logo

Compte-rendus des corridas

Compte-rendus des corridas

...

Arènes d'ARLES - Feria de Pâques - Samedi 15 avril 2017 - Toros de García Jiménez

Juan Bautista (applaudissements après pétition et deux oreilles), José María Manzanares (silence et silence), Andrés Roca Rey (oreille et silence)

Face au premier de l'après-midi, Juan Bautista réalisa une faena qui est allée crescendo face à un toro noble mais juste de force. La faena a été parfaite d'implication et d'intelligence. Il toréa avec douceur et belle manière en étant assis sur les reins. Après une tentative de recibir, il mis un terme à la faena par une autre estocade a recibir. Avec le quatrième, Juan Bautista construit une faena puissante et de grande profondeur. Il enchaîna les séries avec style et inspiration embarquant l'animal dans des arabesques. Baissant la main, toréant sur les deux cornes avec pureté et douceur, Juan Bautista laissa sur le sable de l'Amphithéâtre Romain son empreinte de grand torero. Redondos, luquecinas, changement de mains et profonds muletazos furent dénominateur commun d'une grande faena. Après un pinchazo sur un recibir et une grande estocade a recibir également, Juan Bautista coupa les deux oreilles. 

 

Arènes de VALENCIA (Espagne) - Feria de Fallas - Samedi 11 mars 2017 - Toros d'Alcurrucén

Juan Bautista (ovation et silence), Fortes (ovation et silence), Álvaro Lorenzo (silence et oreille) 

Le premier toro du lot de Juan Bautista sortit en piste sans s'intéresser aux capes. Juan Bautista réussit à le fixer en lui baissant les mains. Après le tercio des piques pendant lequel il fuit le combat et celui des banderilles lors duquel il démontra de la couardise, Juan Bautista réussit à construire une faena dont l'axe principal fut la détermination et le courage. Il dessina des séries de derechazos méritoires vue la violence dans les charges de l'animal réussissant à le guider au moyen de sa muleta dominatrice y puissante. Sur le côté gauche, le toro développa du danger et Juan Bautista du abréger devant l'impossibilité d'éclat. Juan Bautista acheva la faena par une grande estocade donnée a recibir et reçut une ovation du public de Valencia qui reconnu l'effort fourni. Le quatrième de l'après-midi ne s'engagea jamais dans la cape de Juan Bautista. Après un quite par chicuelinas serrées, Juan Bautista commença la faena au centre de la piste. Le toro chargeait sans classe ni transmission et Juan Bautista fit l'impossible pour mettre en avant le positif qu'il pouvait posséder mais l'animal ne fut pas reconnaissant de l'effort du torero. Juan Bautista réalisa le maximum mais le toro n'avait aucune option due au manque de race. 

Photos Laurent Deloye, www.corridafrance.net

Arènes d'Ambato (Equateur) - Feria de las Flores y las Frutas - Dimanche 26 février 2017 - Toros de Visthermosa y Mirafuente

DSC_0176 DSC_0191 DSC_0231

Juan Bautista (deux oreilles et oreille), Guillermo Albán (ovation et deux oreilles), Ginés Marín (applaudissements et applaudissements).

Juan Bautista a commencé la saison 2017 par un triomphe sonore en coupant pas moins de trois oreilles lors de la première corrida de la Feria d'Ambato (Equateur). Face à son premier adversaire, il réalisa une faena importante, s'approchant de la perfection. Il embarqua le toro dans sa muleta douce et soyeuse en interprétant sa tauromachie lente et profonde. L'estocade portée a recibir fut la conclusion magistrale à cette œuvre d'art. Avec le second de son lot, Juan Bautista dessina une faena de beaucoup de poids, démontrant maestría, courage et un relâchement dans l'interprétation des muletazos donnés sur les deux cornes. Juan Bautista grâce à ses connaissances et torería, grandit le toro qui s'engouffrait dans sa muleta. La faena fut un modèle du genre, d'une grande émotion. Juan Bautista toréa avec énormément de pureté et de classe, en remplissant de sentiments chaque muletazo qu'il offrait au toro. Le public demanda avec force la grâce de l'animal. Juan Bautista le toréa longtemps, lui donnant tous les avantages mais le président n'accéda pas au souhait des gradins. De ce fait, le toro se décomposa et Juan Bautista dû utiliser le descabello après une demie estocade ce qui ne l'empêcha pas de couper une oreille acclamée par l'ensemble du public.