logo

Compte-rendus des corridas

Compte-rendus des corridas

...

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Dimanche 20 mai 2018 - Toros de Juan Pedro Domecq

Enrique Ponce (ovation et deux oreilles), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), Jesús Enrique Colombo (oreille et silence)

Juan Bautista a ouvert pour la quatorzième fois la Porte des Consuls du Colisée Romain de Nîmes après une matinée magistrale. Inspiré et relâché, Juan Bautista amena le public dans son monde taurin pour lui faire écouter deux symphonies lyrique. Face au premier de son lot, noble mais juste de force, Juan Bautista construisit une faena à base de distance afin de rendre confiance au toro et de sentiments. Il enchaîna les séries sur les deux cornes avec temple et domination oubliant la technique et laissant parler son cœur. Il paracheva cette œuvre d’art par une estocade a recibir foudroyante et coupa avec force les deux oreilles. Juan Bautista accueillit le second de son lot par sept véroniques les pieds joints sans bouger les pieds ni rectifier la position terminées par trois revoleras. Après l’avoir banderillé d’excellente manière, Juan Bautista effectua une faena intelligente de torero mature lors de laquelle il mit tout ce que le toro n’avait pas. Donnant le maximum de lui-même, Juan Bautista consentit son opposant qui n’avait d’autre solution que de suivre la muleta du torero dans des arabesques artistiques. Juan Bautista mît fin à sa prestation par une estocade de grande exécution qui libéra deux nouvelles oreilles, synonymes de Porte des Consuls. 

Arènes de MADRID (Espagne) - Las Ventas - Feria de San Isidro - Mercredi 9 mai 2018 - Toros de La Quinta

Juan Bautista (silence et ovation), El Cid (silence et silence), Morenito de Aranda (silence et silence)

Le premier toro de l’après-midi ne permit aucune possibilité de faena. Sans force ni sans classe, il se défendait plus que ce qu’il attaquait. Juan Bautista fut au-dessus des conditions de son adversaire qui sortait la tête en l’air à la fin de chaque muletazo ce qui est synonyme d’un manque de transmission. Il termina la faena par une estocade et un descabello. Malgré le manque de fond du quatrième toro de la corrida, Juan Bautista réussit à construire une faena plaisante, faite de finesse et de bon goût. Chaque muletazo fut pensé et réfléchi en prenant le rythme de son opposant et donné avec beaucoup de classe. Malheureusement, le toro n’a pas donné la possibilité à ce que la faena prenne l’importance qu’elle aurait mérité. Malgré cela, Juan Bautista réussit à mettre de la couleur dans cette grisaille. Il mit un terme à cette bonne faena par un coup d’épée magistral. 

Arènes de la Real Maestranza de Caballería de SÉVILLE (Espagne) - Feria d’Avril - Mercredi 18 avril 2018 - Toros d’El Pilar

Juan Bautista (silence et silence), Alberto López Simón (silence et silence), José Garrido (tour de piste et oreille)

Juan Bautista accueillit le premier de l’après-midi par de suaves véroniques en gagnant le centre. Il exécuta un bon quite par chicuelinas après la première pique avant de commencer une faena qui connut de bons moments sur les deux cornes sans beaucoup de répercussion sur les gradins à cause du manque de force et de race de son opposant. Juan Bautista mit ce que le toro n’avait pas. Les muletazos furent de bonne facture avec douceur et rythme.  Juan Bautista fut au-dessus des conditions de l’animal qui possédait une volonté de charger la muleta mais empêché par le manque de force. Juan Bautista réussit par des séries courtes en début de faena de rendre la confiance au toro ce qui lui permit en fin de prestation de lier deux séries sur chaque corne avec plus de transmission et données avec un grand esthétisme. Le quatrième de la corrida fut reçu par Juan Bautista par une série de véroniques qui canalisa sa charge bouillonnante et terminée par une larga templée et longue. Vue son manque de force, il fut changé et remplacé par un toro de la même ganadería très sérieux de présentation. Juan Bautista lui distilla de bonnes véroniques templées et cadencées. Sans même l’essayer, Juan Bautista commença la faena directement sur la corne gauche. Revenu sur la corne droite, Juan Bautista construisit deux séries d’une technicité et d’un placement parfait. Le toro manqua profondément de transmission et de classe malgré les bons muletazos de Juan Bautista qui ne souffrirent aucun accroc. Juan Bautista dû se résoudre à mettre un point final à la faena en laissant une impression de torero mature et sur de lui. 

Arènes d’ARLES - Feria de Pâques - Samedi 31 mars 2018 - Toros d’El Freixo

El Juli (ovation et silence), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), Andrés Roca Rey (silence et silence)

Dans un contexte chargé d’émotion dû au décès de son père dont les obsèques furent célébrés la veille, Juan Bautista lui rendit le plus grand des hommages en réalisant une faena profonde faite de pureté et de classe. Il commença la faena dans un terrain réduit montrant ses grandes dispositions. Par la suite, les séries s’enchaînèrent sur les deux cornes avec temple et cadence, dont une avec le célèbre pase del cartucho. Très investi, voulant donner le maximum en souvenir de son père, Juan Bautista donna une leçon de courage et d’honneur. Après une grande estocade en place dont les effets furent immédiats, il coupa les deux oreilles. Face au cinquième, Juan Bautista offrit une faena où l’émotion, la classe et l’investissement furent les maîtres mots. Il toréa pour les anges et pour son père qui devait le regarder avec l’affection qui le caractérisait. Totalement investit dans l’œuvre d’art qu’il dessinait sur le sable de ses arènes d’Arles, Juan Bautista fut d’une grande importance. Les muletazos sur les deux cornes furent d’une grande profondeur et le public l’a soutenu avec beaucoup d’enthousiasme. Juan Bautista a donné véritablement une leçon de vie aujourd’hui, un exemple d’honneur et de maîtrise de soi. Et c’est avec beaucoup d’humilité, ce qui caractérise les grands, qu’il est sorti à pied des arènes pour rendre un dernier hommage à son père Luc Jalabert. 

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria de Fallas - Jeudi 15 mars 2018 - Toros de Fuente Ymbro

Juan Bautista (silence et silence), Daniel Luque (ovation et silence), José Garrido (silence et oreille)

Juan Bautista reçut par de suaves véroniques le premier toro de son lot, conclues par une belle demie. Le début de faena fut puissant accompagnant le toro jusqu’aux tercios pour rester à l’abri du vent. Suivirent deux séries de derechazos donnés avec cadence et assis sur les reins qui déclenchèrent la musique. Sur la corne gauche, le toro n’avait pas la même charge et restait plus court, se couchant sur le torero au troisième muletazo. De retour sur la corne droite, Juan Bautista releva la faena et la conclue par des remates profonds afin de cacher le manque de race de son adversaire. Malheureusement, la tentative de recibir ne fut pas honorée de succès. Le quatrième de l’après-midi fut un toro sérieux de présentation. Juan Bautista l’étudia dès sa sortie du toril pour lui offrir une lidia adéquate. A la muleta, Juan Bautista le reçut les deux genoux en terre dans un début de faena volontaire et déterminé. La première série à droite fut de pouvoir pour adoucir la charge brutale et irrégulière de l’animal. Juan Bautista fit face aux difficultés présentées par son adversaire avec cran et professionnalisme. 

Arènes de CASTELLÓN DE LA PLANA (Espagne) - Feria de la Magdalena - Jeudi 8 mars 2018 - Toros de Peña de Francia, Olga Jiménez, García Jiménez et José Luis Marca

Juan José Padilla (tour de piste et oreille), Juan Bautista (ovation et ovation), Miguel Ángel Perera (oreille et applaudissements)

Après avoir reçu le premier toro de son lot par de suaves véroniques agrémentées de chicuelinas et d’une conclusion à une main, Juan Bautista s’évertua à maintenir son opposant debout en le toréant à mi hauteur. Placé idéalement devant la tête du toro et au-dessus des conditions de son adversaire, Juan Bautista dessina des muletazos d’un grand esthétisme sur les deux cornes. Malheureusement, l’invalidité du toro ne lui permit pas de donner à la faena le relief qu’elle aurait mérité. Face au cinquième de la corrida, Juan Bautista ne put démontrer que son engagement et sa volonté de bien faire. Il s’efforça de sortir le maximum d’un toro qui ne possédait ni force, ni race et donc aucune option de faena. Le public de Castellón le fit saluer en gratitude de l’effort fourni.

Arènes d’AMBATO (Equateur) - Feria en honor de Nuestra Señora de la Merced con motivo de la Feria de la Fruta y de las Flores - Lundi 12 février 2018 - Toros de Mirafuente et Vistahermosa

Juan José Padilla (tour de piste et deux oreilles), Juan Bautista (silence et deux oreilles), Álvaro Samper (applaudissements et oreille)

Face au premier toro de son lot de l’élevage de Vistahermosa, Juan Bautista n’eut aucune option de triomphe. Face à un animal dénué de qualité, Juan Bautista put mettre en évidence que son envie et son engagement. Face au cinquième de la corrida, un toro possédant classe et transmission de l’élevage de Mirafuente, Juan Bautista étala toute sa torería et maturité. Toréant avec pureté et profondeur, il emmena les aficionados dans un monde d’élégance et d’émotion. Il embarqua son adversaire dans des séries réalisées sur les deux mains, cadencées, rythmées en amenant le toro très toréé jusqu’à la fin du muletazo. Parachevée par une estocade de gala, la faena de Juan Bautista fut primée avec force par deux oreilles. 

Arènes de la Macarena de MEDELLÍN (Antioquia - Colombia) - Samedi 10 février 2018 - Toros de Santa Bárbara

Juan Bautista (ovation et oreille), Luis Miguel Castrillón (silence et silence), Jesús Enrique colombo (silence et deux oreilles)

Le premier toro de la corrida fut un animal sans d’option. De peu de charge et chargeant à demi-hauteur, il ne donna aucune facilité à Juan Bautista qui réalisa une faena de grand professionnalisme et d’un total investissement. Face au quatrième de l’après-midi, Juan Bautista instrumenta une faena qui alla crescendo. Toréant avec beaucoup de douceur et de torería, il amena son adversaire à s’améliorer au fur et à mesure du déroulement de la faena. Les naturelles, données sur les deux mains, furent d’une grande pureté et d’une saveur exquise. Il acheva sa prestation par un final de grande profondeur. Après un pinchazo sur un recibir, il réussit une formidable estocade à recibir qui libéra une oreille alors que les deux lui étaient promises. 

Arènes de MANIZALES (Colombie) - Feria du Café - Lundi 8 janvier 2018 - Toros de Santa Bárbara

Juan Bautista (deux tours de piste et ovation), Ramsés (applaudissements et oreille), Ginés Marín (tour de piste et ovation)

Juan Bautista reçut à la cape le premier toro de la corrida de manière variée, lucide et élégante qui leva le public présent dans les gradins. La faena qui suivit fut compacte, profonde avec des muletazos remplis de sentiments qui firent chavirer les aficionados. Les naturelles furent dessinées avec harmonie et temple. Sur la corne droite, Juan Bautista réussit à maintenir l’intérêt à la faena. Malgré deux pinchazos, Juan Bautista donna deux tours de piste après une pétition d’oreille largement majoritaire que le président n’a pas concédé. Face au quatrième, un toro avec moins d’options, Juan Bautista se montra au-dessus des conditions de l’animal et laissa son empreinte de torero important. Il salua une forte ovation à l’issue du combat.