logo

Compte-rendus des corridas

Compte-rendus des corridas

...

Arènes de la Miséricorde de SARAGOSSE (Espagne) - Feria del Pilar - Samedi 6 octobre 2018 - Toros de Montalvo

Juan Bautista (applaudissements et ovation), José Garrido (ovation et oreille), Álvaro Lorenzo (deux oreilles et silence)

Juan Bautista accueilli le premier toro de la corrida par de superbes véroniques templées dotées de cadence et de domination terminées par une demie véronique de catégorie au centre de la piste. Avec la muleta, Juan Bautista commença la faena de belle manière avec bon goût et torería jusqu’à ce que son adversaire baisse de ton. Avec la tête à mis hauteur, le toro chargeait sans transmission et Juan Bautista du s’investir afin de maintenir l’intérêt. Impossible sur la corne gauche, Juan Bautista du se résoudre à toréer à droite avant d’occire son adversaire d’une entière efficace. Le quatrième toro n’a pas voulu que Juan Bautista termine la saison 2018 sur un triomphe. Sans classe ni race et encore moins de transmission, le toro n’offrit aucune possibilité de faena, brindé à l’ensemble de sa cuadrilla, malgré la grande volonté et l’investissement de Juan Bautista qui put laisser sur le sable des Arènes de la Miséricorde une série magistrale de naturelles de face.

Arènes de LAS ROZAS (Madrid – Espagne) – Feria de San Miguel – Lundi 1er octobre 2018 – Toros de Torrestrella

Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), Román (ovation et silence), Luis David Adame (applaudissements et deux oreilles)

Juan Bautista accueillit le premier bon toro de la corrida par d'importantes véroniques dont les points communs furent la suavité, la cadence, le rythme et le temple agrémentées par de superbes chicuelinas. Après le tercio de pique, Juan Bautista réalisa un quite par de bonnes chicuelinas avant de commencer une faena qui allait être marquée par le sceau de l'intelligence et de la profondeur. Juan Bautista dessina un début de faena avec beaucoup de torería et de classe terminé par un grand changement de main. Lors de la première série de derechazos, Juan Bautista prit le rythme du toro en perdant quelques pas entre chaque muletazo afin de canaliser la charge. Dès la deuxième série, Juan Bautista se mit dans le terrain du toro pour commencer à le dominer. Sur la corne gauche, Juan Bautista accompagna la charge, en plaçant la muleta loin devant pour amener son adversaire loin derrière avec temple et liaison. Juan Bautista revint à droite par un changement dans le dos pour une série de derechazos appuyés finie par un changement de main dans le dos de catégorie. En fin de faena, Juan Bautista repris la muleta de la main gauche pour dessiner une série supplémentaire de naturelles de bon goût avec la muleta idéalement placée et terminée par une passe de la firma en regardant les gradins. De retour à droite et après la passe de las flores, Juan Bautista enchaîna des derechazos templés et donnés assis sur les reins terminés par une passe de poitrine digne des plus belles affiches de toros. Pour achever cette œuvre, Juan Bautista se devait de conclure de la meilleure des façons. C'est ce qu'il fit en exécutant une grande estocade a recibir qui libéra les deux oreilles demandées à l'unanimité par le public et qui fut le résultat d'une faena intelligente, variée et engagée, une faena de maestro. Juan Bautista reçut le quatrième toro par une série de véroniques et delantales allurés terminée par une larga de catégorie. La première série à droite servit pour prendre le rythme du toro. Dès la série suivante, Juan Bautista réalisa des derechazos plus soutenus en gardant le toro dans les plis de sa muleta. Sur la corne gauche, le toro possédait moins de classe et de parcours dans la muleta. Malgré cela, Juan Bautista, par sa technique prodigieuse, cacha les défauts de l'animal et put dessiner des naturelles de bon goût faisant paraître le toro meilleur que ce qu'il était en réalité sur cette corne. De retour à droite, Juan Bautista se relâcha et toréa avec une belle et profonde plasticité et liaison. Une nouvelle fois, Juan Bautista construisit une faena de très haut niveau artistique et composa une véritable œuvre d'art en sublimant les charges de son adversaire. En matière de conclusion, Juan Bautista dessina des derechazos verticaux d'une grande beauté. Afin de placer le toro pour le coup d'épée final, Juan Bautista distilla de majestueux changements de mains par le bas terminés par une importante passe de poitrine. Il conclut cette autre œuvre d'art par un magistral recibir et ordonna à sa fidèle cuadrilla de laisser le toro seul afin de lui rendre dignité et importance en reconnaissance du grand respect que Juan Bautista porte à cet animal. Deux nouvelles oreilles vinrent récompenser cette faena magique et importante de liaison, pureté et profondeur que Juan Bautista montra avec bonheur et humilité lors d'un tour de piste fêté après avoir assisté avec joie au tour de piste posthume de son partenaire portant le fer de l'élevage de Torrestrella.

Arènes de LOGROÑO (La Rioja - Espagne) – Feria de San Mateo – Mardi 18 septembre 2018 – Toros de Victorino Martín

Juan Bautista (silence et ovation), Manuel Escribano (ovation et oreille), Joselito Adame (silence et silence)

Le premier toro de Juan Bautista développa un grand danger et ne proposa aucune option de faena. Juan Bautista se montra volontaire et fit le maximum sur les deux cornes avec courage. La quatrième toro de la corrida présenta beaucoup de complications. Face à lui, Juan Bautista réalisa un authentique effort avec honneur et professionnalisme. Au milieu de la faena, il se fit attraper, passant de longues secondes entre les pattes et les cornes acérées de son adversaire. Il se releva sans se regarder, et repartit au combat en torero livra une grande série de naturelles. Après une bonne estocade, il reçut une grosse ovation du public et rejoignit l'infirmerie où fut diagnostiqué un coup de corne dans la partie supérieure de la cuisse droite avec une trajectoire descendante de près de treize centimètres. Il a été évacué à la Clinique Los Manzanos de Logroño (La Rioja - Espagne).        

           

Arènes de NÎMES - Feria des Vendanges - Dimanche 16 septembre 2018 - Toros de Niño de la Capea et Núñez del Cuvillo

La rejoneadora Léa Vicens (oreille et oreille), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), Sébastien Castella (deux oreilles et deux oreilles et queue)

Il y eut beaucoup d’émotion pour la dernière corrida de Juan Bautista dans le Colisée Romain de Nîmes. Le public l'a accueilli avec énormément d'affection et de tendresse d'abord en lui attribuant une chaleureuse ovation lorsque le Maire de la Ville, M. Jean-Paul Fournier, accompagné de l'Adjoint délégué aux Festivités, à la Tauromachie et aux Rapatriés, M. Frédéric Pastor, lui remit en piste un présent constitué d'un crocodile en bronze représentant la ville et ensuite lorsqu'il l'obligea à saluer avant de toréer le premier toro de son lot. Juan Bautista a toréé avec son cœur et son âme. Deux faenas pour le souvenir, deux faenas authentiques, deux faenas d'émotion, pendant lesquelles il oubliant son corps et laissa parler les sentiments. Tout au long de la matinée, il fit une démonstration de torería et donna deux leçons, deux cours magistraux de Tauromachie. Le deuxième toro de la corrida fut noble mais sans beaucoup de race ni de transmission. Juan Bautista inventa une faena, en donnant tout ce que le toro ne possédait pas. Grâce à sa connaissance, à cette capacité de comprendre tous les toros et un placement parfait, Juan Bautista aida son adversaire à aller de l'avant. Sa muleta se fit magique, enveloppant les charges de l'animal sur les deux cornes avec beaucoup de prestance, de naturel et de pureté. Le coup d'épée fut un modèle du genre dans la préparation. Sans donner aucune passe, juste en marchant, Juan Bautista plaça le toro idéalement, le public s'en rendit compte et avant même que le coup d'épée soit effectif, il lui attribua une ovation qui se changea en clameur lorsque l'estocade fut portée a recibir. Les deux oreilles furent attribuées par la Présidence et le tour de piste fêté comme il se devait. Face au cinquième toro de la matinée, un animal plus retord et compliqué, Juan Bautista montra toute sa maturité afin de le dominer et de le faire rompre. Avec patience et détermination, Juan Bautista amena son adversaire dans les plis de sa muleta puissante et autoritaire. En milieu de faena, le toro n'eut d'autre option que de rompre et Juan Bautista oublia son corps et toréa de manière relâché en s'abandonnant totalement. Juan Bautista donna le meilleur de lui à ce public nîmois qui l'a soutenu, aidé et appuyé pendant toutes ces années. En guise de dernier hommage, Juan Bautista offrit une dernière série de Nimeñas, passe inventée à Nîmes et dont il voulu qu'elle porte le nom de cette ville qui l'a tant aimé avant de couper deux oreilles supplémentaires... Avec cette dernière prestation dans les Arènes de Nîmes, ses Arènes de Nîmes, Juan Bautista fait partie désormais et définitivement de l'Histoire taurine de cette ville. Par cette quinzième Porte des Consuls, Juan Bautista a scellé son histoire d'amour avec Nîmes et est rentré à jamais dans le cœur de l'Afición Nîmoise.                       

Arènes d’ARANDA DE DUERO (Burgos – Espagne) – Samedi 15 septembre 2018 – Toros de Victoriano del Río et Salvador Domecq

Antonio Ferrera (silence et silence), Juan Bautista (silence et deux oreilles), Álvaro Lorenzo (ovation et oreille)

Si face au deuxième de l'après-midi, un toro de l'élevage de Salvador Domecq n'offrant aucune option de triomphe, Juan Bautista put seulement montrer sa volonté et professionnalisme, c'est avec le cinquième de la corrida qu'il interpréta une symphonie en Juan Bautista majeur. Après avoir partagé les banderilles avec Antonio Ferrera, Juan Bautista toréa relâché, le corps abandonné en oubliant la technique pour dessiner sur le sable des arènes une véritable œuvre d'art. Juan Bautista trouva le rythme et harmonisa sa tauromachie avec les charges sublimes de son opposant de l'élevage de Victoriano del Río qui fut crédité d'un tour de piste posthume. Sur les deux cornes, Juan Bautista fit étalage de sa science et de son inspiration pour créer des muletazos empreints de pureté, de profondeur et de douceur. Juan Bautista toréa au ralenti, ressentant chacun de ces instants importants qui font que les faenas de ce style reste dans les mémoires. Après avoir porté l'estocade a recibir et dont le résultat fut quasi foudroyant , il coupa les deux oreilles sans aucune contestation.           

Arènes d’ALMODÓVAR DEL CAMPO (Ciudad Real – Espagne) – Corrida mixte – Vendredi 14 septembre 2018 - Toros de Francisco Galache

Le rejoneador Roberto Armendáriz (silence et silence), Juan Bautista (oreille et oreille), Joaquín Galdós (ovation et deux oreilles)

Juan Bautista toréa avec douceur et temple le deuxième toro de la corrida qui ne possédait pas beaucoup de force. Avec maîtrise et autorité, Juan Bautista sorti le meilleur du toro pour construire une faena qui le montra bien meilleur que ce qu'il était en réalité. Après une bonne estocade, il coupa une oreille en toute logique. Face au cinquième de la corrida, Juan Bautista réalisa une prestation toute aussi aboutie que la précédente mais sous une pluie soutenue. Avec maestría, il sut conduire la charge de son adversaire dans les plis de sa muleta puissante afin de dessiner des muletazos sur les deux cornes empreints de profondeur et de suavité. Après une bonne estocade, il coupa une oreille supplémentaire.

Arènes d’ARLES - Feria du Riz - Corrida Goyesque - Samedi 8 septembre 2018 - Toros de Victoriano del Río

Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Sébastien Castella (applaudissements et deux oreilles) José María Manzanares (silence et silence)

Juan Bautista réalisa une faena magistrale face au premier toro de l’après-midi, un animal exigeant qui développa un danger certains. Avec un placement des plus précis et un total investissement, Juan Bautista domina de bout en bout son adversaire sur les deux cornes faisant lever les gradins. Derechazos et naturelles se succédèrent avec passion, force et puissance. Après une estocade recibir monumentale, il coupa les deux oreilles demandées unanimement. Juan Bautista inventa le quatrième toro de la corrida, un animal sans race et fade et donna une véritable leçon de tauromachie. Petit à petit, grâce à une technique prodigieuse et une grande connaissance du toro, Juan Bautista réussit à créer des muletazos d’un naturel inouï, d’une totale sincérité et s’abandonnant à son Art. Après une bonne estocade, il coupa une nouvelle oreille, sortant ainsi pour la vingt-quatrième fois en triomphe des Arènes d’Arles. 

Arènes de VALLADOLID (Espagne) - Feria de Nuestra Señora de San Lorenzo - Mercredi 5 septembre 2018 - Toros d’El Pilar

Juan Bautista (oreille et oreille), Emilio de Justo (oreille et deux oreilles), Alberto López Simón (oreille et ovation)

Juan Bautista aura marqué cette corrida par sa présence et la démonstration de classe et de connaissances. Face au premier toro de la corrida, un animal exigeant et possédant moteur et tempérament, Juan Bautista construisit une faena rythmée et puissante, arrivant à réduire les velléités de son adversaire. Sur les deux cornes, il parvint à dominer son adversaire avant de pouvoir dessiner des muletazos de bonne facture et profondeur. Après une estocade entière, il coupa une oreille demandée majoritairement par le public. Avec le quatrième, un toro fade et sans classe, Juan Bautista fit étalage de ses connaissances. Donnant du temps au toro et toréant avec douceur, Juan Bautista réussit à construire une faena alors que beaucoup pensait qu’elle serait impossible... Après une superbe estocade, il coupa une oreille supplémentaire, synonyme de sortie en triomphe par la Grande Porte. 

Arènes de BAYONNE - Feria de l’Atlantique - Dimanche 2 septembre 2018 - Toros de La Quinta

Juan Bautista (ovation, silence et grande ovation après pétition majoritaire), Daniel Luque (deux oreilles et ovation), Román (ovation et blessure)

Juan Bautista reçut le premier toro de la corrida par des véroniques suaves en gagnant le centre et termina la série par une belle demie véronique. Après avoir réalisé un quite par chicuelinas cadencées, il fit preuve de classe et de temple à la muleta face à un animal sans transmission et de charge molle. La tentative d’estocade a recibir ne fut pas couronnée de succès ce qui limita le résultat à une ovation. Le quatrième fut un animal exigeant devant lequel Juan Bautista réalisa un effort pour parvenir à le dominer. Malgré l’investissement de Juan Bautista, le toro n’arriva pas à rompre et garda de la violence jusqu’au terme de la faena. Román reçut un coup de corne en amenant son adversaire au picador. Blessé au mollet, il dut rejoindre l’infirmerie. Juan Bautista se chargea de la faena qui fut celle d’un grand professionnel. Grâce à sa muleta puissante, il fit apparaître le toro meilleur de ce qu’il était en réalité. Juan Bautista ne baissa jamais les bras pour construire une faena autoritaire. Après une bonne estocade, le public demanda majoritairement et avec insistance une oreille qui aurait été largement méritée mais que le président de manière incompréhensible refusa d’accorder oubliant que le règlement taurin stipule que la première oreille appartient au public...

Arènes de BAYONNE - Corrida Goyesque - Mercredi 15 août 2018 - Toros d'Antonio Bañuelos

Juan Bautista (ovation et silence), Paco Ureña (ovation et oreille), José Garrido (silence et silence)

Malgré toute sa bonne volonté et son désir de bien faire, Juan Bautista n'eut aucune possibilité de triomphe face à deux adversaires dangereux, violents et agressifs. Une corrida à vite oublier tant la difficulté et la dureté ont été présentes tout au long de l'après-midi.

Arènes de DAX – Feria d’Août – Mardi 14 août 2018 – Toros de Montalvo, La Quinta, Pedraza de Yeltes, José Luis Pereda, Victorino Martín et Jandilla

Juan Bautista (oreille, ovation, ovation, ovation, oreille et deux oreilles)

Jun Bautista a réalisé un après-midi historique qui restera gravé dans la mémoire des Arènes de Dax en maintenant l'intérêt du début jusqu'à la fin. Tout au long de la corrida, il a démontré, investissement, sincérité, abnégation, tranquillité, toréant avec douceur, pureté et faisant face à l'adversité de certains toros. Avec une classe infinie, Juan Bautista a fait chavirer le public des arènes qui l'a soutenu. A chaque instant, Juan Bautista a occupé l'espace, mettant en valeur les toros au cheval de picador, apportant variété dans les quites et s'adaptant aux caractéristiques de chaque toro, démontrant ainsi sa capacité à comprendre tous les encastes. Avec le premier de Montalvo, Juan Bautista toréa avec douceur et classe, alternant les séries sur les cornes gauche et droite. Dosant parfaitement la vitesse de sa muleta à celle de son opposant, il construisit une faena d'une grande intelligence et clairvoyance. Après une grande estocade, il coupa la première oreille de la corrida. Le toro de La Quinta, sorti en deuxième position, livra un combat en deux temps. Sortant de manière indéfinie dans la cape de Juan Bautista, sa charge s'améliora au sortir des piques. Après le tercio des banderilles, Juan Bautista profita de la belle charge sur les trois premières séries données sur la corne droite. Il toréa relâché, le corps abandonné et fit rugir les gradins. Malheureusement, après la série suivante à gauche, le toro changea totalement et brutalement d'attitude et devint très dangereux. Juan Bautista n'eut d'autre option de mettre un terme à la faena. Le toro de Pedraza de Yeltes développa beaucoup d'agressivité et de violence. Juan Bautista fit front avec opiniâtreté et courage pour en venir à bout. Jamais il ne baissa la garde et entra dans le combat tel un gladiateur des temps moderne. L'effort fourni fut à la hauteur de l'événement et le public reconnaissant lui attribua une forte ovation. Devant le toro de José Luis Pereda, Juan Bautista n'eut aucune option de triomphe. Sans classe ni race, le toro ne lui offrit aucune charge qui lui aurait permit de construire la moindre faena. Il dut se résoudre à mettre un point final à la faena. Face au toro de Victorino Martín, Juan Bautista construisit une grande faena. Toréant à la perfection, en lui laissant la muleta sous le museau et sans le déplacer, Juan Bautista l'embarqua dans sa muleta douce et suave pour dessiner des muletazos d'une extrême pureté. Avec les caractéristiques propres à son encaste, le toro demandait un placement des plus précis et ne pardonnait aucune erreur. Juan Bautista s'adapta parfaitement aux conditions de l'animal et toréa avec un goût exquis, dessinant des muletazos d'une grande profondeur et pureté. Malheureusement, sa tentative de recibir ne fut pas couronnée de succès et il dut s'y prendre à deux reprises pour terminer la faena. Malgré cela, il coupa une oreille importante. Le dernier toro de Jandilla, se cassa une corne contre le burladero juste après le tercio de banderilles que Juan Bautista assura avec brio. Le président sorti le mouchoir vert et entra en piste un toro de réserve de Jandilla très sérieux. Juan Bautista réalisa une faena d'anthologie, exemplaire de maturité et de relâchement. Sur les deux cornes, il donna vie à une œuvre d'art digne des plus grands maîtres de la peinture. Avec extrêmement de douceur et de pureté, Juan Bautista embarqua le toro dans sa muleta magique et fit vivre aux arènes de Dax l'un des moments les plus important de son histoire. Complètement relâché, le corps abandonné, Juan Bautista fit de cette rencontre un moment d'une grande beauté et profondeur amenant le public dans son monde. Après une estocade a recibir d'école, Juan Bautista coupa avec force les deux oreilles et sorti en triomphe par la Grande Porte des Arènes de Dax et fut amené sur les épaules jusqu'à son hôtel au milieu de la ferveur des aficionados qui ont vécu, grâce à Juan Bautista, une grande et importante après-midi de toros, de celles qui font Histoire.

Arènes de BÉZIERS - Feria d'Août - Dimanche 12 août 2018 - Toros de Núñez del Cuvillo

Juan José Padilla (oreille et oreille), Antonio Ferrera (oreille et ovation), Juan Bautista (oreille et oreille)

Après avoir reçu le troisième toro de la corrida par une larga afarolada les deux genoux en terre, Juan Bautista élabora une faena pleine de maîtrise et d'intelligence face à un animal qui manquait de race et de force. Noble dans la muleta de Juan Bautista, le toro ne possédait pas de transmission. Juan Bautista dû tout donner pour maintenir l'intérêt à la faena. Il mit un terme à sa prestation par une estocade a recibir au second essai et coupa une oreille unanimement demandée par le public. Avec le dernier toro, un animal couard qui mettait à l'épreuve le torero, Juan Bautista démontra toute l'étendue de son investissement et défendit avec opiniâtreté son poste de Figura del Toreo en France. Ne baissant jamais les bras, cherchant toujours à mettre le toro dans sa muleta dominatrice et puissante, Juan Bautista parvînt à dominer son adversaire sur les deux cornes dans le terrain du toril. Après une autre estocade a recibir d'effet immédiat et portée dans les règles de l'art, Juan Bautista coupa une nouvelle oreille fêtée à juste raison par le public.

Arènes de HUESCA (Espagne) - Feria de la Albahaca de San Lorenzo - Dimanche 11 août 2018 - Toros d’Adolfo Martín

Juan Bautista (silence et silence), Paul Abadía « Serranito » (ovation et tour de piste), Emilio de Justo (ovation et tour de piste)

Juan Bautista reçut de façon très suave le premier toro de l’après-midi par des véroniques qui surent capter sa charge de manière autoritaire. Avec la muleta, Juan Bautista construisit une faena qui est allée crescendo. Présentant une muleta parfaitement placée, il élabora des muletazos sur les deux cornes avec beaucoup de temple et de douceur arrivant ainsi à transmettre l’émotion que le toro ne possédait pas. Au fur et à mesure du développement de la faena, et avec assurance et torería, Juan Bautista pris l’ascendant sur son adversaire qui ne possédait pas énormément de mobilité et offrit des séries importantes. Juan Bautista perdit le bénéfice de la faena à l’épée en plaçant une demie estocade au second essai après avoir placé le toro pour l’estocade sans donner un seul muletazo, signe de clairvoyance et maturité. Juan Bautista accueillit le quatrième toro de la corrida par des véroniques rythmées et relâchées. A la muleta, malgré le fait que le toro ne possédait pas de transmission, Juan Bautista réussit à maintenir l’intérêt à la faena par un placement précis, une variété dans les muletazos et une torería des plus abouties. Malheureusement, le toro ne l’entendit pas de la même façon et ne remercia pas le torero de l’effort qu’il avait fourni pour améliorer ses conditions en baissant de rythme en fin de faena. 

Arènes des SAINTES-MARIES-DE-LA-MER - Corrida Flamenca - Dimanche 5 août 2018

Juan Bautista (applaudissement, deux oreilles et deux oreilles et la queue), Andy Younes (oreille, deux oreilles et applaudissement)

Juan Bautista s'imposa tout au long de l'après-midi de par son expérience, sa position de Figura del Toreo et son engagement. Il eut à toréer trois toros différents, du compliqué premier des Frères Tardieu en passant par le bon et exigeant troisième de Bruno Blohorn en finissant par l'excellent cinquième des Frères Gallon, ces deux derniers crédités d'un tour de piste posthume. Face au premier de l'après-midi portant le fer des Frères Tardieu, Juan Bautista réalisa une faena d'un maîtrise technique aboutie et d'un engagement sans faille. Sans rien lâcher, il canalisa les charges âpres et agressives de son opposant pour arriver à le dominer grâce à une muleta des plus autoritaire. Malheureusement, une mort en deux temps ternie cette prestation volontaire et l'oreille s'envola. Avec le troisième de la corrida, un toro important de race et de mobilité et arborant la devise de l'élevage de Bruno Blohorn, crédité d'un tour de piste posthume justifié, Juan Bautista construisit une faena engagée de grande majesté. La muleta de Juan Bautista capta sur les deux cornes les charges exigeantes et pleines de transmission de son adversaire pour dessiner des séries d'une grande profondeur, faisant rugir le public présent sur les gradins. Juan Bautista se hissa à la hauteur de l'animal et démontra sa capacité à comprendre et dominer tous les toros. Après une demie estocade et un descabello d'école, Juan Bautista coupa deux oreilles amplement méritées et partagea le tour de piste avec l'éleveur et le mayoral Patrick Alarcon. Avec le cinquième, un toro des Frères Gallon, crédité également d'un tour de piste posthume, Juan Bautista entra dans une autre dimension artistique. Toréant avec beaucoup de douceur et de pureté, il offrit une tauromachie riche et d'une importante dimension. Après voir assuré lui-même le tercio des banderilles avec brio, la fluidité des muletazos, la cadence et la suavité de chaque série dessinée sur le sable des arènes furent le résultat d'une expression artistique d'un matador de toros au somment de son art. Juan Bautista n'a pas toréé, il a savouré le toreo pour en faire une œuvre d'art des plus magistrale. L'épée à recibir libéra en toute logique les deux oreilles et la queue et Juan Bautista invita les deux éleveurs, Michel et Jean-Pierre Gallon, à partager avec lui le goût du triomphe au cours d'un tour de piste chaleureusement fêté.        

Arènes du Plumaçon de MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine - Vendredi 20 juillet 2018 - Toros de La Quinta

Juan Bautista (ovation et oreille), Emilio de Justo (deux oreilles et oreille), Thomas Dufau (silence et ovation)

Le premier toro du lot de Juan Bautista fut d’une grande exigence et possédait beaucoup de danger. Tel un guerrier des temps modernes, Juan Bautista partit au combat pour dominer cet animal féroce. Grâce à une muleta dominatrice et puissante, Juan Bautista réussit à soumettre son adversaire sur les deux cornes en réalisant un gros effort pour ne rien lâcher et s’imposer en torero responsable. Après un pinchazo et un descabello donné dans les règle de l’art, il fut invité à saluer une grosse ovation du public reconnaissant. Avec le quatrième toro de la corrida, un autre animal exigeant qui demandait une attention soutenue, Juan Bautista donna une leçon d’investissement et de don de soi sous une pluie battante. Avec abnégation et autorité, Juan Bautista domina son adversaire et obtint des passages de haute volée artistique sur les deux cornes. L’estocade a recibir au centre de la piste fut un modèle du genre et le descabello, exécuté en s’aidant de la montera fut spectaculaire et à montrer dans toutes les écoles taurines. A l’issue de sa prestation de torero abouti et de grande maturité, il coupa une oreille de poids. 

Arènes du Plumaçon de MONT DE MARSAN – Feria de la Madeleine – Mercredi 18 juillet 2018 - Toros de Garcigrande - Mano a mano

El Juli (ovation, silence et ovation), Juan Bautista (oreille, ovation et ovation)

Juan Bautista fut présent tout au long de l'après-midi. Sérieux et décidé, il a marqué de son empreinte son retour dans les arènes du Plumaçon après son retentissant triomphe de l'an dernier. Face au deuxième toro de la corrida, manquant de force mais avec une indéniable qualité de noblesse, Juan Bautista construisit une faena douce et profonde marquée par la souveraineté du temple et de la pureté. Les muletazos sur la corne droite furent donné avec beaucoup de classe. Sur la corne gauche, le toro ne possédait pas la même charge et Juan Bautista fit un effort pour garder l'intensité de la faena. Revenant sur la corne droite, il termina sa prestation de haut vol par des redondos aboutis avant de loger une estocade a recibir de grande exécution. L'oreille coupée fut chaleureusement fêtée par le public. Face au quatrième, un toro plus compliqué et plus agressif, Juan Bautista réalisa une faena de torero mature, plaçant idéalement la muleta sous le mufle de l'animal et utilisant à la perfection les terrains. La faena fut un modèle d'investissement sur les deux cornes. Juan Bautista fit étalage de son savoir et démontra sa grande capacité à résoudre les problèmes. Après une bonne estocade, le toro tarda à mourir ce qui eu comme conséquence de faire perdre l'intensité et l'octroi de l'oreille qui était toute méritée. Face au sixième, un toro couard et sans classe, Juan Bautista utilisa tous les recours pour construire une faena digne d'intérêt. Au moment le moins opportun, le toro perdit un sabot et il se défendit encore plus, rendant impossible toute réalisation de faena.     

Arènes Nimeño II d’EAUZE - Corrida mixte - Dimanche 8 juillet 2018 - Toros de Gallon Frères et José Luis Pereda

Le rejoneador Andy Cartagena (ovation et ovation), Juan Bautista (silence et silence), Luis David Adame (silence et oreille)

Juan Bautista imposa sa domination et volonté avec le deuxième de l’après-midi, premier de son lot, un toro couard, âpre et exigeant. Avec maîtrise et torería, il sût l’embarquer dans sa muleta autoritaire pour dessiner une faena de torero abouti et sur de ses moyens. Juan Bautista réalisa une faena de haute technicité en montrant le toro bien meilleur que ce qu’il était vraiment avec des passages d’inspiration et artistiques. Il mit un terme à sa prestation par un pinchazo et une estocade. Juan Bautista fournit un effort conséquent face au cinquième de la corrida, un toro présentant du danger et arrêté. Regardant toujours le torero et le mettant à l’épreuve, le toro rendit impossible toute construction de faena. Juan Bautista conclut par un pinchazo et une entière. 

Arènes de SAINT SEVER - Corrida des Fêtes - Dimanche 24 juin 2018 - Toros d’El Puerto de San Lorenzo et Ventana del Puerto

Juan Bautista (oreille, deux oreilles et oreille), Miguel Ángel Perera (oreille, oreille  et deux oreilles)

Les arènes de Saint Sever ont été le théâtre d’une prestation aboutie et remarquable de Juan Bautista lors de laquelle on a vu trois toreros en un. Face au premier, Juan Bautista s’est montré intelligent en sachant maintenir son adversaire dans les terrains idoines et dans les plis de sa muleta. Avec le troisième, Juan Bautista mît en évidence sa tauromachie magistrale, faite de classe et d’épaisseur alors qu’au cinquième, il allait montrer sa technique prodigieuse et un total investissement avec une volonté et une réussite à s’imposer. La faena construite avec le premier de l’après-midi fut une faena avec beaucoup de fonds. Juan Bautista sut garder et aspirer le toro de peu de force et couard dans les plis de sa muleta avec douceur et autorité jusqu’à ce que l’animal oubliât l’attirance vers les planches. Faena allant crescendo durant laquelle le public profita des connaissances de Juan Bautista. Après une estocade, il coupa une oreille. Face au troisième de la corrida, et après une réception à la cape des plus autoritaires et puissante, Juan Bautista torea avec épaisseur, profondeur et inspiration en soumettant le toro de façon magistrale. Sur les deux cornes, il dessina des muletazos de grande beauté. L’estocade a recibir fut un modèle du genre et il coupa deux oreilles avec force. Un tour de piste posthume fut accordé à la dépouille du toro. Avec le dernier toro de son lot, un animal qui possédait beaucoup de danger, compliqué et exigeant, Juan Bautista réalisa une faena importante de torero mature. Malgré les grandes difficultés, Juan Bautista su l’améliorer à base d’investissement, de décision et d’abnégation sans jamais baisser les bras. Sa puissante et autoritaire muleta obligea le toro à suivre la volonté du torero pour terminer complètement dominé. L’estocade fut de grande exécution et il coupa une oreille avec pétition de la seconde. 

Arènes Le Palio d’ISTRES – Feria de Juin – Corrida Lyrique – Dimanche 17 juin 2018 – Toros de Juan Pedro Domecq

Enrique Ponce (oreille et deux oreilles), Juan Bautista (deux oreilles et queue et ovation), Ginés Marín (silence et silence)

Tout au long de cette corrida lyrique, Juan Bautista transmis aux arènes toute l'émotion qu'il ressent et donna un véritable récital de tauromachie. Face au deuxième toro, crédité d'un tour de piste posthume, Juan Bautista atteignit les sommets de classe, de pureté et de connaissance. Emmenant le public dans son univers, il construisit une faena où l'inspiration, et l'engagement furent les maîtres mots. Le toro suivit cette muleta magique dans des séries de muletazos donnés avec un relâchement exemplaire et étonnant de pureté. Sa prestation d'une rare profondeur fit chavirer les arènes de plaisir et malgré un pinchazo sur une tentative d'estocade a recibir, il coupa les deux oreilles et la queue après une estocade a recibir quasiment foudroyante. Face au cinquième de la corrida, un toro noble qu'il fallait mesurer de par son manque de force, Juan Bautista délivra une autre leçon de tauromachie. Après l'avoir banderillé, il laissa le temps à son adversaire entre chaque série pour lui donner confiance et lui permettre de durer. Il fit étalage de sa tauromachie riche et fleurie au travers d'une faena exquise et majestueuse réalisée sur les deux cornes. Juan Bautista donna là sa meilleure version jusqu'à ce que l'épée l'empêche de couper deux autres oreilles qui lui étaient promises. Mais à ce stade de perfection, ce n'est pas le plus important. La faena restera à jamais dans la mémoire collective et la chaleureuse ovation qu'il reçut à l'issue de la faena en est la meilleure et la plus grande des reconnaissances.      

Arènes de Las Ventas - MADRID (Espagne) - Feria de San Isidro - Corrida des 6 Nations - Jeudi 31 mai 2018 - Toros d’El Pilar

Juan Bautista (silence), Luis Bolívar (silence), Juan del Álamo (silence), Joaquín Galdós (silence), Luis David Adame (tout de piste), Jesús Enrique Colombo (tour de piste)

Juan Bautista fit front face à un toro manquant totalement de classe et possédant un grand danger et beaucoup de violence. Essayant sur les deux cornes, Juan Bautista fit son possible en s’exposant. 

Arènes Monumentales de Frascuelo de GRANADA (Espagne) - Feria du Corpus - Mercredi 30 mai 2018 - Toros de Castillejo de Huebra

Juan Bautista (ovation et ovation), Álvaro Lorenzo (silence et ovation), Joaquín Galdós (oreille et oreille)

Face au premier de la corrida, de peu de force et avec une pointe de violence, Juan Bautista réalisa une faena de grand professionnalisme. Avec la muleta, il régla avec efficacité et savoir les défauts de son opposant. Malheureusement, l’usage du descabello lui fit perdre l’oreille. Avec le quatrième de l’après-midi, un toro de meilleures conditions, Juan Bautista construisit une faena de très bonne exécution. Sur les deux cornes, il s’employa à toréer de manière relâchée et reposée, mettant du sentiment et de la profondeur dans chacun de ses muletazos. La faena fut complète et intense jusqu’à ce que l’épée fit perdre tout espoir de couper les deux oreilles. 

Arènes de Las Ventas de MADRID (Espagne) - Feria de San Isidro - Vendredi 25 mai 2018 - Toros de Núñez del Cuvillo et Conde de Mayalde

Juan Bautista (silence et ovation), Alejandro Talavante (deux oreilles et ovation), Alberto López Simón (oreille et oreille)

Avec le pire lot, Juan Bautista a vu comment tous les espoirs de triomphe se sont envolés. Le premier de l’après-midi avait une charge fade et n’offrit aucune option à Juan Bautista. Le public de Las Ventas vit sa bonne volonté et apprécia une très bonne estocade qui mit un point final à la faena. Face au quatrième de l’après-midi, et sous un déluge torrentiel, Juan Bautista mit tout en œuvre pour obtenir un succès important. Poussant le toro au maximum, lui présentant une muleta ferme et suave, Juan Bautista construisit une faena qui est allée crescendo sur les deux cornes avec comme point culminant deux séries droitières emplies de sentiments, de temple, de rythme et de relâchement. Juan Bautista réussit à améliorer les charges de son opposant et à se justifier comme un torero de dimension. L’oreille était gagnée. Malheureusement, il pincha une tentative d’estocade a recibir. Il le réussit au second essai et Las Ventas l’invita à saluer une grosse ovation en reconnaissance de l’effort fourni. 

Arènes de NÎMES - Feria de Pentecôte - Dimanche 20 mai 2018 - Toros de Juan Pedro Domecq

Enrique Ponce (ovation et deux oreilles), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), Jesús Enrique Colombo (oreille et silence)

Juan Bautista a ouvert pour la quatorzième fois la Porte des Consuls du Colisée Romain de Nîmes après une matinée magistrale. Inspiré et relâché, Juan Bautista amena le public dans son monde taurin pour lui faire écouter deux symphonies lyrique. Face au premier de son lot, noble mais juste de force, Juan Bautista construisit une faena à base de distance afin de rendre confiance au toro et de sentiments. Il enchaîna les séries sur les deux cornes avec temple et domination oubliant la technique et laissant parler son cœur. Il paracheva cette œuvre d’art par une estocade a recibir foudroyante et coupa avec force les deux oreilles. Juan Bautista accueillit le second de son lot par sept véroniques les pieds joints sans bouger les pieds ni rectifier la position terminées par trois revoleras. Après l’avoir banderillé d’excellente manière, Juan Bautista effectua une faena intelligente de torero mature lors de laquelle il mit tout ce que le toro n’avait pas. Donnant le maximum de lui-même, Juan Bautista consentit son opposant qui n’avait d’autre solution que de suivre la muleta du torero dans des arabesques artistiques. Juan Bautista mît fin à sa prestation par une estocade de grande exécution qui libéra deux nouvelles oreilles, synonymes de Porte des Consuls. 

Arènes de MADRID (Espagne) - Las Ventas - Feria de San Isidro - Mercredi 9 mai 2018 - Toros de La Quinta

Juan Bautista (silence et ovation), El Cid (silence et silence), Morenito de Aranda (silence et silence)

Le premier toro de l’après-midi ne permit aucune possibilité de faena. Sans force ni sans classe, il se défendait plus que ce qu’il attaquait. Juan Bautista fut au-dessus des conditions de son adversaire qui sortait la tête en l’air à la fin de chaque muletazo ce qui est synonyme d’un manque de transmission. Il termina la faena par une estocade et un descabello. Malgré le manque de fond du quatrième toro de la corrida, Juan Bautista réussit à construire une faena plaisante, faite de finesse et de bon goût. Chaque muletazo fut pensé et réfléchi en prenant le rythme de son opposant et donné avec beaucoup de classe. Malheureusement, le toro n’a pas donné la possibilité à ce que la faena prenne l’importance qu’elle aurait mérité. Malgré cela, Juan Bautista réussit à mettre de la couleur dans cette grisaille. Il mit un terme à cette bonne faena par un coup d’épée magistral. 

Arènes de la Real Maestranza de Caballería de SÉVILLE (Espagne) - Feria d’Avril - Mercredi 18 avril 2018 - Toros d’El Pilar

Juan Bautista (silence et silence), Alberto López Simón (silence et silence), José Garrido (tour de piste et oreille)

Juan Bautista accueillit le premier de l’après-midi par de suaves véroniques en gagnant le centre. Il exécuta un bon quite par chicuelinas après la première pique avant de commencer une faena qui connut de bons moments sur les deux cornes sans beaucoup de répercussion sur les gradins à cause du manque de force et de race de son opposant. Juan Bautista mit ce que le toro n’avait pas. Les muletazos furent de bonne facture avec douceur et rythme.  Juan Bautista fut au-dessus des conditions de l’animal qui possédait une volonté de charger la muleta mais empêché par le manque de force. Juan Bautista réussit par des séries courtes en début de faena de rendre la confiance au toro ce qui lui permit en fin de prestation de lier deux séries sur chaque corne avec plus de transmission et données avec un grand esthétisme. Le quatrième de la corrida fut reçu par Juan Bautista par une série de véroniques qui canalisa sa charge bouillonnante et terminée par une larga templée et longue. Vue son manque de force, il fut changé et remplacé par un toro de la même ganadería très sérieux de présentation. Juan Bautista lui distilla de bonnes véroniques templées et cadencées. Sans même l’essayer, Juan Bautista commença la faena directement sur la corne gauche. Revenu sur la corne droite, Juan Bautista construisit deux séries d’une technicité et d’un placement parfait. Le toro manqua profondément de transmission et de classe malgré les bons muletazos de Juan Bautista qui ne souffrirent aucun accroc. Juan Bautista dû se résoudre à mettre un point final à la faena en laissant une impression de torero mature et sur de lui. 

Arènes d’ARLES - Feria de Pâques - Samedi 31 mars 2018 - Toros d’El Freixo

El Juli (ovation et silence), Juan Bautista (deux oreilles et deux oreilles), Andrés Roca Rey (silence et silence)

Dans un contexte chargé d’émotion dû au décès de son père dont les obsèques furent célébrés la veille, Juan Bautista lui rendit le plus grand des hommages en réalisant une faena profonde faite de pureté et de classe. Il commença la faena dans un terrain réduit montrant ses grandes dispositions. Par la suite, les séries s’enchaînèrent sur les deux cornes avec temple et cadence, dont une avec le célèbre pase del cartucho. Très investi, voulant donner le maximum en souvenir de son père, Juan Bautista donna une leçon de courage et d’honneur. Après une grande estocade en place dont les effets furent immédiats, il coupa les deux oreilles. Face au cinquième, Juan Bautista offrit une faena où l’émotion, la classe et l’investissement furent les maîtres mots. Il toréa pour les anges et pour son père qui devait le regarder avec l’affection qui le caractérisait. Totalement investit dans l’œuvre d’art qu’il dessinait sur le sable de ses arènes d’Arles, Juan Bautista fut d’une grande importance. Les muletazos sur les deux cornes furent d’une grande profondeur et le public l’a soutenu avec beaucoup d’enthousiasme. Juan Bautista a donné véritablement une leçon de vie aujourd’hui, un exemple d’honneur et de maîtrise de soi. Et c’est avec beaucoup d’humilité, ce qui caractérise les grands, qu’il est sorti à pied des arènes pour rendre un dernier hommage à son père Luc Jalabert. 

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria de Fallas - Jeudi 15 mars 2018 - Toros de Fuente Ymbro

Juan Bautista (silence et silence), Daniel Luque (ovation et silence), José Garrido (silence et oreille)

Juan Bautista reçut par de suaves véroniques le premier toro de son lot, conclues par une belle demie. Le début de faena fut puissant accompagnant le toro jusqu’aux tercios pour rester à l’abri du vent. Suivirent deux séries de derechazos donnés avec cadence et assis sur les reins qui déclenchèrent la musique. Sur la corne gauche, le toro n’avait pas la même charge et restait plus court, se couchant sur le torero au troisième muletazo. De retour sur la corne droite, Juan Bautista releva la faena et la conclue par des remates profonds afin de cacher le manque de race de son adversaire. Malheureusement, la tentative de recibir ne fut pas honorée de succès. Le quatrième de l’après-midi fut un toro sérieux de présentation. Juan Bautista l’étudia dès sa sortie du toril pour lui offrir une lidia adéquate. A la muleta, Juan Bautista le reçut les deux genoux en terre dans un début de faena volontaire et déterminé. La première série à droite fut de pouvoir pour adoucir la charge brutale et irrégulière de l’animal. Juan Bautista fit face aux difficultés présentées par son adversaire avec cran et professionnalisme. 

Arènes de CASTELLÓN DE LA PLANA (Espagne) - Feria de la Magdalena - Jeudi 8 mars 2018 - Toros de Peña de Francia, Olga Jiménez, García Jiménez et José Luis Marca

Juan José Padilla (tour de piste et oreille), Juan Bautista (ovation et ovation), Miguel Ángel Perera (oreille et applaudissements)

Après avoir reçu le premier toro de son lot par de suaves véroniques agrémentées de chicuelinas et d’une conclusion à une main, Juan Bautista s’évertua à maintenir son opposant debout en le toréant à mi hauteur. Placé idéalement devant la tête du toro et au-dessus des conditions de son adversaire, Juan Bautista dessina des muletazos d’un grand esthétisme sur les deux cornes. Malheureusement, l’invalidité du toro ne lui permit pas de donner à la faena le relief qu’elle aurait mérité. Face au cinquième de la corrida, Juan Bautista ne put démontrer que son engagement et sa volonté de bien faire. Il s’efforça de sortir le maximum d’un toro qui ne possédait ni force, ni race et donc aucune option de faena. Le public de Castellón le fit saluer en gratitude de l’effort fourni.

Arènes d’AMBATO (Equateur) - Feria en honor de Nuestra Señora de la Merced con motivo de la Feria de la Fruta y de las Flores - Lundi 12 février 2018 - Toros de Mirafuente et Vistahermosa

Juan José Padilla (tour de piste et deux oreilles), Juan Bautista (silence et deux oreilles), Álvaro Samper (applaudissements et oreille)

Face au premier toro de son lot de l’élevage de Vistahermosa, Juan Bautista n’eut aucune option de triomphe. Face à un animal dénué de qualité, Juan Bautista put mettre en évidence que son envie et son engagement. Face au cinquième de la corrida, un toro possédant classe et transmission de l’élevage de Mirafuente, Juan Bautista étala toute sa torería et maturité. Toréant avec pureté et profondeur, il emmena les aficionados dans un monde d’élégance et d’émotion. Il embarqua son adversaire dans des séries réalisées sur les deux mains, cadencées, rythmées en amenant le toro très toréé jusqu’à la fin du muletazo. Parachevée par une estocade de gala, la faena de Juan Bautista fut primée avec force par deux oreilles. 

Arènes de la Macarena de MEDELLÍN (Antioquia - Colombia) - Samedi 10 février 2018 - Toros de Santa Bárbara

Juan Bautista (ovation et oreille), Luis Miguel Castrillón (silence et silence), Jesús Enrique colombo (silence et deux oreilles)

Le premier toro de la corrida fut un animal sans d’option. De peu de charge et chargeant à demi-hauteur, il ne donna aucune facilité à Juan Bautista qui réalisa une faena de grand professionnalisme et d’un total investissement. Face au quatrième de l’après-midi, Juan Bautista instrumenta une faena qui alla crescendo. Toréant avec beaucoup de douceur et de torería, il amena son adversaire à s’améliorer au fur et à mesure du déroulement de la faena. Les naturelles, données sur les deux mains, furent d’une grande pureté et d’une saveur exquise. Il acheva sa prestation par un final de grande profondeur. Après un pinchazo sur un recibir, il réussit une formidable estocade à recibir qui libéra une oreille alors que les deux lui étaient promises. 

Arènes de MANIZALES (Colombie) - Feria du Café - Lundi 8 janvier 2018 - Toros de Santa Bárbara

Juan Bautista (deux tours de piste et ovation), Ramsés (applaudissements et oreille), Ginés Marín (tour de piste et ovation)

Juan Bautista reçut à la cape le premier toro de la corrida de manière variée, lucide et élégante qui leva le public présent dans les gradins. La faena qui suivit fut compacte, profonde avec des muletazos remplis de sentiments qui firent chavirer les aficionados. Les naturelles furent dessinées avec harmonie et temple. Sur la corne droite, Juan Bautista réussit à maintenir l’intérêt à la faena. Malgré deux pinchazos, Juan Bautista donna deux tours de piste après une pétition d’oreille largement majoritaire que le président n’a pas concédé. Face au quatrième, un toro avec moins d’options, Juan Bautista se montra au-dessus des conditions de l’animal et laissa son empreinte de torero important. Il salua une forte ovation à l’issue du combat.