazos sur les deux cornes d'une extrême longueur, la muleta idéalement placée, le corps relâché et laissant parlé son inspiration. Malheureusement deux essais infructueux d'estocades a recibir et un descabello laissèrent échapper les deux oreilles qui lui étaient promises. Mais au-delà des oreilles, Juan Bautista a laissé le sable des arènes de Saint Vincent de Tyrosse une empreinte de torero important, d'une grande maturité et dimension. 

Arènes de MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine - Samedi 22 juillet 2017 - Toros de Torrealta

Juan Bautista (silence et oreille), Sébastien Castella (silence et ovation), José Garrido (silence et oreille)

Juan Bautista fut invité à saluer avant que ne sorte le premier toro en reconnaissance à sa mémorable prestation de la veille. Il accueillit son toro par une larga afarolada les deux genoux en terre en signe de grande disposition. Malheureusement en cours de combat, le toro se décomposa et se mit à se défendre de par son manque de force et de race. Juan Bautista réussit à le soumettre par une muleta puissante et toujours bien maniée et mit en évidence une grande sécurité dont il fait preuve á chacune de ses prestations. Il mit un terme à sa faena par une bonne estocade. Le quatrième de l'après-midi fut un toro noble sans grande transmission mais que Juan Bautista arriva à toréer avec beaucoup de douceur et de suavité. Il donna une leçon de temple en utilisant les bonnes hauteurs de muleta, les distances toréant avec liaison et harmonie sur les deux cornes. Naturelles, derechazos et autres redondos se succédèrent avec rythme pour créer un ballet d'une grande beauté. L'estocade finale a recibir fut monumentale ce qui libéra une oreille demandée unanimement par le public.

Arènes de MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine - Vendredi 21 juillet 2017 - Toros de La Quinta

Juan Bautista (oreille et deux oreilles et queue), David Mora (tour de piste et oreille), Juan del Álamo (ovation et silence)

Juan Bautista reçu le premier de l'après-midi par de suaves et cadencées véroniques terminées par des chicuelinas ajustées et une larga pleine de torería. Avec la muleta, Juan Bautista sut embarquer son adversaire dans des séries templées en lui laissant le leurre parfaitement placé sachant rectifier le manque d'humiliation du toro. Faena pleine de saveur torera, de grande classe, dont la pureté fut le point d'orgue à la faena arrivant à transmettre ce que le toro ne possédait pas. Après un essai infructueux en recibir au moment de l'estocade, Juan Bautista acheva la faena par un autre recibir d'anthologie et coupa une oreille demandée avec force par le public. Avec le quatrième, Juan Bautista est entré dans l'Histoire des Arènes du Plumaçon de Mont de Marsan. Faena d'une grande perfection, toréant avec magie, pureté et majesté. Faena historique celle réalisée par un Juan Bautista pléthorique face à un bon toro de l'élevage de La Quinta honoré d'un tour de piste posthume dont les qualités furent sublimées et mises en valeur par son torero. Juan Bautista fit vivre au public un moment de grande émotion et de partage. Il embarqua le toro dans son monde d'une tauromachie suave, douce et d'une extrême profondeur, enchaînant les séries sur les deux cornes les unes plus belles que les autres. Magique, majestueux, parfait, Juan Bautista tutoya les anges toréant le corps relâché, oubliant la technique et se laissant aller à ses émotions et à l'improvisation. La faena alla crescendo pour terminer par des naturelles données avec la main droite et des passes du cartucho qui finirent de mettre le public debout sur les gradins. L'estocade donnée a recibir fut un modèle et libéra en toute logique les deux oreilles et la queue. 

Arènes de MANZANARES (Ciudad Real - Espagne) - Samedi 15 juillet 2017 - Toros de Mollalta

Curro Díaz (silence  - blessé par le premier toro), Juan Bautista (silence au toro qui blessa Curro Díaz, silence et oreille), Rubén Pinar (deux oreilles, deux oreilles et oreille)

Juan Bautista a du en finir avec la vie du premier toro de l'après-midi après qu'il eut attrapé de mauvaise manière Curro Díaz pendant la faena. Selon la coutume, Juan Bautista en termina de suite par respect envers son compagnon de cartel. Juan Bautista reçut le premier toro de son lot par des véroniques rythmées et conclues par une larga avec beaucoup de cachet. Le début de faena de Juan Bautista eut de la saveur par des muletazos remplis de torería terminés par un changement de mains de catégorie. Le toro ne possédait pas beaucoup de charge par son manque de force et de race. Juan Bautista réussit à maintenir l'intérêt en se battant avec le toro et restant dans le terrain. Les séries de derechazos eurent de la cadence malgré le manque de classe du toro qui n'arrêtait pas de tomber. Juan Bautista eut la vertue de laisser la muleta toujours bien placée sous le museau du toro pour l'animer. Le deuxième toro du lot de Juan Bautista avait de la noblesse mais très peu de force. Juan Bautista commença la faena avec beaucoup de douceur et de suavité afin de mettre le toro en confiance. La première série de derechazos fut templée et conclue par une passe de poitrine de beaucoup de force. Ensuite, il continua avec des naturelles de grande exécution. Il revint sur la corne droite pour une série chargée d'émotion et de bon goût. Les naturelles qui suivirent furent posées, le corps relâché et longues. Le toro ne possédait pas e transmission et Juan Bautista s'efforça à mettre ce que le toro n'avait pas. Il mit un terme à la faena par une bonne estocade et coupa une oreille. 

Arènes Nimeño II d'EAUZE - Samedi 8 juillet 2017 - Toros de La Dehesilla

Juan José Padilla (silence et deux oreilles), Juan Bautista (deux oreilles et ovation après pétition majoritaire), Thomas Dufau (oreille et ovation)

Face au deuxième de l'après-midi midi, un toro exigeant avec de la transmission, Juan Bautista instrumenta une faena profonde et souveraine. Sachant embarquer les charges dans une muleta autoritaire, Juan Bautista démontra le grand moment qu'il traverse en toréant avec classe et investissement. La muleta idéalement placée et avec un positionnement des plus précis, Juan Bautista fit de cette faena une œuvre majeure de tauromachie parachevée par une formidable estocade portée a recibir et primée en toute logique par les deux oreilles. Avec le cinquième toro, noble mais manquant de force, Juan Bautista toréa avec beaucoup de douceur et de volupté à la muleta après l'avoir accueilli à la cape par des véroniques les deux genoux en terre. Sans jamais déplacer le toro dans ses charges, toréant avec suavité et le corps complètement relâché, Juan Bautista trouva aussitôt le rythme du toro et dessina sur les deux cornes des muletazos de grande beauté. Terminant la faena par des passes du cartucho, Juan Bautista mit un terme à cette faena élégante et savoureuse par une grande estocade portée dans les règles de l'art qui déclencha une pétition majoritaire d'oreille non suivie de manière incompréhensible par le président. 

Arènes de PAMPELUNE (Navarre - Espagne) - Feria de San Fermín - Vendredi 7 juillet 2017 - Toros de José Cebada Gago

Juan Bautista (silence et silence), Javier Jiménez (silence et silence), Román (oreille et ovation)

Face au premier de l'après-midi, un animal sans classe, pourvu d'une mollesse et qui possédait le défaut de ne pas humilier,  Juan Bautista réalisa une faena sérieuse, variée et posée d'où ressortirent des derechazos valeureux et puissants. Sur le côté gauche, Juan Bautista instrumenta des naturelles de bonnes factures. Prestation aboutie de Juan Bautista achevée par une estocade et un descabello. Avec le quatrième, un toro dangereux, violent et aux charges incertaines, Juan Bautista ne put montrer que sa détermination et son courage face à l'adversité. Il acheva son combat par une grande estocade. 

Arènes Le Palio d'ISTRES - Feria de Juin - Dimanche 25 juin 2017 - Toros de Juan Pedro Domecq

El Fundi (ovation et deux oreilles), Enrique Ponce (deux oreilles et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles)

Juan Bautista a donné une véritable leçon dans les Arènes Le Palio d'Istres à l'occasion de sa douzième participation à la feria. Centré tout au long de l'après-midi, faisant preuve d'un engagement total, il a littéralement montré une des meilleures versions de sa tauromachie. Face au troisième de la corrida, un toro qui possédait une pointe de violence lié à un manque de force, Juan Bautista sut trouver d'emblée la bonne distance et le bon rythme afin de lui régler les défauts. S'il l'avait toréé à mis hauteur, le toro aurait lancé un coup de tête en fin de muletazo ; s'il l'avait toréé par le bas, le toro n'aurait pas donné de coup de tête, mais il serait tombé. Il a fallu toute l'expérience de Juan Bautista et sa muleta de soie pour que le toro puisse permettre la réalisation d'une faena qui est allée crescendo. Toréant sur les deux cornes en allongeant la charge, s'investissant sur chaque muletazo, Juan Bautista domina de bout en bout son adversaire et après une estocade portée a recibir et un descabello autoritaire, il coupa les deux oreilles demandées avec force par le public. Si avec le troisième, Juan Bautista donna une leçon de tauromachie, avec le sixième, il donna une importante démonstration. Accueillant le toro à la cape par une larga les deux genoux en terre et poursuivant dans la même position par des véroniques allurées, suivies par une série de chicuelinas ajustées au centre de la piste, Juan Bautista entrepris le combat avec force et détermination. Après un quite par crinolinas, Juan Bautista banderilla le toro en invitant le Maestro El Fundi à clouer une paire. La faena de muleta fut d'un grand relief artistique, toréant relâché, avec beaucoup de présence et de pureté. Il amena le toro dans les plis de sa muleta, l'aspira dans des séries pleines de volupté et de liaison afin que le toro oublie son manque de force... Après une estocade portée a recibir d'effet immédiat, il coupa les deux oreilles de son adversaire demandées unanimement par le public et le tour de piste posthume fut accordé par la présidence à la dépouille du toro.          

Arènes d'ALICANTE (Espagne) - Feria de Hogueras - Mercredi 21 juin 2017 - Toros d'Adolfo Martín

Rafaelillo (silence et ovation), Juan Bautista (oreille et oreille), Manuel Escribano (oreille et oreille)

Juan Bautista a coupé une oreille importante à l'issue de la faena réalisée face à son premier opposant, un toro possédant des qualités mais qu'il fallait pousser. Il toréa lentement, très investi dans la faena et compris le toro à La perfection. Les muletazos eurent de l'épaisseur et de la cadence sur les deux cornes. Après une superbe estocade, il coupa une oreille de beaucoup de poids. Face au cinquième, Juan Bautista toréa avec beaucoup de douceur et de suavité donnant du rythme à chacun des muletazos. Il put mettre en évidence sa tauromachie pure et classique, toréant avec relâchement et assis sur les reins. Il entraîna le toro dans des séries droitières de grandes envergures et transmission. Sur le côté gauche, là où le toro humiliait moins, Juan Bautista su le mettre dans la muleta avec autorité et vibration, transmettant une grande intensité à la faena. Après une grande estocade au second essai, il coupa une oreille,demandée avec force par le public, synonyme de Grande Porte.    

Arènes de SOTILLO DE LA ADRADA (Ávila - Espagne) - Feria de la Trinidad - Dimanche 11 juin 2017 - Toros de Rehuelga et Juan Pedro Domecq

Juan Bautista (deux oreilles et queue symboliques et oreille), El Cid (silence et deux oreilles), Salvador Cortés (silence et deux oreilles)

Juan Bautista aura tutoyé les anges aujourd'hui, à moins que ceux soient eux qui l'aient vouvoyé... Sa prestation face à cet excellent toro Revoltoso, n° 22, de l'élevage de Rehuelga fut une véritable œuvre d'art, inspirée des plus grands maîtres. Juan Bautista s'abandonna complètement, oublia la technique pour se laisser guider par son corps, son âme, et déployer une tauromachie construite sur la base de la pureté, de la profondeur et du dépassement de soi. Lorsque deux artistes se donnent rendez-vous au même moment, le résultat ne peut être que grandiose. Demandez à un peintre de créer une œuvre d'art sans toile ni pinceau... En revanche, remettez-lui les meilleurs éléments, et il saura sublimer la toile. C'est ce qui s'est passé aujourd'hui. Alors que deux jours avant à Madrid, Juan Bautista n'avait pas eu la matière première adéquate, aujourd'hui, le sort en a voulu autrement et il a pu créer une œuvre majestueuse qui a eu comme résultat d'obtenir la grâce de son partenaire. Face au second de son lot, un bon toro de Juan Pedro Domecq, Juan Bautista toréa sur les deux cornes avec beaucoup de profondeur et de relâchement. Juan Bautista est au sommet de son art, sans qu'on puisse lui imaginer un sommet tant sa tauromachie évolue année après année.        

Arènes de MADRID (Espagne) - LAS VENTAS - Feria de San Isidro - Vendredi 9 juin 2017 - Toros d'Adolfo Martín

Antonio Ferrera (silence et applaudissements) Juan Bautista (silence et silence), Manuel Escribano (silence et silence)

Juan Bautista fut très professionnel devant le premier toro de son lot, un animal sans transmission et qui marchait beaucoup. Juan Bautista essaya sur les deux cornes, traçant des muletazos estimables mais devant la fadeur du toro, il dut se résoudre à mettre fin à la faena. Le second de Juan Bautista fut protesté par une large partie du public sans que le président n'accède à la demande. Malgré une ambiance peu propice au succès, Juan Bautista dessina des naturelles de grandes profondeur et lenteur. Sur la corne droite, Juan Bautista parvînt également à toréer avec douceur et suavité. 

Arènes de VIC-FEZENSAC - Feria de Pentecôte - Lundi 5 juin 2017 - Toros d'Alcurrucén et Lozano Hermanos

Curro Díaz (oreille et silence), Juan Bautista (oreille et ovation), Manolo Vanegas que prenait l'alternative (oreille et tour de piste)

Face au premier de son lot, un toro compliqué car développant beaucoup de violence et d'agressivité, Juan Bautista se montra bien au-dessus des conditions de l'animal. Avec technique et métier, il réussit à tempérer le toro avec autorité sur les deux cornes. Après un pinchazo et une estocade a recibir, il coupa une oreille amplement méritée. Avec son second toro, très offensif de présentation, sérieux et imposant, Juan Bautista put lui voler des muletazos à base de savoir faire. Il domina complètement l'animal allant même se placer au milieu des cornes en fin de faena. Il écouta une forte ovation du public qui valorisa l'effort fourni.

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Dimanche 4 juin 2017 - Toros de La Quinta, Parladé, Jandilla, Pedraza de Yeltes, Carmen Lorenzo et Garcigrande

Juan Bautista (deux oreilles, ovation, deux oreilles, ovation, ovation et silence)

Juan Bautista fit vivre un après-midi historique au Colisée Romain de Nîmes. Habillé dans un costume de lumières imaginé par le couturier Christian Lacroix et brodé dans les ateliers de la Sastrería Fermín de Madrid (Espagne), Juan Bautista a donné une grande dimension à l'Art Taurin. Corrida importante lors de laquelle Juan Bautista interpréta la meilleure version de sa tauromachie face aux premier et troisième toros. Faenas faites de profondeur et de pureté qui firent chavirer les Arènes de Nîmes. Il restera de cette corrida exceptionnelle, la décision et l'investissement de Juan Bautista tout au long du spectacle, d'abord face aux toros de Parladé, Pedraza de Yeltes, Carmen Lorenzo et Garcigrande, qui furent quatre toros compliqués, voire dangereux et/ou mauvais. Ensuite, resteront dans les mémoires les deux faenons réalisés aux toros de La Quinta et Jandilla. Deux toros que Juan Bautista a toréé mieux que de salon, en s'abandonnant, en oubliant la technique et laissant son corps s'exprimer avec relâchement, profondeur et pureté. Quatre oreilles de poids, quatre oreilles coupées en cette corrida hommage à Nimeño II à l'occasion de la célébration des 40 ans de son alternative et correspondant à la douzième sortie en triomphe par la Porte des Consuls et la cinquième consécutive.  

Arènes de MADRID (Espagne) - Las Ventas - Feria de San Isidro - Mercredi 24 mai 2017 - Toros de Núñez del Cuvillo

Juan Bautista (silence et ovation), Alejandro Talavante (ovation et oreille), Andrés Roca Rey (silence et silence)

Après avoir reçu le premier de son lot par de bonnes véroniques, Juan Bautista dû en prendre soin par son manque de force et de race. De ce fait, la faena eut peu de transmission. Ensuite, la faena est allée crescendo et Juan Bautista dessina des muletazos sur les deux cornes de grande beauté et pureté avec beaucoup de temple. Certains diront que le toro s'est amélioré au cours du combat alors que c'est Juan Bautista qui grâce à cette faculté qui lui est propre a fait en sorte que le toro puisse aller jusqu'au bout. Tout ce que réalisa Juan Bautista respira la maturité. Il mit un terme à la faena par une bonne estocade. Le second de son lot manquait cruellement de force. Il possédait de la qualité mais aucune transmission. Juan Bautista réalisa une faena de grand niveau, sans se laisser toucher une seule fois les leurres. Les muletazos eurent beaucoup de temple, de douceur et d'importance. Juan Bautista se donna à fond pour apporter de l'intérêt à l'après-midi allant même réaliser un nouveau quite à la cape baptisé la Jalabertiña. Il mit fin à la faena par une estocade a recibir et reçut une ovation du public qui compris l'effort consenti. 

Arènes de SONSECA (Tolède - Espagne) - Corrida en l'honneur de Saint Jean l'Evangéliste au bénéfice de l'Association espagnole de la maladie de Sturge Weber - Samedi 6 mai 2017 - Toros de Jaralta

Juan Bautista (oreille et ovation), Iván Fandiño (deux oreilles et ovation), Cristian Escribano (deux oreilles et deux oreilles et queue)

Face au premier de l'après-midi, un toro sans beaucoup de force, Juan Bautista instrumenta une faena qui est allé crescendo. Prenant soin du toro par des muletazos doux et soyeux, Juan Bautista donna confiance à l'animal qui dura tout le temps de la faena. Les séries sur les deux cornes portèrent le seau de la classe et de la torería. Après un pinchazo, Juan Bautista logea une bonne estocade et coupa une oreille avec pétition de la seconde. Avec le quatrième de la corrida, un animal sans force, ni race et encore moins de transmission, Juan Bautista donna une leçon de comment doit-on toréer un toro ne possédant aucune possibilité de triomphe. Occupant l'espace en torero accompli et donnant de l'importance, Juan Bautista laissa l'empreinte d'un torero en pleine possession de ses moyens. Malheureusement, deux pinchazos et un descabello enlevèrent tout espoir de trophées. 

Arènes d'ARLES - Feria de Pâques - Samedi 15 avril 2017 - Toros de García Jiménez

Juan Bautista (applaudissements après pétition et deux oreilles), José María Manzanares (silence et silence), Andrés Roca Rey (oreille et silence)

Face au premier de l'après-midi, Juan Bautista réalisa une faena qui est allée crescendo face à un toro noble mais juste de force. La faena a été parfaite d'implication et d'intelligence. Il toréa avec douceur et belle manière en étant assis sur les reins. Après une tentative de recibir, il mis un terme à la faena par une autre estocade a recibir. Avec le quatrième, Juan Bautista construit une faena puissante et de grande profondeur. Il enchaîna les séries avec style et inspiration embarquant l'animal dans des arabesques. Baissant la main, toréant sur les deux cornes avec pureté et douceur, Juan Bautista laissa sur le sable de l'Amphithéâtre Romain son empreinte de grand torero. Redondos, luquecinas, changement de mains et profonds muletazos furent dénominateur commun d'une grande faena. Après un pinchazo sur un recibir et une grande estocade a recibir également, Juan Bautista coupa les deux oreilles. 

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria de Fallas - Samedi 11 mars 2017 - Toros d'Alcurrucén

Juan Bautista (ovation et silence), Fortes (ovation et silence), Álvaro Lorenzo (silence et oreille) 

Le premier toro du lot de Juan Bautista sortit en piste sans s'intéresser aux capes. Juan Bautista réussit à le fixer en lui baissant les mains. Après le tercio des piques pendant lequel il fuit le combat et celui des banderilles lors duquel il démontra de la couardise, Juan Bautista réussit à construire une faena dont l'axe principal fut la détermination et le courage. Il dessina des séries de derechazos méritoires vue la violence dans les charges de l'animal réussissant à le guider au moyen de sa muleta dominatrice y puissante. Sur le côté gauche, le toro développa du danger et Juan Bautista du abréger devant l'impossibilité d'éclat. Juan Bautista acheva la faena par une grande estocade donnée a recibir et reçut une ovation du public de Valencia qui reconnu l'effort fourni. Le quatrième de l'après-midi ne s'engagea jamais dans la cape de Juan Bautista. Après un quite par chicuelinas serrées, Juan Bautista commença la faena au centre de la piste. Le toro chargeait sans classe ni transmission et Juan Bautista fit l'impossible pour mettre en avant le positif qu'il pouvait posséder mais l'animal ne fut pas reconnaissant de l'effort du torero. Juan Bautista réalisa le maximum mais le toro n'avait aucune option due au manque de race.

Arènes d'Ambato (Equateur) - Feria de las Flores y las Frutas - Dimanche 26 février 2017 - Toros de Visthermosa y Mirafuente

Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Guillermo Albán (ovation et deux oreilles), Ginés Marín (applaudissements et applaudissements).

Juan Bautista a commencé la saison 2017 par un triomphe sonore en coupant pas moins de trois oreilles lors de la première corrida de la Feria d'Ambato (Equateur). Face à son premier adversaire, il réalisa une faena importante, s'approchant de la perfection. Il embarqua le toro dans sa muleta douce et soyeuse en interprétant sa tauromachie lente et profonde. L'estocade portée a recibir fut la conclusion magistrale à cette œuvre d'art. Avec le second de son lot, Juan Bautista dessina une faena de beaucoup de poids, démontrant maestría, courage et un relâchement dans l'interprétation des muletazos donnés sur les deux cornes. Juan Bautista grâce à ses connaissances et torería, grandit le toro qui s'engouffrait dans sa muleta. La faena fut un modèle du genre, d'une grande émotion. Juan Bautista toréa avec énormément de pureté et de classe, en remplissant de sentiments chaque muletazo qu'il offrait au toro. Le public demanda avec force la grâce de l'animal. Juan Bautista le toréa longtemps, lui donnant tous les avantages mais le président n'accéda pas au souhait des gradins. De ce fait, le toro se décomposa et Juan Bautista dû utiliser le descabello après une demie estocade ce qui ne l'empêcha pas de couper une oreille acclamée par l'ensemble du public.